Environnement [Dictionnaire]

1. Définition

L’environnement est, en théorie du discours, l’ensemble des données humaines et non humaines au sein desquelles les discours sont élaborés. Ces données concernent tous les domaines de l’existence : elles sont sociales, culturelles, historiques, matérielles (objets naturels et artefacts), animales, naturelles, etc. La notion d’environnement est une alternative critique à celle de contexte (ou de conditions de production ou d’extérieurs du discours) courante en analyse du discours, qui est plutôt centrée sur les paramètres sociaux, historiques et politiques.

La notion d’environnement est utilisée dans une approche des discours qui adopte une perspective postdualiste (approche externaliste remettant en cause la division mind/body et postulant que la conscience humaine se manifeste à l’extérieur de l’esprit, en particulier dans les objets et les techniques), une vision symétrique des matières langagières (la matière langagière est composite, constituée d’un assemblage entre langagier et non langagier) et une approche écologique de la production des énoncés (l’objet d’analyse n’est plus seulement l’énoncé mais l’ensemble du système dans lequel il est produit). Utiliser la notion d’environnement suppose de sortir d’une conception egocentrée des discours (la production des énoncés est le fait des locuteurs) pour adopter une approche symétrique distribuée (les agents producteurs des énoncés sont distribués dans l’ensemble de l’environnement)

Dans l’analyse du discours numérique, la notion d’environnement est centrale puisqu’elle rend compte des aspects composites (technolangagiers et technodiscursifs) des discours : la technique n’est pas un simple « support » mais bien un composant structurel des discours. L’agent énonciatif se trouve distribué dans l’écosystème numérique.

2. Situation

Cognition sociale

La notion d’environnement n’appartient pas à la culture théorique de l’analyse du discours ni des disciplines TDI en général. Elle provient de l’approche cognitive des discours, où l’on parle d' »environnement cognitif ». Dans La pertinence (1989), Sperber et Wilson proposent par exemple la notion d' »environnement cognitif mutuel » (mutual cognitive environment). Mais c’est dans le domaine de la cognition sociale que la notion est la plus développée.

La cognition sociale propose depuis le début des années 1990 une alternative à la cognition internaliste classique. C’est un domaine très large dans lequel plusieurs courants se sont constitués, dont celui de la cognition distribuée (distributed cognition). Le principe de base est celui de l’extended mind et les processus cognitifs sont décrits comme « distribués » entre les agents et leur environnement, celui-ci comprenant à la fois les objets et artefacts mais aussi les structures sociales au sens large. Le système cognitif n’est donc plus l’individu mais l’ensemble d’agents humains, non humains et sociaux, et l’unité d’observation et d’analyse est donc fortement modifiée par rapport à la cognition individuelle (pour une synthèse voir Conein 2005). Ce sont les travaux d’Hutchins (1995) et de ses collègues de San Diego qui ont ouvert ce domaine, dans lequel on peut compter des chercheurs comme Latour, Agre et Norman (1993), ainsi que Conein, Quéré, ou Thévenot (1998) dans une version française plus philosophique de la sociologie cognitive. L’environnement n’est plus considéré comme un arrière-plan pour la cognition, mais comme un ensemble de « ressources environnementales ». Les objets inanimés et les « données publiques » (Conein) ne sont plus des « aides périphériques » mais des formes de représentation externe qui interviendront dans les élaborations cognitives.

Théorie du discours

La notion d’environnement est d’abord mobilisée dans l’analyse cognitive du discours (Paveau 2006, 2007), pour rendre compte de l’extension de la notion de contexte à des données matérielles et techniques absentes de l’analyse du discours sous ses versions courantes (technologie discursive). Elle est ensuite installée comme notion alternative à celle de contexte dans l’approche symétrique des discours (Paveau 2009, 2010) pour mieux rendre compte du rapport constitutif entre l’ordre des discours et l’ordre de la réalité, en particulier matérielle et technique (Paveau 2012a, 2012b).

3. Références

Théorie du discours

Paveau M.A., 2006, Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.
Paveau M.A., 2007, « Discours et cognition. Les prédiscours entre cadres internes et environnement extérieur », numéro spécial de la revue électronique Corela (Cognition, Représentation, langage) : « Contextes, discours, cognitions », codirigé avec G. Achard-Bayle.
Paveau M.A., 2009, « Mais où est donc le sens ? Pour une linguistique symétrique », conférence invitée au deuxième colloque international Res per nomen, Reims, 30-31 mai, in Actes prépubliés, p. 21-31 (lire sur HAL).
Paveau M.A., 23 avril 2010, « Une linguistique symétrique pour penser le discours« , La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/95, consulté le 3 février 2013
Paveau M.A., 2012, “Ce que disent les objets. Sens, affordance, cognition“, dans Synergies pays de la Baltique 9, revue du GERFLINT.
Paveau M.A., 2012, “Réalité et discursivité. D’autres dimensions pour la théorie du discours”, Semen 34, 95-115 (lire sur HAL).

Cognition sociale (sociologie et philosophie cognitive)

Conein B.,  2005, Les sens sociaux. Trois essais de sociologie cognitive, Paris, Economica.
Hutchins, E., 1995, Cognition in the Wild, Bradford Books-MIT Press, Cambridge MA.
Norman D.A., 1993, « Les artefacts cognitifs » dans Conein B., Dodier N., Thévenot L., 1993, Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, série « Raisons pratiques », n° 4, Paris, éd. de l’EHESS : 15-34.
Sperber D. & Wilson D., 1989 [1986], La pertinence, communication et cognition, Paris, Minuit.
Thévenot L., 1998, « Pragmatiques de la connaissance », dans Borzeix A. et al. (dir.), Sociologie et connaissance. Nouvelles approches cognitives, Paris, CNRS Éditions, 101-139.

Crédit : « E for… », Nothing exceptional here, Edward Jung, 2011, galerie de l’auteur sur Flickr, CC by-nc-nd

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 21 janvier 2013, “Environnement“, Technologies discursives [Carnet de recherche], http://technodiscours.hypotheses.org/?p=311, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 06/05/2013

    […] Environnement | Technologies discursives dans Technologie discursive [Dictionnaire] […]

  2. 08/05/2013

    […] M.-A., 21 janvier 2013, “Environnement“, Technologies discursives [Carnet de recherche], http://technodiscours.hypotheses.org/311, […]

  3. 11/05/2013

    […] Revenir autrement – Mouvements, choix et perspectives dans nos manières de penser · Omnimata dans Environnement [Dictionnaire] […]

  4. 06/05/2014

    […] mesure, la sémantique de Rastier (2003), qui cherchent à situer un énoncé dans un “environnement” (et ainsi, chez Marie-Anne Paveau, l’étude d’un tweet ne se limite pas à ses […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *