[Dictionnaire] Délinéarisation

15338824013_c14c6b4371_z1. Définition

La délinéarisation, trait spécifique à l’énoncé numérique natif, consiste en l’intervention d’éléments cliquables dans le fil du discours, qui dirigent le lecteur-scripteur d’un fil-source vers un fil-cible, instaurant une relation entre deux discours (par ex. un hashtag, un lien dans un texte) ; cette relation est le produit d’une décision de l’internaute-lecteur, activant les éléments cliquables par un « énoncé de geste » (Bouchardon 2011). Relevant de plusieurs catégories, ces éléments technolangagiers engagent le déroulement syntagmatique de l’énoncé, son fonctionnement énonciatif et sa matérialité sémiotique ; ils portent en outre une marque visuelle spécifique, la couleur ou le soulignement, qui sont des signaux de délinéarisation. Dans un sens plus large, on peut également parler de délinéarisation pour certaines productions discursives en ligne qui passent par un geste technique tenant lieu de discours suivi (par exemple une demande d’abonnement ou d’amitié sur un réseau social). La délinéarisation est une élaboration du fil du discours dans laquelle les matières technologiques et langagières sont co-constitutives, et affectent la combinatoire phrastique en créant un discours composite à dimension relationnelle. La délinéarisation est un phénomène relevant pleinement de la technologie discursive (Paveau 2013).

2. Approfondissement

Éléments technolangagiers délinéarisateurs

Ils appartiennent à deux grandes catégories, les technomots (Paveau 2015 [2014]) et les hyperliens (Ertzscheid 2002, Saemmer 2015). Les technomots sont nativement et directement cliquables, soit à partir des programmes d’écriture des plateformes (noms de comptes de réseaux sociaux, pseudos Twitter, résultats de recherche, mots-consignes), soit à partir d’un geste d’écriture (tag, hashtag). Ils dirigent l’internaute vers des comptes, des fils, des redocuments. Les hyperliens, qui sont toujours des URL, sont directement cliquables sous cette forme, en version longue ou réduite, ou indirectement s’ils sont discursivisés dans un texte par exemple, apparaissant alors sous la forme d’un mot ou d’un énoncé. L’ensemble des éléments délinéarisateurs est marqué par la couleur ou le soulignement. L’insertion d’émoticônes ASCII, de figures issues de l’art ASCII ou d’emojis, qui délinéarisent l’énoncé de manière visuelle ou syntagmatique, ne produit cependant pas de délinéarisation technodiscursive caractérisée par l’élaboration d’un lien avec un autre fil de discours. Tous les énoncés numériques natifs ne sont pas délinéarisés et l’on trouve sur les réseaux, sites et blogs des pratiques d’écriture où le fil du discours reste analogue à l’écriture hors ligne (c’est le cas de la twittérature et de nombreux blogs littéraires ou poétiques par exemple).

Exemple du tweet. Le tweet apparaît comme l’énoncé délinéarisé par excellence, puisqu’il contient des formes technolangagières (technomots comme le hashtag et le pseudo), ainsi que des liens sous leur forme d’URL entière ou réduite via des applications dédiées.

Capture d’écran 2015-08-25 à 10.24.50

Capture d’écran 2015-08-25 à 11.41.26

Figure 1. Exemples de tweets, 25.08.2015

Typologie de la délinéarisation

Délinéarisation visuelle. La couleur joue un rôle important dans les discours natifs en ligne, tant en écriture qu’en lecture. Tout élément cliquable engageant un geste de l’internaute-lecteur apparaît en couleur (plus rarement sous l’équivalent du soulignement) ; la couleur est prescrite par le programme du site ou de la plateforme (c’est le cas du réseau social Facebook où le bleu originel des segments cliquables reste inchangé) ou modifiable par l’utilisateur (cas du réseau Twitter où chaque abonné peut en choisir la couleur, comme ci-dessous). La délinéarisation possède donc une existence visuelle matérielle et manifeste.

Capture d’écran 2015-08-25 à 10.17.25

Figure 2. Extrait du fil du compte Twitter d’Ars Technica 25.08.2015 10h15

Délinéarisation syntagmatique. Le fil du discours est délinéarisé syntaxiquement, c’est-à-dire sur le plan de la combinaison des éléments sur l’axe syntagmatique. Les éléments cliquables engagent en effet une interruption du déroulé de l’énoncé, permettant d’entrer dans un autre fil discursif relié. Dans les exemples de la figure 1, des éléments en position de régime de préposition sont cliquables, portant de fait à la fois une fonction syntaxique et une fonction technodiscursive.

Délinéarisation énonciative. De la délinéarisation syntagmatique découle une délinéarisation énonciative : la sortie du fil du discours est aussi une sortie du fil énonciatif, le fil-cible étant alors matérialisé à l’intérieur du fil-source par les marques de cliquabilité. Cette coexistence dans le même fil de plusieurs situations d’énonciation n’est pas signalée par les procédés de changement d’énonciation tels qu’ils sont identifiés dans le discours hors ligne (procédés d’hétérogénéité énonciative comme le discours rapporté, la citation, l’intertextualité, l’évocation, l’allusion) ; on peut donc y voir un phénomène d’hétérogénéité techno-énonciative.

Délinéarisation discursive. On peut appeler délinéarisation discursive des phénomènes d’équivalence entre un geste technodiscursif et un énoncé linéaire. Le genre de la « demande d’amitié » par exemple, issu de l’écosystème du réseau social Facebook, est par définition composite, c’est-à-dire en même temps technologique et discursif. Cette demande passe en effet par le bouton « ajouter » en français, sur lequel il suffit de cliquer pour produire l’énoncé d’invitation, accompagné (ou pas) d’un message scriptural explicite. La demande d’amitié est donc une forme discursive constitutivement délinéarisée, au sens où sa linéarité langagière, celle de la combinatoire de la phrase, est rendue implicite par le geste technodiscursif.

Délinéarisation sémiotique. La nature composite des énoncés numériques natifs inclut des éléments non verbaux comme l’image, le son, le graphique ou l’action. Tout lien peut renvoyer vers des formes non verbales, mais certaines manipulations rendent le verbal et le non-verbal constitutifs ; c’est le cas de certains phénomènes de technodiscours rapporté (le partage d’un billet sur un réseau entraîne automatiquement celui de ses photos par exemple). Un cas extrême de délinéarisation sémiotique, rencontré surtout dans la littérature numérique est le « simulacre de référent » (Saemmer 2015 : 32) : le lien possède alors une fonction performative puisque son activation réalise une action (Saemmer 2015 donne l’exemple du segment appuie sur le petit interrupteur, qui réalise l’action quand il est activé par le lecteur).

3. Références

N.B. : Les abonnés Twitter dont les tweets sont reproduits ici peuvent me contacter s’ils ne souhaitent pas apparaître dans cet article.

Crédit : « Letter D », Mike Atkinson, 2014, compte de l’auteur sur Flickr, CC BY-NC-ND 2.0

Pour citer cet article. Paveau M.-A., 25 août 2015, “Délinéarisation“, Technologies discursives, [Carnet de recherche], http://technodiscours.hypotheses.org/?p=699, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *