Analyse discursive des réseaux sociaux numériques [Dictionnaire]

6763385339_ba2e215d7e_n1. Position du problème : extraction vs contextualisation

Les réseaux sociaux numériques (RSN) constituent pour les linguistes TDI (texte, discours interaction) de nouveaux corpus et les études, encore rares en français, commencent à être publiées. Jusqu’à présent, et depuis le milieu des années 1990, ce sont surtout les forums de discussion, les courriels, les tchats ou les espaces d’apprentissage en ligne qui ont fait l’objet de travaux en linguistique et en info-com, souvent dans le cadre de la CMO (Communication médiatisée/médiée par ordinateur), dont une partie du domaine est par ailleurs consacrée au langage SMS. On peut consulter par exemple du côté linguistique Pierozak 2007 qui donne un aperçu des études dans le champ en 2007 ou plus récemment, du côté info-com, Liénard & Zlitni 2011 et Zlitni & Liénard 2013 qui montrent la modification progressive des objets de la CMO et la prise en compte récente des RSN, en même temps que la persistance des premiers objets.

Les réseaux sociaux numériques, issus du web 2.0, sont donc restés peu ou inexploités comme corpus de discours et d’échange en linguistique TDI francophone. Dans le domaine anglophone, l’étude des RSN s’est fortement développée à partie de 2010, et il existe désormais de très nombreuses études en CMC (Computer Mediated Communication) et media studies sur Facebook et Twitter en particulier, et de récents ouvrages de référence. Les études existantes en français traitent souvent les énoncés sur les réseaux avec les concepts et outils de l’analyse du discours hors ligne, et travaillent sur le discours de manière logocentrée : les énoncés sont extraits des environnements numériques et présentés traditionnellement sous forme de liste ou d’énoncé individuel, leur matière verbale étant seule prise en considération (je parle de l’analyse du discours qualitative sur corpus empirique et non de l’analyse automatisée qui repose sur l’extraction). Ce type de présentation est adopté quel que soit le support, papier ou électronique, ce qui montre qu’il ne s’agit pas d’une nécessité matérielle, la capture d’écran étant très facile à diffuser en ligne, mais bien d’une conception du discours. On peut consulter, entre autres exemples, Yanoshevsky 2010, Marcon 2012, Niquette 2010 sur Facebook, Crumière 2012 sur Foursquare (qui ne présente aucune image du site de géolocalisation). Longhi 2013 qui publie dans une revue papier précise que pour les besoins de son étude, les tweets ont été extraits, présentant donc le seul contenu verbal, et donne l’URL d’un site qui permet de retrouver l’environnement natif. Combe Celik 2012 qui travaille sur Facebook propose les deux présentations : des extractions logocentrées et une capture d’écran donnant « l’exemple d’un polylogue » ; mais on verra que la définition même de Facebook et des RSN étant relationnelle, le « polylogue » y est pour ainsi dire natif. Le même type de problème se pose pour les blogs, les énoncés étant en général extraits et le texte des billets étant considérés hors commentaires et métadonnées. Cette approche peu contextuelle pose des problèmes importants en ce qui concerne la conception et la compréhension du discours des réseaux sociaux.

2. Discours (socio)numérique et média social : une nécessaire approche écologique

Comme le soulignent boyd et Ellison 2007, il ne suffit pas qu’il y ait communication électronique pour qu’il y ait média social ou réseau social. Le seul fait de communiquer en ligne n’implique pas la relation socionumérique propre aux RSN : un média est social quand sa forme et son contenu sont construits par les relations que les utilisateurs y construisent et entretiennent. Un média social est donc, sur le plan discursif, un dispositif de discours mouvant constamment en évolution qui repose sur les relations entre tous les agents de la production verbale. Notre lecture et notre écriture en ligne sont donc orientées par les lectures et écritures des autres membres du réseau. C’est la raison pour laquelle on préfère parler ici de discours numérique pour désigner le discours sur les RSN, conservant le terme de communication électronique à des fins descriptives pour englober toute forme d’écriture, en ligne ou hors ligne, qui se produit en contexte technologique impliquant un écran, sans préjuger des caractéristiques du discours qui y sera produit. Sur un RSN, la production discursive possède quelques caractéristiques fortes qui impliquent la nécessité théorique et méthodologique d’une approche écologique, c’est-à-dire qui porte sur l’ensemble du dispositif de production verbale et non sur un seul de ses éléments, comme l’énoncé (approche logocentrée) ou le locuteur (approche egocéphalocetrée) – (voir sur ce point Paveau 2009, 2012) :

La contextualisation technorelationnelle : sur un RSN, personne ne voit le même énoncé, qui est pris dans la timeline ou dans le compte de chaque utilisateur. Tous les énoncés, qu’ils soient verbaux, iconiques ou plurisémiotiques, sont produits et reçus dans un environnement spécifique et unique qui est le compte de chaque locuteur et récepteur, dont la physionomie dépend de l’ensemble de ses relations. Un trait majeur, structurel et définitoire d’un énoncé sur un RSN est sa contextualisation technorelationnelle. Judith Donath explique à ce propos que

les choses que vous dites n’existent que dans le contexte d’autres communications et qu’on ne peut pas les regrarder de manière isolée, comme si elles étaient des publications uniques et singulières. Nos discussions ne se comprennent que dans le réseau de relations et de signes dans lesquelles elles s’inscrivent (Donath 2007 : en ligne, citée et traduite par Guillaud 2011 : 36-37).

Cela veut dire que sur les RSN, plus que dans tout autre environnement discursif (et l’on sait à quel point la notion de contexte est inhérente aux et même définitoire des linguistiques TDI), il n’existe pas d’énoncé en soi, qui puisse être extractible et analysé pour lui-même, et encore moins comparé avec d’autres (la situation est par exemple différente sur un site ou un blog, où il est possible que tous les récepteurs lisent le même énoncé, puisque le dispositif numérique n’est pas relationnel, si l’on excepte les commentaires). Dans cette perspective, l’énoncé décontextualisé est une sorte de non-sens théorique et méthodologique puisqu’il ne correspond à aucun énoncé produit ou lu-interprété (voir sur ce point l’entrée tweet ici même, Paveau 2013c). Corollaire de la contextualisation technorelationnelle, la mise en relation d’individus partageant des univers communs, ce que les sociologues appellent l’homophilie des RSN (concept travaillé entre autres par dana boyd et Antonio Casilli), ou ce que Michele Zappavigna, dans le contexte de Twitter, appelle ambient affiliation (Zappavigna 2012) : dans tous les cas, les discours mis en relation forment un graphe d’univers partagés, ce qui est parfois un peu vite et sans doute trop fortement appelé communauté ; le corpus des RSN nous oblige en effet à réviser et ré-élaborer le concept de communauté discursive, élaboré à partir de données hors ligne, dans des approches sociolinguistiques et discursives, mais également didactiques (Beacco, Maingueneau, Bernié).

L’investigabilité du discours : on traduit ici par investigabilité le terme de findability employé dans les travaux anglophones sur Twitter en particulier (Zappavigna 2012) et lié au concept de searchable talk. Le discours des RSN est investigable (findable) car la présence numérique des locuteurs y est visible et traçable, par l’intermédiaire d’un certain nombre d’outils : moteurs de recherche généraux, moteurs de recherche intégrés aux réseaux, tags et hashtags, colonne d’actions des amis sur Facebook, etc. Nos traces numériques rendent notre discours investigable, ce qui lui confère une dimension linguistique inédite : la mémoire discursive, l’intertextualité, l’interdiscusivité, la polyphonie et le dialogisme, que les linguistes doivent parfois traquer dans les couches invisibles de nos discours, de manière interprétative, deviennent visibles et explicites, et hors de la construction de l’analyste-interprète. Cela doit transformer les procédures de l’analyse du discours. Comme le dit Hubert Guillaud dans l’un de ses billets sur Facebook, « Facebook n’est que le lieu documenté de notre société moderne » (Guillaud 2011). Le discours sur les RSN est en effet documenté, et par conséquent redocumentable, ce qui modifie tout le dispositif de la discursivité.

La technoconversationnalité. On entend ici conversationnalité sur toute son échelle sémantique, de son sens le plus faible à son sens le plus fort (échange conversationnel suivi, construit et fourni), en passant par tous les gradients de conversationnalité. L’idée centrale est que les RSN sont des réseaux, c’est-à-dire des espaces qui sont construits des relations qu’ils permettent : sur le plan langagier, tous les énoncés produits sur les RSN sont conversationnels car ils supposent une relation. Cette relation est de deux types, selon la nature de l’adresse : avec une audience imaginée ou avec des interlocuteurs identifiés (dans leur identité numérique en tout cas). Dans le premier cas, la production-réception de discours sur les RSN (publics comme Twitter ou Pinterest ou YouTube, etc.) ou sur les segments publics du réseau Facebook (fan pages) se fait au sein d’une adresse sans interlocuteur identifié, mais avec une identification imaginaire cependant ; c’est le « public invisible » dont parlent Marvick & boyd 2010, qui constitue une audience collective imaginée, à la manière du public des médias traditionnels. Dans le second cas, on parcourt les gradients de la conversationnalité avec interlocuteurs identifiés (avec ses amis Facebook par exemple), mais le public invisible peut également augmenter l’audience supposée connue (un des amis peut partager un statut, et ainsi de suite). Au sens faible, la conversationnalité peut se construire dans un like sur Facebook, Pinterest ou ailleurs, ou un favori sur Twitter, qui a souvent la fonction d’un « je suis là et j’ai lu, mais je ne réponds pas forcément ». Dans l’ordre d’une conversationnalité plus développée, on peut dire que l’abonnement à un compte, sur Twitter, constitue un degré plus élaboré de conversation (parce qu’une perspective de durée, même minime, se dit), comme le partage d’un contenu sans échange particulier. Il peut s’agir d’un tweet unique dans le cadre d’un échange non répété avec un twitteur, d’un commentaire sur Facebook ou YouTube, ce type d’échange pouvant s’enrichir et se construire jusqu’à atteindre les degrés les plus forts de conversationnalité, qui supposent la construction d’un espace d’échange et d’un univers cognitif et discursif de partage.

Point méthodologique. Dans les travaux sur les RSN, surtout quand les revues ou supports de publication sont en ligne, il est aisé de procéder par captures d’écran, et faute de mieux, de renvoyer à un corpus en ligne facile à présenter grâce à de nombreux outils d’archivage de l’internet ; pour un exemple sur revue imprimée, voir Paveau 2013d ; pour des exemples de comparaison entre des corpus logocentrés présenté par extraction des énoncés, et des corpus présentés dans une perspective écologique, en tenant compte de l’environnement natif des énoncés, voir les slides de Paveau 2013c.

3. Références

– boyd dana & Ellison Nicole, 2007, « Social network sites: Definition, history, and scholarship », Journal of Computer-Mediated Communication, 13 (1), article 11, http://jcmc.indiana.edu/vol13/issue1/boyd.ellison.html, consulté le 9 mai 2013.
– Combe Celik Christelle, 2012, « Facebook pour l’enseignement/apprentissage informel du FLE : une étude de cas », dans M. Sidir, G.-L. Baron et E. Bruillard (dirs), Actes du colloque Journées Communication et Apprentissage Instrumentés en réseau (JOCAIR), Amiens 6-7-8 septembre 2012, 191-201.
– Crumière Christelle, 2012, « La communication géolocalisee : interactions sociales et mise en visibilité de soi sur le réseau Foursquare « , Networks and Communication Studies, NETCOM, vol. 26-1-2, 97-110.
– Donath Judith, 2007, « Signals in social supernets », Journal of Computer-Mediated Communication13 (1), article 12, http://jcmc.indiana.edu/vol13/issue1/donath.html, consulté le 9 mai 2013.
– Guillaud Hubert, 2011, Comprendre Facebook, publie.net, coll. « Washing machine », http://www.publie.net/fr/ebook/9782814505056/comprendre-facebook.
– Longhi Julien, 2013, « Essai de caractérisation du tweet politique », L’Information grammaticale 136, 25-32.
– Marcon Mario, 2012, « Another proverb in the wall. Perception parémique et intérêt parémiologique sur les fan pages de Facebook », Unidades fraseológicas y TIC, 125-146.
– Marwick Alice E., boyd  danah, 2010, « I tweet honestly, I tweet passionately: Twitter users, context collapse, and the imagined audience », New Media & Society, 114-133.
– Paveau M.-A.
2009 : « Mais où est donc le sens ? Pour une linguistique symétrique », Actes colloque international Res per nomen, Reims, 30-31 mai, 21-31.
2012 : « Ce que disent les objets. Sens, affordance, cognition », dans Quelle place pour les objets dans les sciences du langage et sciences de la communication ? Synergies Pays Riverains de la Baltique 9, 53-65, http://ressources-cla.univ-fcomte.fr/gerflint/Baltique9/baltique9.html
4 février 2013(a), entrée “Environnement“, Dictionnaire d’analyse du discours numérique, Technologies discursives [Carnet de recherche], http://technodiscours.hypotheses.org/?p=311, consulté le 5 mai 2013.
5 mai 2013(b), “Tweet“, Technologies discursives, [Carnet de recherche], http://technodiscours.hypotheses.org/?p=385, consulté le 9 mai 2013.
2013c : « Du contexte à l’environnement : une approche écologique du discours », conférence à la Journée Doscila Paris Diderot, 5 avril 2013, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/11322, consulté le 9 mai 2013.
2013d : (à par. juin), « Genre de discours et technologie discursive. Tweet, twittécriture et twittérature », Pratiques 157-158, dossier Modèles et théories du genre en confrontation  (en ligne sur HAL).
– Pierozak Isabelle (dir.), 2007, Regards sur l’internet, dans ses dimensions langagières. Penser les continuités et discontinuités. En hommage à Jacques Anis, Glottopol 10, http://www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol/numero_10.html
– Zappavigna Michele, 2012, Discourse of Twitter and Social Media, London, Bloomsbury Academic.
– Zlitni Sami & Liénard Fabien (dir.), 2013, La communication électronique en questions, Berne, Peter Lang.

– Yanoshevsky Galia, 2010, « Les réseaux sociaux et l’échange entre l’homme politique et les internautes : le cas de Facebook après les élections présidentielles en France », Argumentation et Analyse du Discours, http://aad.revues.org/1008, consulté le 09 mai 2013.

NB 1 : les mots en gras seront définis dans le dictionnaire
NB 2 : ce billet est la version preprint d’une partie d’un article sur le discours du réseau de microblogging Twitter à paraître.

Crédit : « A. Typography Project 2009 », Jessica On Paper, galerie de l’auteure sur Flickr, CC.

Pour citer cet article. Paveau M.-A., 9 mai 2013, “Analyse discursive des réseaux sociaux numériques“, Dictionnaire d’analyse du discours numérique, Technologies discursives, [Carnet de recherche]http://technodiscours.hypotheses.org/?p=431, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. 17/05/2013

    […] Analyse discursive des réseaux sociaux numériques […]

  2. 23/05/2013

    […] Revue techno de la semaine | Culture numérique dans Analyse discursive des réseaux sociaux numériques [Dictionnaire] […]

  3. 28/07/2013

    […] Analyse discursive des réseaux sociaux numériques [Dictionnaire] […]

  4. 22/06/2014

    […] 1. Position du problème : extraction vs contextualisation Les réseaux sociaux numériques (RSN) constituent pour les linguistes TDI (te…  […]

  5. 22/06/2015

    […] affiliation, que M.-A. Paveau choisit de traduire par “affiliation diffuse”. L’audience d’un tweet ne se limite en effet pas aux abonné·es du compte produisant ce tweet. Ce […]

  6. 25/03/2016

    […] peut relier la notion de corpus idionumérique à celle de « contextualisation technorelationnelle »  (Paveau 2013). Le discours dans les réseaux sociaux numériques est dépendant de la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *