Hashtag [Dictionnaire]

481270891_1f1ad2ccb61. Définition

Le hashtag est un segment langagier précédé du signe #, utilisé principalement sur le réseau de microblogging Twitter. Cette association en fait un tag cliquable, inséré manuellement dans un tweet et permettant d’accéder à un fil. Le hashtag est une convention mise en place par les usagers du réseau (Kwak et al. 2010). C’est une forme langagière dont la fonction est essentiellement sociale, permettant l’affiliation diffuse (ambient affiliation) des usagers, la technoconversationnalité et l’investigabilité (searchability) du discours.

2. Histoire

Le hashtag figure parmi les principales affordances techniques qui ont été ajoutées au réseau à partir de 2007. Il est l’héritier à la fois des canaux de discussion IRC et des folksonomies (pratiques personnelles d’indexation par tagging), telles qu’on les trouve dès le début des années 2000 sur les plateformes Flickr et Delicious par exemple (Bruns & Burgess 2011). Sur Twitter, l’usage du hashtag est proposé en 2007 par Chris Messina, qui en décrit l’usage dans un billet sur son blog Factoryjoe.com, « Groups for Twitter, or a Proposal for Twitter Tag Channels » (2007). Deux jours auparavant, il avait lancé la proposition sur Twitter, dans ce tweet archivé sur le site Hashtags.org :

figure6tweetMessinaCapture d’écran 2013-05-18 à 11.07.03

La première mention du hashtag

Les développeurs de Twitter intègrent cette proposition au dispositif technique du réseau, selon le principe de la mise en forme sociale de la technologie propre aux communautés d’utilisateurs des réseaux, et tout particulièrement Twitter, ce que Axel Bruns appelle pour sa part le produsage (Bruns 2008). Bruns & Burgess soulignent un point important, à savoir que le hashtag permet la création d’un canal (ou fil ou flux) plus que d’un groupe :

The original idea, as the title of Messina’s post indicates, was linked to proposals within the Twitter community for the formation of Twitter user groups based on interests or relationships; counter to which Messina argued that he was « more interested in simply having a better eavesdropping experience on Twitter. » So rather than « groups », hashtags would create ac hoc channels  (corresponding to IRC channels) to which groupings of users could pay selective attention (Bruns & Burgess 2011 : 3).

Le hashtag propose donc une affordance communicationnelle spécifique au réseau Twitter, qui implique des formes endémiques de participation discursive.

À partir de l’invention de Chris Messina, les usages du hashtag se sont diversifiés sur Twitter, et ont également atteint d’autres écosystèmes. C’est le cas sur Instagram, et il est actuellement question d’introduire des hashtags sur Facebook. Il arrive de rencontrer des hashtags dans un mail ou un texto, ou sur certains sites, où ils sont intégrés linguistiquement dans les énoncés, sans leur fonctionnalité hypertextuelle. Les deux exemples suivants montrent une utilisation du hashtag #Names sur la page d’annonce d’une revue, et l’utilisation du signe comme organisateur textuel dans le programme d’une manifestation sur le numérique à la Gaîté lyrique, sans que le tag ne soit cliquable pour les deux :

 figure7hashtag sur revue

Capture d’écran 2013-05-22 à 14.01.52

Hashtags non technodiscursifs

3. Description technolinguistique

Un technomorphème. Le symbole # est en usage chez les anglophones et nommé number sign (# est l’équivalent de en anglais), hash, hash key ou pound key, # étant le symbole de la livre (unité de masse). Inconnu des usages francophones, le hash sign est devenu le signe dièse par nécessité technologique, les claviers français ne proposant que cette touche. Certains rappellent qu’il s’agit d’un croisillon (ou petit carré, comme on le nomme au Québec et en Belgique), qu’il ne faut pas confondre avec le signe musical. Cela n’a pas empêché que la commission générale de terminologie et de néologisme française ne propose en janvier 2013 l’équivalent français mot-dièse, qui ne semble pas prendre dans les usages (pour des détails sur les autres usages du signe #, en particulier en programmation informatique, voir l’article croisillon sur Wikipédia).

Le hashtag est un technomorphème (Paveau 2013a) car il possède une nature composite : le segment est bien langagier (il s’agit de sigles, mots, expressions ou même de phrases entières) mais également cliquable, puisqu’il constitue un lien qui permet la création d’un fil. La place du hashtag est libre dans le tweet : début, milieu ou fin. Son mode d’intégration est varié : il peut précéder ou suivre le texte du tweet (il est alors externe), mais peut également être intégré dans la syntaxe de l’énoncé, souvent comme substantif ou adjectif (hashtag interne) :

#internes2013-05-22 à 11.33.32

#externes 2013-05-22 à 11.31.22

Hashtags internes et externes (22 mai 2013)

Dimension écologique. Dans leur travail sur l’expansion sémantique des hashtags, pour la détection d’événements (event detection), Ozdikis et al. considèrent que le hashtag est lié aux autres éléments langagiers du tweet par un rapport de contextualité : « Our basic intuition is that a hashtag should be a summary of or contextually very relevant to other non-hashtag words in a tweet. In other words, non-hashtag words can be used as a kind of context descriptor for the hashtags » (2012 : 3). Il faut souligner que l’inverse est également vrai. L’énoncé du tweet peut permettre d’élucider le hashtag, comme dans cet exemple, où la siglaison rend assez difficile, sans connaissance préalable, l’identification du hashtag :

 tweetélucidépar#2013-05-22 à 12.11.23

Le hashtag élucidé par le texte du tweet (22 mai 2013)

Mais dans bien d’autres cas, le hashtag contextualise le tweet, comme dans celui-ci où il renvoie à un événement hors ligne qui facilite la compréhension de l’énoncé du tweet :

#élucidetweet2013-05-22 à 12.06.55

Le hashtag contextualise le tweet (22 mai 2013)

Dans d’autres cas encore, le hashtag peut n’être pas élucidé par le tweet si l’on ne possède pas la connaissance préalable, phénomène auquel remédient plusieurs sites ou pages qui répertorient les significations des hashtags (comme cette page de Télé Star qui donne ceux des émissions de télévision) :

#nonélucidable2013-05-22 à 11.30.07

Le hashtag difficilement élucidable sans connaissance préalable (22 mai 2013)

La dimension contextuelle du hashtag peut aller jusqu’à la performativité, comme le pensent Bruns & Burgess 2011 : « to include a hashtag in one’s tweet is a performative statement: it brings the hashtag into being at the very moment that it is first articulated, and – as the tweet is instantly disseminated to all of the sender’s followers » (2011 : 8). Effectivement, insérer un hashtag revient à accomplir un acte technodiscursif : c’est créer une catégorie folksonomique (événement, état mental, évaluation, etc.) et par là même mettre en place la possibilité d’un fil redocumentable. Produire un hashtag, métadonnée performative au cœur du processus du searchable talk, est donc une action technodiscursive qui modifie l’environnement.

Mais il contribue aussi à la technoconversationnalité propre au réseau. La question « à qui parle-t-on sur Twitter ? » est loin d’être simple et il faut sans doute modifier les conceptions énonciatives et interactionnelles mainstream. Ruth Page, travaillant sur la construction de la micro-célébrité sur Twitter, considère qu’il faut sortir de l’analogie avec les échanges conversationnels hors ligne :

The results imply that although the kinds of talk found on Twitter do exhibit some of the characteristics of participatory culture, it is misleading to assume that the conversational qualities of Twitter, and of hashtags in par­ticular, mimic the dyadic exchanges typical of face-to-face interactions between peers. Instead, the talk surrounding hashtags sometimes appears closer to the qualities typical of broadcast talk, which simulates conversational qualities in the service of micro-celebrity (Page 2012 : 198-199).

Il s’agit donc d’une parole analogue à celle produite à la radio ou à la télévision, autrement dit une parole qui, bien qu’adressée, ne l’est pas forcément à des interlocuteurs identifiés, ni même identifiables. Dans les faits, le fil étant public, il est impossible de savoir qui lit le tweet ; en revanche, il est possible de savoir qui le favorise et le retweete, puisque ces actions technodiscursives sont tracées par le dispositif technique. Cela veut dire que l’audience d’un tweet ne correspond pas à la « communauté » construite par le système d’abonnement : les lecteurs ne sont pas forcément uniquement les followers ; et, inversement, on ne lit pas que les tweets de ses followés, toujours selon le principe de l’affiliation diffuse.

4. Pratiques technodiscursives

La variété morphologique des hashtags est infinie : dans la limite des 140 signes, en fait 139 si l’on compte le #, tout peut être hashtag. Certains sont lexicalisés et connus des usagers, en particulier ceux qui désignent des rituels discursifs propres au réseau, d’autres semi-lexicalisés, d’autres encore décidés par une instance extérieure (la balise de live tweet d’un événement), d’autres enfin parfaitement individuels, comme certains hashtags ludiques.

Usage de base : tagging et redocumentation. Comme le précisent Carter et al. 2011 dans un travail sur la traduction des hashtags, « hashtags are simple way to make the wide variety of published microblog material searchable, and they serve to give accurate and timely statistics about trending topics of posts on the platform » (2011 : 1). Le hashtag rend le discours investigable (searchable) et l’investigabilité prend plusieurs formes : création d’un fil en cliquant sur un hashtag ; utilisation du moteur de recherche de Twitter ; consultation des trendings topics (TT) mis à jour en temps réel (encadré « Tendances » à gauche de la TL).

Une pratique importante du réseau est le live tweet (LT), qui consiste à décrire et/ou commenter un événement (émission de télévision, élection, colloque, rencontre sportive, etc.) Techniquement, le LT suppose l’adoption d’un hashtag (#FH2012 et #NS2012 dans la dernière présidentielle française par exemple) permettant d’accéder à l’ensemble des tweets concernés.

Les fils ou canaux peuvent faire l’objet d’une redocumentation, opération technodiscursive articulée à l’investigabilité du discours. La redocumentation peut se définir comme « la reprise, au sein d’un nouveau document, du contenu des traces générées de façon automatique suite à l’interaction de l’utilisateur avec le système informatique » (Yahiaoui et al. 2007 : 198). Plusieurs applications sont disponibles pour procéder à ce regroupement, qui est une forme de textualisation des tweets : l’application Tweetdoc produit un fichier pdf, l’outil Storify rassemble les tweets sous la forme d’histoire qui sont en fait des listes antéchronologiques des tweets, l’outil Twitario produit des livres avec les tweets d’un abonné. On voit que ces formes sont toutes textuelles, Twitter et les tweets posant d’intéressants et d’importants problèmes de catégorisation des productions verbales, entre énoncé, discours, texte et document (Paveau 2012).

Capture d’écran 2013-05-22 à 11.46.14

Redocumentation par l’outil Twitario du compte @mapav8

Pratiques affiliatives. Les pratiques technodiscursives sur Twitter sont ouvertes au produsage (Bruns 2008). Contrairement au slogan de départ du réseau en 2006 (« What are you doing ? ») et à des discours réduisant la plateforme à un espace d’expression pauvre et désocialisant (voir les citations de Chomsky dans l’article Tweet de Paveau 2013b), Twitter est le lieu discursif d’une affiliation diffuse créatrice d’échanges et de connaissances. Cette affiliation se manifeste par un certains nombre de pratiques : les twitteurs ont par exemple inventé des rites hebdomadaires comme le #jeudiconfession (tweeter un aveu) ou le #FF c’est-à-dire « Follow Friday », recommandation à suivre des comptes le vendredi. De nombreux hashtags comme #noteàmoimême, ‪#lesgens, #done ou #çacestfait, signalent des pratiques discursives propre aux affiliés du réseau. L’invention des pratiques est ouverte.

Émotion et modalisation. Il existe aussi des usages du hashtag liés à l’expression des émotions et aux modalisations des énoncés. Exclamations et onomatopées sont présentes, spécifiques ou non à Twitter : si #grr, #beurk, #arfff ou #pfff appartiennent au stock commun des formes expressives dans les écrits hors ligne ou en ligne, électroniques ou non, #mouahaha ou #vomi sont par exemple plus spécifiques au réseau. L’expression des émotions est également formulée sous forme lexicale et il n’est pas rare de trouver des mots (#colère, #joie, #scandalisée), qui ajoutent une information sur un autre niveau que le contenu de sens du reste du tweet. Le hashtag joue alors le rôle d’une information complémentaire, entre expression de l’émotion et modalisation énonciative, puisqu’il est difficile de distinguer ce qui ressortit à la description psychologique du twitteur ou à celle de sa subjectivité énonciative. Les hashtags #sarcasm(e) #ironie ou #humour, sont en revanche clairement modalisateurs, puisqu’ils donnent une instruction interprétative explicite. Le hashtag fournit également un commentaire concis sur l’énoncé du tweet : le fil #ubu (francophone) par exemple, donne une liste de tweets qui se lisent comme des descriptions de situations absurdes, en vertu d’un appel à une culture supposée commune parmi les membres du réseau. L’affiliation diffuse spécifique au réseau rejoint alors l’appel à une culture commune ordinaire dans les interactions verbales.

Le hashtag ludique, idéologique ou polémique. De nombreux hashtags sont créés « pour rire », et resteront uniques, comme le montre leur fil :

 #sanshashtag2012-04-08 à 13.26.58 - copie 2

Fil du hashtag ludique #sanshashtag le 8avril 2012

D’autres sont créés au fur et à mesure de l’actualité, pour jouer, pour discuter, pour faire du lien : ce sont les fonctions de grooming et de gossip des RSN. On a pu suivre par exemple #JeDemandeLaNationalitéRusse au moment du départ de l’acteur Gérard Depardieu en Russie, ou l’intéressant #QuandTuHabiteDansUneCité, dont l’erreur syntaxique a fait tweeter au moins autant que les stéréotypes des banlieues françaises :

#quandtuhabite2013-01-04 à 14.25.34 - copie

Hashtag #QuandTuHabiteDansUneCité

Mais des hashtags bien moins neutres surgissent sur le réseau, constituant des propos sexistes (#PrénomDePute), homophobes (#UnGayMort, #simonfilsestgay), antisémites (#UnBonJuif), racistes (#simafillerameneunoir). Ces hashtags construisent des fils, et donc des discours, et cette affiliation-là doit aussi être observée sur le réseau, posant la question de l’éthique du discours sous l’angle des normes et des valeurs. Parce que Twitter est « un monde en tout petit », le réseau réagit cependant et des contre-discours se construisent, témoignant d’une régulation discursive non négligeable. Le hashtag #unbonblanc est par exemple ainsi apparu comme une réponse ironique aux fils racistes, et le 20 mai dernier, s’est tenue une « Hashtag battle » déclenchée par ces deux tweets (merci à @bodyspacesoc pour le signalement) :

#worststudent2013-05-22 à 12.48.52

Capture d’écran 2013-05-22 à 12.51.49

Le hashtag #MyWorstStudent

Il y a eu des réactions d’indignation d’enseignants comme celle de Caroline Magennis sur son blog, mais également une réaction d’étudiants qui ont aussitôt proposé sur Twitter le hashtag #MyBestLecturer, dont le fil contient des propos positifs :

Capture d’écran 2013-05-22 à 12.55.37

Extrait du fil #MyBestLecturer

On cite le plus souvent les « hashtags de la haine », parce qu’ils font événement et déclenchent des indignations morales, parfois suivies d’effets juridiques ; mais il existe donc également des hashtags positifs et même des « hashtags de l’amour », si je puis dire, qui visent à produire de la joie, du plaisir, de l’enrichissement et d’autres choses positives, comme #CeSoirJeSors qui, en mai 2013 propose aux twitteurs de mettre en scène des personnages de tableaux :

figure12#CeSoir2013-05-20 à 16.12.49

Un hashtag créatif

Ce qui amène une twitteuse à déclarer son amour au réseau :

figure13#CeSoir2013-05-20 à 16.13.15

L’amour de Twitter
Il existe bien une économie technodiscursive sur Twitter, qui prend des formes liées aux affordances du réseau et à la nature de la communication sur les RSN (Paveau 2013b, « Analyse  discursive des RSN« ).

5. Références

(Les liens ont été vérifiés le 22 mai 2013)

Bruns, Axel (2008) Blogs, Wikipedia, Second Life, and Beyond. From Production to Produsage. Bern : Peter Lang.
Bruns, Axel & Burgess, Jean (2011) « The use of Twitter hashtags in the formation of ad hoc publics, in 6th European Consortium for Political Research General Conference, 25-27 August 2011, University of Iceland, Reykjavik, http://eprints.qut.edu.au/46515/
Carter S., Tsagkias E., Weerkamp W., (2011) Twitter Hashtags: Joint Translation And Clustering, Web Science 2011, Koblenz, ACM, Ilps, http://ilps.science.uva.nl/biblio/twitter-hashtags-joint-translation-and-clustering
Kwak, H., Lee, C., Park, H., and Moon, S. (2010). What is twitter, a social network or a news media? In Proceedings of the 19th international conference on World wide web, WWW ’10, pages 591–600, New York, NY, USA. ACM.
Messina, Chris. (2007a, 25 Aug.) “Groups for Twitter; or A Proposal for Twitter Tag Channels.” FactoryCity [blog], http://factoryjoe.com/blog/2007/08/25/groups-for-twitter-or-a-proposal-for-twitter-tag-channels/
Ozer Ozdikis, Pinar Senkul, Halit Oguztuzun, 2012, « Semantic Expansion of Hashtags for Enhanced Event Detection in Twitter », VLDB 2012 WOSS, August 31, 2012, Istanbul, Turkey, www.cs.ubc.ca/~welu/woss2012/papers/1-ozdikis.pdf
Paveau Marie-Anne
– (2012) : « Réalité et discursivité. D’autres dimensions pour la théorie du discours », Semen 34, 95-115, http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00773187
– (2013a) : (à par. juin), « Genre de discours et technologie discursive. Tweet, twittécriture et twittérature », Pratiques 157-158, dossier Modèles et théories du genre en confrontation (en ligne sur HAL).
– (2013b), Dictionnaire d’analyse du discours numérique, Technologies discursives [carnet de recherche], http://technodiscours.hypotheses.org/category/dictionnaire-dadn
Yahiaoui, Leila, Prié, Yannick, Boufaida, Zizette (2008) « Redocumentation des traces d’activité médiée informatiquement dans le cadre des transactions communicationnelles », Actes d’IC 2008 : 197-209.

N.B. Les twitteur.ses.s qui ne souhaiteraient pas voir leurs tweets figurer dans ce billet peuvent le signaler et ils sont aussitôt retirés.

Crédit : « H, a rusty H just like me. » Adluh Flour, 804 1/2 Gervais St, Columbia, SC. Compte de l’auteur sur Flickr, CC

Pour citer cet article. Paveau M.-A., 22 mai 2013, “Hashtag“, Technologies discursives, [Carnet de recherche], http://technodiscours.hypotheses.org/?p=488, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse, carnetière connectée, exploratrice numérique, curieuse des discours qui passent et des paroles singulières.

Vous aimerez peut être aussi...

8 Réponses

  1. Bruno dit :

    Bonjour,

    Je pense que le « mot dièse » tel qu’on doit le nommer désormais en France peut être un formidable outil, mais qu’il faut surtout faire attention de bien les choisir et surtout de ne pas en abuser!

    Amicalement,

    Bruno

  1. 26/05/2013

    […] See on technodiscours.hypotheses.org […]

  2. 03/07/2013

    […] Il reste que l’utilisation des hashtags sur Facebook peut être intéressante en termes de marketing. Mais faites attention à la façon dont vous l’utilisez. Pour éviter les erreurs, n’hésitez pas à jeter un oeil à cet article de Social Shaker. Et si vous voulez un article orienté sur les sciences du langage, traitant du hashtag et de ses pratiques, rendez-vous sur cet article de Technologies Discursives. […]

  3. 05/07/2013

    […] Quelques éléments de réponse et de refléxion ici et là […]

  4. 04/01/2014

    […] thématiques et définis par un hashtag. Ce système inspira Chris Messina qui proposa en 2007 que l’on instaure un système similaire sur Twitter, afin de d’étiquetter des contenus […]

  5. 07/08/2014

    […] carnet Technologies discursives de Marie-Anne Paveau, qui propose en autres une entrée sur le hashtag, a achevé de me convaincre et je me suis lancé à l’assaut de Twitter. Mon intention dès […]

  6. 01/07/2015

    […] Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle. ___, 22 mai 2013, “Hashtag”, Technologies discursives, [Carnet de recherche]. MALDIDIER Denise, 1990, L’inquiétude du […]

  7. 01/10/2015

    […] choix du symbole # est un cas très intéressant à la fois de produsage (les utilisateurs d’un média en sont en même temps les producteurs) et de détermination du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *