Comment citer les échanges en ligne ? Courte note sur l’éthique de la recherche sur internet

5776887955_aecaae72eeRécemment des auteurs d’un numéro que je prépare avec François Perea pour la revue Les cahiers de praxématique, consacré aux corpus sensibles, nous ont interrogés sur les modalités de la présentation des énoncés en ligne qu’ils souhaitent intégrer dans leur analyse. Leur demande était la suivante : comment exploiter des corpus tirés de Facebook et de mailing lists qui sont en principe des réseaux fermés (vs publics) ? C’est une question importante pour les linguistes bien sûr, qui analysent les énoncés produits partout où ils les trouvent, mais d’autres disciplines sont aussi confrontées à cette question. Je les remercie de leur question car cela m’a permis de produire cette petite note express, trop brève et donc incomplète, mais qui constitue un début de réflexion sur la question.

Quelques références

En ce qui concerne les questions éthiques liées aux corpus en ligne, je pense que la meilleure synthèse francophone actuelle est dans cet article, où j’ai découvert des travaux précieux, ce dont je remercie les auteurs :

Latzko-Toth S. & Proulx S., 2013, « Enjeux éthiques de la recherche sur le web », dans Barats C. (dir.), Manuel d’analyse du web, Paris, A. Colin, 32-48.

Je ne peux donner malheureusement aucun lien car ce texte n’est pas en ligne, ni les autres du collectif d’ailleurs, à deux exceptions près : le texte d’Olivier Ertzscheid, Gabriel Gallezot et Brigitte Simonnot sur la mémoire du web qui est sur HAL et celui de Jean-Christophe Plantin sur les graphes, que l’on trouve sur son blog Cartonomics (merci à vous quatre !). Le livre n’existe pas non plus en e.book, mais il y a des petits bouts sur Google Books. Je profite de ce billet pour lancer un appel aux auteurs : mettez vos textes sur HAL ou une autre archive ouverte SVP ! Ouvrez la science ! C’est quand même bien incongru de travailler sur les univers numériques et de restreindre sa publication au papier… (je reviendrai sur cet ouvrage et ce paradoxe du « numérique en papier » dans un futur billet).

Je suis très convaincue par la position d’Helen Nissenbaum, qu’elle appelle « l’intégrité contextuelle », et que l’on trouve détaillée dans cet ouvrage :

Nissenbaum, Helen. 2010. Privacy in Context: Technology, Policy, and the Integrity of Social Life
, (Stanford Law Books). Stanford University Press.

L’idée centrale de l’intégrité contextuelle, qui va bien avec mon l’idée d’ajustement aux normes d’une société que je défends dans mon éthique des vertus discursives, est que le chercheur doit respecter autant que faire se peut la perception des scripteurs et non les statts pseudo-objectifs de leurs écrits.

On peut lire aussi, en ligne, un très bon article de David Berry :

David M. Berry, 2004, Internet Research: Privacy, Ethics and Alienation – An Open Source Approach, Internet research 14.4, 323-332.

et un rapport en français sur la question, en ligne également :

Mary Blackstone, Lisa Given, Joseph Levy, Michelle McGinn, Patrick O’Neill, Ted Palys, Will van den Hoonaard, 2008, Élargir le spectre : l’EPTC et les enjeux éthiques de la recherche sur internet. Rapport Rédigé par le Comité de travail spécial de l’éthique de la recherche en sciences humaines.

Du côté des carnets, le célèbre Paralipomènes est entièrement consacré à la question, ::S.I.lex :: est bien sûr une publication phare dans le domaine et Le carnet de la phonothèque contient plein d’infos, sur la question de la mise en ligne des corpus recueillis dans les enquêtes en particulier.

Petit résumé de la situation

Le droit concernant les données discursives en ligne est fluctuant et il n’y a pas de règle absolue en la matière, que l’on pourrait appliquer pour être « en sécurité » (enfin, le directeur de la rédaction de chaque revue, qui est le responsable juridique). Mais il me semble qu’on peut trouver un consensus sur les points suivants :

+ pour tous les espaces que l’on peut dire privés du web, c’est-à-dire ceux pour lesquels un mot de passe ou une invitation ou une inscription est nécessaire, il faudrait demander aux scripteurs l’autorisation de publier les énoncés en clair ou anonymement. Autrement ne pas publier, même sous anonymat. Ceci pour un article, en particulier papier (sur les blogs et carnets pare xemple, c’est un peu différent car on peut facilement enlever la publication).

+ ce n’est pas parce que les échanges sont publics que les locuteurs n’ont pas l’impression d’entretenir des conversations privées : donc, même pour les pages dites « publiques », il est nécessaire de respecter la perception des locuteurs (« intégrité contextuelle ») et donc de demander des autorisations.

+ à moins peut-être qu’il ne s’agisse d’espaces très connus par exemple, tenus par des personnes déjà publiques, du type personnels politiques ou journalistes, ou d’autres espaces de ce type pour lesquels la question de la privacy me semble moins se poser ? mais je me trompe peut-être.

Dans tous les cas, méditer la question, lire des documents et ne pas appliquer de règles simples et binaires. Pratiquer la réflexivité, en cette matière comme en toute autre !

Ajout du 19.06.2013 : je découvre le carnet À propos d’éthique et de droit, pas encore publié, qui porte justement sur ces questions.

Crédit : « Yeux de poupées« , Steph.Rev, 2011, galerie de l’auteur sur Flickr, CC


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *