Tweet [Dictionnaire]

T-12N.B. : Cet article est rédigé à partir de la plateforme francophone et prend donc en compte les formes langagières et discursives en français.

Remarques grapholexicales :
– le lexique spécialisé est encore instable en français et l’on trouve plusieurs réalisations graphiques concurrentes pour la même forme, en particulier sur les bases twit(t)- et tweet-.
– on emploie ici les formes francisées twitteur et twitteuse, les formes empruntées tweet et retweet, les formes lexicalisée par suffixation verbale française  tweeter et retweeter, Twitter pour le réseau, le composé twittosphère.
– on emploie l’emprunt hashtag qui semble en cours de lexicalisation (le français hexagonal via la Commission de terminologie propose mot-dièse, inapproprié, et le français du Québec possède mot-clic ou balise) et indifféremment follower ou abonné.

1. Définition

Un tweet est un énoncé produit nativement en ligne sur la plateforme de microblogging Twitter. Le tweet apparaît dans la timeline (TL) des abonnés au twitteur, qui constitue son premier contexte de production. Le tweet est une production plurisémiotique complexe fortement contextualisée dans un écosystème technodiscursif.

Dans une perspective technodiscursive écologique qui prend en compte la nature contextuelle du tweet dans son environnement (Paveau 2012b, 2013a et b) et qui ne procède pas par extraction de la seule matière langagière (perspective logocentrée), le tweet est composé des éléments suivants :

avatar de l’abonné
– nom de l’abonné
pseudo de l’abonné
– la date du tweet en haut à droite
– le texte du tweet inscrit dans la fenêtre dédiée (140 signes espaces compris)
– la mention Retweeté par [nom de l’abonné] le cas échéant, assortie de l’icône du retweet
– la liste des opérations possibles signalées pars des mots-consignes sous le texte, assorties de leurs icones (sauf Ouvrir) : Ouvrir ou Afficher le média ou Afficher la conversation ou Voir le résumé ou Voir la photo (selon les informations et données qui sont fournies dans le tweet), Répondre, Retweeter, Favori, Plus

Twitter permet par la fonction Détail, accessible à partir du mot-consigne Ouvrir, de compléter les informations sur le tweet.

Capture d’écran 2013-05-05 à 13.46.22

Sont alors ajoutés :
– le bouton d’opérations concernant les listes, les bloquages et l’insertion du profil (création d’un widget d’utilisateur)
– le bouton d’abonnement Suivre
– la mention « Traduire le tweet »
– le nombre de Retweets
– Le nombre de favoris
– les avatars des twitteurs qui ont retweeté ou favorisé le tweet
– la fenêtre « Répondre » avec le ou les pseudo.s des destinataires pré-rempli.s
– les tweets qui constituent la conversation si le tweet est pris dans un échange

Il existe en cliquant sur le mot-consigne plus une fonction « insérer le tweet » qui permet d’éviter les captures d’écran comme ci-dessous en insérant du code html, mais la physionomie du tweet est un peu différente :

Via le mot-consigne plus, on peut également partager le tweet par mail, et l’on obtient une configuration encore différente :

Capture d’écran 2013-05-05 à 13.54.44

On comprend donc que la question de la définition du tweet est complexe et dépendante des conceptions du chercheur (logocentrée vs écologique) et de ses outils de lecture et de capture.

2. Formes langagières et technolangagières

Le tweet exploite plusieurs catégories de formes langagières et technolangagières. Sont technolangagières des formes et énoncés cliquables qui possèdent une dimension hypertextuelle et délinéarisent les énoncés (Paveau 2013c). Dans un tweet, on trouve :
– des formes langagières linéaires sans caractéristiques technolangagières autres que l’inscription dans un environnement numérique ;
– des symboles, des formes iconiques, des émoticones ou des formes issues de l’Art ASCII non cliquables ;
– des technomots cliquables comme le hashtag (précédé du signe #) qui permet l’organisation de l’information par le rassemblement de plusieurs messages et le pseudo (précédé du signe @) qui propose la même fonction et permet de renvoyer au compte du twitteur ;
– des mots-consignes cliquables ;
– des liens (URL) cliquables, souvent réduits via des outils spécifiques, qui permettent d’accéder à d’autres sites ;
Ces formes peuvent se combiner de manière plus ou moins complexe : certains twitteurs ont une écriture purement linéaire (cas de la twittérature), d’autres combinent les mots, les technomots, les liens et les symboles divers de manière parfois complexe, comme le montrent les exemples suivants, qui nécessitent une bonne expertise des lois du genre :

Capture d’écran 2013-05-05 à 14.07.23 Capture d’écran 2013-05-05 à 14.09.06 Capture d’écran 2013-05-05 à 14.15.10

3. Typologie technoscripturale

La plateforme Twitter propose des activités technoscripturales c’est-à-dire techniquement contraintes en nombre restreint, parfois codifiées par des sigles à l’intérieur de la fenêtre des 140 signes. De nombreux guides et tutoriels en ligne définissent ces sigles et l’ensemble du vocabulaire spécialisé souvent néologique de la plateforme.
a. Le tweet. L’utilisateur tweete un message, en une ou plusieurs fois (les tweets peuvent être numérotés), mentionne éventuellement son tweet précédent grâce au sigle #TP. Le flux des tweets peut être automatisé à partir d’un blog ou d’un outil de veille.
b. La réponse au tweet. L’utilisateur répond à un tweet, dans le cadre d’un dialogue ou d’un polylogue, la réponse étant marquée par le pseudo de l’interlocuteur en début du tweet. Le système d’abonnements de Twitter implique que seuls les abonnés au twitteur et au destinataire de la réponse peuvent lire le tweet sur leur timeline. Une manière de neutraliser cette restriction est de placer un point en début de tweet, qui devient alors lisible par tous les abonnés sur leur timeline. Mais en fait, comme le signalent Marwick & boyd 2011, les réponses sont lisibles par tous via l’outil search.twitter.com, la timeline publique ou la page Twitter du destinateur.
c. Le retweet. L’utilisateur retweete un tweet, activité marquée par le sigle RT (retweet) ou MT (modified tweet, d’utilisation assez rare en français), avec ou sans commentaire personnel.

La plateforme propose deux autres types d’énoncés :
– Le texte du profil figurant sur la page de l’abonné, en 160 signes.
– Le DM (direct message), message privé, qu’un abonné ne peut envoyer qu’à ses followers, en 140 signes.

4. Pratiques technodiscursives

Contrairement aux contraintes technoscripturales précédentes, les pratiques technodiscursives sur Twitter sont ouvertes et les usagers ont depuis les débuts de la plateforme constamment inventé de nouvelles pratiques qui correspondent à des formes technodiscursives et des technogenres (Paveau 2012a). Mischaud 2007 considère à juste titre que le réseau Twitter témoigne d’une mise en forme sociale de la technologie (social shaping of technology, concept proposé par Robin Williams et David Edge). Contrairement au slogan de départ à la naissance du réseau en2006 (« What are you doing ? ») et à un certain nombre de discours qui réduisent la plateforme à un simple site de partage d’information ou à un espace d’expression pauvre et narcissique (Chomsky 2011 qualifie les échanges sur Twitter de « shallow communication [which] erodes normal human relations », ce qu’il avait déjà exprimé en 2010 : « It is not a medium of a serious interchange »), Twitter est le lieu discursif d’une communauté définie par ce que Zappavigna 2012 appelle une ambient affiliation, c’est-à-dire une affiliation large et faible reposant sur la findability, le fait de pouvoir trouver, grâce au dispositif technodiscursif (et aux hashtags en particulier) certains discours dans lesquels l’utilisateur se retrouve, sur le plan de ses opinions et valeurs. Quelques exemples :
Le live tweet (LT) est une pratique qui consiste à décrire et/ou commenter un événement, comme une émission de télévision, un événement politique (la campagne présidentielle a créé une sorte de live tweet au long cours, marqué par les hashtags respectifs des candidats, comme par exemple), un colloque ou une rencontre sportive. Le tweet est alors un lieu d’évaluation discursive, de construction de l’opinion, et même d’élaboration de l’action politique. Comme le souligne Nathan Jurgenson à propos des révolutions arabes, Twitter, comme média social, « has enabled a mass manufacturing of dissent » (Jurgenson 2011). Techniquement, le live tweet suppose l’adoption d’un hashtag (#FH2012 et #NS2012 dans la dernière présidentielle française par exemple) permettant d’accéder à l’ensemble des tweets concernés. Des outils en ligne permettent de redocumenter les tweets concernés en ligne (Storify) ou hors ligne (Tweetdoc produit un fichier pdf).
Pratiques communautaires hebdomadaires. Les twitteurs ont inventé des rites hebdomadaires comme le #jeudiconfession (tweeter une confession ou plus exactement présenter le contenu d’un twet comme tel), le #FF c’est-à-dire « Follow Friday », recommandation à suivre des comptes le vendredi. Le tweet entre alors dans un format qui s’apparente à un technogenre de discours.
Pratiques créatrices : l’exemple de la twittérature. La twittérature est ainsi décrite sur le site de l’Institut de Twittérature Comparée :

L’Institut de Twittérature Comparée (ITC) existe parce que Twitter existe. Parce que la littérature existe. Parce qu’il est possible de rédiger des textes en moins de 140 caractères (espaces compris). Parce qu’on peut être drôle et intelligent à la fois et vice versa. Parce qu’on peut être aussi simultanément dense et léger, brut et subtil, lent et rapide, cérébral et viscéral, poétique et discursif. La twittérature existe enfin parce qu’une nanorhétorique des antithèses, oxymorons compris, stimule l’essor et l’éclat ; elle y trouve sa piste d’envol et son champ d’exploration (page « L’ITC).

Le contenu verbal des tweets de la twittérature est linéaire, ce qui fait leur spécificité sur Twitter : pas de lien, pas de hashtag, pas de pseudos, rien de cliquable. Les twittérateurs s’en expliquent ainsi :

En règle générale, elle [la twittérature] ne s’affuble pas d’un fil corrompu par la discussion bilatérale, par le retweet (RT), par la citation (@), le hashtag (#) ou le renvoi (http://www). Bien que Twitter soit un outil exemplaire pour acheminer des données brèves aux abonnés de son compte, le twittérateur ne retweete que très rarement. S’il le fait, souvent il s’amusera à contourner la règle de Twitter en faisant en sorte que son gazouillis soit contenu dans 140 caractères pile. Autrement, il n’écrit que des mots, il ne fabrique que des phrases.

Idéalement le fil de discussion du twittérateur est pur, il est monochrome. On n’y retrouve que les 26 lettres de l’alphabet et les signes de ponctuation. Des chiffres à la rigueur (surtout cette allusion au nombre cent quarante qui permet tant de clins d’œil et d’autodérision) peuvent parfois émailler la séquence ; mais aux chiffres, on préférera les lettres. Tant mieux disent certains si la pensée proposée tient dans 140 caractères, mais ce n’est pas forcément obligatoire (site de l’ITC).

Cette « pureté » est donc une règle du genre, que l’on retrouve chez certains twitteurs, qui n’exploitent pas toujours les possibilités technodiscursives du réseau. C’est par exemple le cas de Bernard Pivot (@bernardpivot1), qui a publié en mai 2013 un recueil de ses tweets, Les tweets sont des chats (Albin Michel), les tweets sélectionnés étant tous linéaires. Le tweet littéraire présente donc le paradoxe d’être une production native en ligne tout en ne se distinguant pas des productions hors ligne : il n’intègre pas la technodiscursivité.
– Pratiques méta(techno)discursives. Twitter a produit une culture discursive qui repose sur le traçage des opérations sur le réseau et les possibilités de redocumentation. Des outils en ligne permettent d’identifier les follow et unfollow et de les publier dans des tweets : le tweet est alors métadiscursif dans la mesure où il commente le fonctionnement du dispositif. Il existe également initiatives à vocation créative qui documentent Twitter, sous des angles très variés : un compte Pinterest archive par exemple Les Premiers Tweets. D’une manière générale, la seule existence du hashtag permet un fonctionnement métadiscursif du réseau puisqu’il introduit une dimension métalangagière dans le tweet lui-même.

5. Références

Aciman Alexander, Rensin Emmett, 2009, Twitterature: The World’s Greatest Books Retold Through Twitter, London, Penguin Books [trad. française : 2010, La twittérature. Les chefs-d’œuvre de la littérature revus par la Génération Twitter, Paris, Éditions Saint-Simon].
Chomsky Noam (interviews)
– 2010 : « Noam Chomsky », Figure/Ground Communication [website], December 17th, 2010, http://figureground.ca/interviews/noam-chomsky/, consulté le 5 mai 2013.
– 2011 : « The secret of Noam : A Chomsky Interview », Brightest Young Things [website], March 9, 2011, http://brightestyoungthings.com/articles/the-secret-of-noam-a-chomsky-interview.htm, consulté le 5 mai 2013.
Jurgenson Nathan, 2011, « Why Chomsky is wrong about Twitter », Salon [website], october 23, 2011, http://www.salon.com/2011/10/23/why_chomsky_is_wrong_about_twitter/, consulté le 5 mai 2013. 
Mischaud Edward, 2007, Twitter: Expressions of the Whole Self. An investigation into user appropriation of a web-based communications platform, London, Media@lse, London School of Economics and Political Science.
Marwick Alice E., boyd  danah, 2010, « I tweet honestly, I tweet passionately: Twitter users, context collapse, and the imagined audience », New Media & Society, 114-133.
Paveau Marie-Anne
– 2012a : 2012 : « Activités langagières et technologie discursive. L’exemple du réseau de micro-blogging Twitter », communication au Colloque de la VALS-ASLA : Le rôle des pratiques langagières dans la constitution des espaces sociaux pluriels d’aujourd’hui : un défi pour la linguistique appliquée, Université de Lausanne, 1-3 février 2012 (présentation détaillé sur La pensée du discours).
– 2012b : « Réalité et discursivité. D’autres dimensions pour la théorie du discours », Semen 34, 95-115 (en ligne sur HAL).
– 2013a : 21 janvier 2013, entrée “Technologie discursive“, Dictionnaire d’analyse du discours numériqueTechnologies discursives [Carnet de recherche], http://technodiscours.hypotheses.org/?p=277, consulté le 5 mai 2013.
– 2013b : 4 février 2013, entrée “Environnement“, Dictionnaire d’analyse du discours numérique, Technologies discursives [Carnet de recherche], http://technodiscours.hypotheses.org/?p=311, consulté le 5 mai 2013.
– 2013c : (à par. juin), « Genre de discours et technologie discursive. Tweet, twittécriture et twittérature », Pratiques 157-158, dossier Modèles et théories du genre en confrontation (en ligne sur HAL).
Zappavigna Michele, 2012, Discourse of Twitter and Social Media, London, Bloomsbury Academic.

NB 1 : les mots en gras seront définis dans le dictionnaire
NB 2 : ce billet est la version preprint d’une partie d’un article sur le discours du réseau de microblogging Twitter à paraître.

Crédit : Daily Drop Cap, Jessica Hische, CC

Pour citer cet article. Paveau M.-A., 5 mai 2013, “Tweet“, Technologies discursives, [Carnet de recherche], http://technodiscours.hypotheses.org/?p=385, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Elena Azofra dit :

    Indicaciones normativas de RAE, via @RAEinforma:

    #RAEconsultas Se adaptan gráficamente al español las voces «tuit», «tuitear», «tuitero», y sus derivados «retuit» o «retuitear».— RAE (@RAEinforma) 11 de marzo de 2013

    #RAEconsultas Las palabras adaptadas son «tuit», «tuitear» y «tuitero», no «Twitter», que, como nombre propio comercial, no se adapta.— RAE (@RAEinforma) 19 de marzo de 2013

    #RAEconsultas El término español recomendado para sustituir la voz inglesa «hashtag» es «etiqueta».— RAE (@RAEinforma) 20 de abril de 2013

  2. Elena Azofra dit :

    Merci pour cette géniale analyse, Marie-Anne ! C’est très utile !

    Je laisse ici des remarques sur les formes adaptées en espagnol, avec lesquelles j’ai constaté le fait étonnant de voir comment l’Académie de la langue (RAE) essaie de fixer un usage encore instable pour les locuteurs eux-mêmes (nos « parlants », tu sais…).
    Je fais un « copier-coller » de quelques lignes de ton billet, quelques changements français-ESPAGNOL (soulignés en capitales) et voilà :

    « Remarques grapholexicales :
    – le lexique spécialisé est encore instable en ESPAGNOL et l’on trouve plusieurs réalisations graphiques concurrentes pour la même forme, en particulier sur les bases TWIT- et TUIT-.
    – on emploie EN ESPAGNOL les formes ADAPTÉES TUITERO et TUITERA, les formes empruntées tweet et retweet, les formes lexicalisée par suffixation verbale ESPAGNOLE TUITEAR et RETUITEAR, Twitter pour le réseau, (PAS DE *TUITOSFERA EN ESPAGNOL).
    – on emploie l’emprunt hashtag qui semble en cours de lexicalisation (L’ESPAGNOL NORMATIF via la Commission de terminologie DE RAE propose ETIQUETA) et indifféremment follower ou SEGUIDOR. »

    En espagnol, comme on peut le voir, il existe presque la même situation quant aux adaptations des emprunts, leurs graphies et leur aisance pour fournir des derivés.

    La partie la plus intéréssante de ton billet commence après ces remarques, je le sais, mais j’ai voulu mettre ma main à la pâte… ;)

  1. 06/05/2013

    […] Paveau propose aux lecteurs de son carnet Technologies discursives un billet en forme d’article de dictionnaire — dictionnaire à tous points de vue illustré — qui détaille de manière méthodique le […]

  2. 11/05/2013

    […] ne correspond à aucun énoncé produit ou lu-interprété (voir sur ce point l’entrée tweet ici même, Paveau 2013c). Corollaire de la contextualisation technorelationnelle, la mise en […]

  3. 11/10/2016

    […] Paveau (2013) dans le Dictionnaire d’analyse du discours numérique pour l’entrée « Tweet ». Il me semble que reprendre les mêmes critères de définition permettra une meilleure […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *