F. Bon, 2011, Après le livre. Notes de lecture : notions

Extraits de Après le livre de François Bon susceptibles d’illustrer ou de soutenir des développements sur les aspects matériels et techniques du discours en ligne. Classés alphabétiquement par notions concernées.

Bon F., 2011, Après le livre, Publie.net, http://www.publie.net/fr/ebook/9782814504103

Bon F., Après le livre, Paris, Seuil.

Remarques sur l’utilisation de la version numérique pour travailler

1. La pagination donnée ici est celle de l’exemplaire papier. L’exemplaire que je lis en ligne n’est pas paginé ni paginable, sauf en format « image » mais alors on ne peut saisir le texte. Sur le format « texte » ou « rouleau », pas de numéro de page ni de paragraphe comme les revues en ligne par exemple. L’aller-retour entre les deux formats pour repérer les pages serait fastidieux. Il faudrait alors indiquer le titre du chapitre ? Ce serait trop long et non conforme aux exigences des documents de recherche. Du coup j’ai les deux versions sous les yeux, une écran, une papier : c’est un peu étrange et surtout cela constitue une sorte de redoublement visuel et cognitif. La pagination du livre numérique, en écriture, en lecture et en citation. Question à poser/creuser/régler.

2. Mais quel confort de copier-coller les extraits choisis au lieu de les recopier si fastidieusement au clavier, comme avant (c’est-à-dire il y a quelques mois…), et avec une difficulté cognitive supplémentaire quand le texte est en langue étrangère. Et une frustration énervée quand l’écran Google books, où je prends connaissance de pas mal d’ouvrages, reste intouchable, « imprenable » avec la petite main…

3. Petite réserve en forme de boutade. Il y a des coquilles sur la version numérique qui ont disparu sur la version imprimée. Il y aussi des coupures de mots en bas de page qui devraient être évitées (appa– sur page gauche en bas et reil. sur page droite en haut, en fin de chapitre). Le Seuil aurait-il de meilleurs correcteurs que Publie.net… ? Il ne faudrait pas.

4. Question : pour un ebook publié par une maison d’édition en ligne, le lieu d’édition, c’est le web ?

*****

ARCHIVE

99 Je ne léguerai donc aucune archive, et suis seul dépositaire des mots-clés de mes sites sans lien : il ne faudrait pas ? Michaux, qui n’a jamais eu de machine à écrire, avait au bout de sa table un broyeur à papier.

CORPS

36-37 Souvent je rêve d’avoir des ordinateurs différents selon l’usage que j’en ai : l’utilitaire, le loisir, et l’écriture. Je me suis souvent offert des appareils pour le tenter, petit NetBook pour écrire avec un ordinateur de poche, ou grand écran fixe sur la table, mais l’ordinateur aussi évolue : mon ordinateur portable sert à l’ensemble de mes usages, l’écriture mêlée à l’image, à l’écoute de la musique, ou aux choses utilitaires et professionnelles. Mais tout aussi bien, ces derniers mois, j’ai appris à me servir de la tablette comme d’un carnet de fond de sac, fichiers qu’ensuite j’intègre dans le disque dur principal, mais ce n’est pas le même rapport au récit et aux mots. Je suis même doté désormais d’un petit support vissé sur solide pied de micro, qui permet de jucher ladite tablette comme un lutrin dans le milieu de la pièce.

Plus que jamais, même avec le numérique, le corps écrit.

DOCUMENTATION DU RÉEL

73 Ou, dit autrement : la simultanéité et la vitesse, la documentation directe du réel, le rôle autonome de l’image par rapport à la représentation textuelle ne sont pas, dans les technologies modernes, des ruptures – juste un changement d’échelle.

ÉCRITURE (CELTES)

45 Le monde méditerranéen est de longtemps tout gagné à l’écriture. Ce qui étonne César, c’est le refus des Celte de s’en saisir. Les Celtes, pourtant, comme tous les autres peuples, disposent d’un corpus de récits, fables et savoirs qui en constitue la mémoire collective, leur fondement social et communautaire. Comme toute communauté, ils se sont aussi dotés de dispositifs de reproduction et transmission pour ce corpus. Reproduction : on choisit très jeunes ceux qui en seront les druides. Transmission : il leur faut dix-huit ans, dit César, pour en mémoriser progressivement le corpus. Et il a raison : parce qu’ils ont refusé l’écriture, seule une part considérablement minime de ce que les druides celtes apprenaient en dix-huit ans nous est parvenu.

À trop se protéger, on disparaît sans trace.

ÉCRITURE (rapport avec la LECTURE)

259 Probablement même, si les sites des maisons d’édition ont tant de mal à trouver leur rythme sur le web, et si une telle dichotomie s’est installée entre auteurs publiés selon le système traditionnel d’un côté, et blogueurs de l’autre, cela tient en bonne part à cette difficulté d’accepter que la relation du lire à l’écrire fonctionne d’une façon différente, sans le cloisonnement territorial du courrier des lecteurs, ou de la lettre comme Mme Leroyer de Chantepie envoyait à Flaubert. Il semble que ce déplacement de frontière ne soit pas stabilisé encore. Qu’il continue d’évoluer à mesure que les blogs deviennent le terrain réel d’expérimentation et d’invention des formes littéraires les plus actuelles, qu’ils structurent eux-mêmes un système de validation et repérage.

261 C’est l’activité réseau (propagation, partage, commentaires ajoutés), s’exerçant dans l’intérieur de l’outil réseau lui-même, qui associe le message (au sens large, texte seul, texte plus image ou image seule, ou lien, événement, etc.) à sa chaîne de propagation, lui donnant son effectivité. […] Peut-être s’engage sourdement, avec cette fin de l’âge des commentaires, dissous dans la « time line » des deux réseaux sociaux proéminents, une étape plus mûre de la création web : non plus l’écrivain, et les commentaires dans le bas du site, mais, précisément, ce déplacement de statut qui bouscule à la fois l’auteur initial et la chaîne en nuage des réactions – un lire bien plus global, associé partout à l’écrire, mais sans constitution symbolique de l’écrivain. Et pas sûr que même ceux-ci y perdent.

ÉCRITURE (TECHNOLOGIE)

188 L’écriture a toujours été une technologie. On a simplement changé d’appareil.

HÉTÉROGÉNÉITÉ

141-142 On reproche souvent aux blogs cette hétérogénéité de l’écriture au contact direct du monde, dans son séquençage quotidien, et une vie sociale particulièrement riche (les lectures publiques une fois par mois, le théâtre, le café littéraire) : Rien qui soit neuf par rapport à ce dont témoigne le journal et les cahiers de Kafka. Simplement, avant, ce n’était pas visible.

Kafka est une masse sombre. Son nom est un repère, mais l’œuvre est un monument arrêté, non fixable. Et sa nouveauté : le lien de la quotidienneté de l’écriture et du surgissement du récit est ce qui en fait la singularité même.

Acceptons, pour nous aujourd’hui, de constituer aussi la masse sombre.

LECTURE

146 Le lecture n’est plus aujourd’hui cantonnée à un objet clos, le texte principal est en permanence juxtaposé à la totalité des autres usages de la machine support. Et nous savons que l’importance que nous aurons attachée à un texte (long ou bref, article ou poème ou récit) dépendra aussi de ce qu’il nous aura fait découvrir au passage, donc de ce qu’il ne contient pas, à quoi il nous aura mené, mais nous incitant à revenir à lui et reprendre sa lecture continue.

147 […] ce que le livre portait en lui-même (que la marge et la couverture symbolisaient) d’isolement, il nous revient à nous de le construire – et d’éduquer à le construire.

LIENS

82-83 Ma page « liens » est probablement, avec la page d’accueil, la page bio/biblio et la page agenda, la trace fossile principale de mon site. Et j’ai beau la réviser régulièrement, l’entretenir avec soin comme un jardin, elle inclut des sites qui n’ont pas bougé depuis des années, et ne saurait bien sûr évoluer aussi vite que naissent de nouveaux sites et blogs suivis pourtant avec intérêt. La page liens que propose chaque site est ce leur permet de respirer, parce que ceux vers qui vous pointez vous auront pointé en retour. Paradoxe d’inclure dans un blog ce qui incite à le quitter pour un autre – nouvel axiome web : plus vous proposez de quitter une page, plus vous inciterez à y revenir. La page liens est donc pour un blogueur une activité rédactionnelle comme les autres – ou comme dans un livre imprimé on soigne à la fin la liste des autres livres publiés dans la collection.

LITTÉRATURE SANS LIVRE

160-161 Sur 1120 lettres connues de Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné , à peine 150 dont l’original nous soit parvenu. L’œuvre imprimée, pérennisée, s’établit non pas depuis leur destinataire, sa fille, mais depuis les copies (et copies de copies) qui se faisaient de chaque lettre, avec l’assentiment de leur auteur, avant leur envoi – et donc leur diffusion et multiplication manuscrite dans Paris avant même que la destinataire réelle l’ait reçue : quel est le destinataire réel, alors, de madame de Sévigné ?

Cette fluidité de la phrase, au contact du monde, voilà ce qui à nouveau nous est autorisé – à nous – de copier. Mais quel définitif exemple de littérature sans livre, de convocation d’un usage privé de l’écrit pour que la littérature vienne au contact politique du monde, selon une effectvité – au risque de l’éphémère, de l’oubli – que le livre ne saurait lui conférer.

Exactement ce que nous cherchons dans l’écriture web.

PENSER

148 Ce qu’il y a à examiner, c’est comment l’art de penser lui-même (pas pour nous qui avons appris par les livres, mais pour eux qui pratiquent déjà quasi exclusivement l’écran) peut se transformer – non pas se réduire – à prendre ainsi cette autre façon de marcher (puisque penser et marcher ont déjà été souvent associés dans l’histoire de la philosophie).

Une façon plus digressive, si notre capacité à associer des fragments disjoints de langage est augmentée. Une capacité à traiter plus densément de textes brefs : mais l’histoire des textes brefs comme ligne de crête de la densité n’a pas commencé avec la lecture-écran. Et cela signale pourtant un danger réel : la didactique de la recherche via ressources virtuelles, la méthodologie de travail quand l’écran est à la fois le support, le télescope et le réceptacle, en sont à leurs balbutiements.

SITE

169-170 L’enjeu c’est le web, et le nouveau livre, c’est le site. Le site comme livre.

TECHNIQUE

127-128 « Des poètes qui seront alors, comme aux premiers temps, d’abord et avant tout des calligraphes, ne pourront collaborer à cette écriture pictographique que s’ils se rendent accessibles les domaines dans lesquels s’effectue (sans faire grand cas d’elle-même) l’édification de cette écriture : par le diagramme statistique et technique. » Du moins, ainsi l’écrit Benjamin. C’est lui qui le dit : se rendre accessibles les contraintes techniques, justement parce qu’elles ne sont que techniques, et qu’on n’en fasse pas grand cas.

En informatique, cela s’appelle le code. Les instructions les plus élémentaires sont faciles à s’approprier, et créent vite une autonomie suffisante. Les codes complexes ne s’apprennent pas : lancez votre demande à ceux de l’informatique, il s’en trouvera toujours un pour vous répondre.

S’approprier nous-mêmes le vocabulaire et la technique du web, y être autonome. […]

Non, l’usage du web – pas plus que celui de la cafetière électrique – n’est réservé aux techniciens.

TWITTER

170 […] ce même Twitter qui nous sert de tambour de brousse, ou de machine à café dans le couloir.

 


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Philippe dit :

    J’ai lu le livre de François Bon il y a quelques semaines… sous sa forme papier. Mais il m’a convaincu de l’intérêt du numérique, au moins en complément du livre papier, si ce n’est pour le remplacer complètement.
    Concernant vos réserves, « sous forme de boutade », elles sont très justes tout de même : il reste au livre numérique encore pas mal de chemin à faire pour être un vrai équivalent au support papier. Je ne parle pas des coquilles, mais de l’affichage du texte et des coupures de mots qui viennent gêner la lecture. C’est un problème technique, je sais, et François Bon en parle aussi dans son livre.

    Alors oui, il reste encore du chemin à faire, mais c’est très excitant d’être là au début de cette (r)évolution !

  2. F Bon dit :

    merci !

    étrange de se relire soi-même en remix…

    à tout hasard, pas possible disposer de la même chose, mais pour le prochain que j’ai à écrire ? ça m’aiderait bigrement !

    • Marie-Anne Paveau dit :

      je vais commencer par le mien, et vous prendrez des notes, que vous publierez dans votre carnet de rédaction… ;=))) réciprocité de la lecture-écriture partageuse et généreuse…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *