[Dictionnaire] Technodiscours rapporté

2640276929_b180d4385d_z1. Définition

Le technodiscours rapporté est une forme numériquée (Paveau 2015 [2013]) de discours rapporté, ce dernier étant défini comme « opération métadiscursive de représentation d’un acte d’énonciation par un autre acte d’énonciation » (Authier-Revuz 2001 : 192). Dans l’opération de technodiscours rapporté, le dispositif du discours citant / discours cité, fondateur des descriptions traditionnelles du discours rapporté hors ligne (Authier 1992-1993, 2001, Rosier 2008), et maintenu à propos des corpus en ligne (von Münchow 2004), est en partie ou totalement pris en charge par un outil technologique (Paveau 2015). Les paroles d’autrui, produites en un temps t et un espace e1 du web 2.0, sont rapportées en un temps t+1 sur un espace e2, via des outils de partage de contenu, activés la plupart du temps par des technosignes (boutons de partage sur les espaces concernés, bookmarklets dans les barres de navigation des internautes) qui assure donc la fonction de représentation de l’acte d’énonciation. La distinction énonciative prototypique du discours rapporté hors ligne (entre le locuteur 1 citant et le locuteur 2 cité, les deux se confondant dans les formes indirectes), est assurée en partie par le dispositif technologique. Le technodiscours rapporté est une forme de discours rapporté native du web.

2. Description technolinguistique

Le technodiscours rapporté s’effectue en plusieurs étapes, au moins deux. Dans le cas d’un partage d’un billet de blog sur un compte Facebook, les étapes sont les suivantes :

– Étape 1 : le bouton de partage Facebook (un technosigne) permet d’ouvrir une fenêtre (forme de discours citant) qui transfère le discours destiné à être rapporté (discours cité) en t+1 et e2. Il faut noter que le choix du bouton est aussi le choix de l’espace 2, les boutons étant spécifiques d’espaces du web particulier (un bouton unique ne permet pas de partage général sur plusieurs réseaux par exemple) :

Capture d’écran 2014-12-29 à 18.19.03

Étape 1 : production du discours citant

– Étape 2 (facultative) : l’ouverture de la fenêtre de partage permet d’augmenter le discours citant d’un commentaire, ci-dessous, « Je souhaite partager ici ce billet » :

Capture d’écran 2014-12-29 à 18.28.11

Étape 2 : augmentation du discours citant par commentaire

– Étape 3 : le clic sur le bouton « partager un lien » accomplit le partage du discours cité, qui se trouve alors intégré à un autre environnement, l’espace 2 :

Capture d’écran 2014-12-29 à 18.28.45

Étape 3 : intégration du du discours cité dans l’espace 2

3. Typologie

En réanalysant dans la perspective de la technologie discursive, et sous un regard postdualiste (Paveau 2012), les cinq prototypes du discours rapporté installés dans la grammaire de la langue (direct, direct libre, indirect, indirect libre et narrativisé), on peut distinguer les types de technodiscours rapporté suivants* :

– le technodiscours rapporté direct intégral, avec ou sans augmentation d’un commentaire, que constitue par exemple le partage d’un billet de blog sur un compte Facebook, via une fenêtre de partage, avec ou sans commentaire de l’internaute. Le technodiscours cité est alors partagé-rapporté intégralement, avec l’ensemble de ses métadonnées, donc, en partie, de ses contextes, le tout étant vérifiable par simple clic sur l’espace de production initial ; ces deux phénomènes, conservation du contexte et vérifiabilité de l’intégrité ou « fidélité » (Plane et al. 2013) le distinguent fortement du discours rapporté direct prototypique hors ligne. À ce type appartiennent aussi :

  • le partage de contenus interne à un réseau (partage de statut sur Facebook, Retweet (RT)  sur Twitter)
  • le ré-épinglage d’une épingle d’un abonné (pin) sur Pinterest
  • l’intégration d’un contenu sur une plateforme de curation (Pearltree, Scoopit)
  • l’appropriation de contenus sur ces plateformes (appropriation d’une perle d’un abonné sur Pearltree, d’un contenu d’un abonné sur Scoopit)

NB : le modèle du Modified Tweet (MT), plutôt anglophone et peu présent en français, constitue un technodiscours rapporté direct non intégral.

– le technodiscours rapporté résumant, avec ou sans augmentation d’un commentaire, que constitue par exemple le partage d’un billet de blog sur un réseau comme Twitter, avec résumé constitué par l’url du billet (entier ou réduit), avec ou sans commentaire de l’internaute :

– le technodiscours rapporté répétant, avec ou sans marques explicites de discours citant et discours cité : c’est par exemple le cas du reblogging, mentionné comme tel, prévu par certaines plateformes (Tumblr repose sur ce principe) et anticipé par les blogueur.ses.s par le biais de la licence Creative Commons par exemple, permettant le libre partage sous certaines conditions. Dans le cas contraire, le reblogging ne peut être qualifié de technodiscours rapporté qu’en comparaison avec la version antérieure et le discours ainsi technorapporté glisse alors vers des catégories affines comme le plagiat.

4. Références

  • Authier-Revuz J., 1992-93, « Repères dans le champ du discours rapporté » (I) et (II). L’information grammaticale 55 et 56, p. 38-42 & p. 10-15, en ligne sur Persée : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/igram_0222-9838_1992_num_55_1_3186
  • Authier-Revuz J., 2001,, « Le discours rapporté », dans R. Tomassone (éd.), Une langue : le français, Paris, Hachette, p. 192-201.
  • Rosier L., 2008, Le discours rapporté en français, Paris, Ophrys.
  • Paveau M.-A., 2012, « Réalité et discursivité. D’autres dimensions pour la théorie du discours », Semen 34, p. 95-115.
  • Paveau M.-A., 2013, « Technodiscursivités natives sur Twitter. Une écologie du discours numérique », Epistémé, p. 139-176, lire sur HAL.
  • Paveau M.-A., 2015 [2013], « Ce qui s’écrit dans les univers numériques. Matières technolangagières et formes technodiscursives », Itinéraires ltc, http://itineraires.revues.org/2313
  • Paveau M.-A., 2015, « L’intégrité des corpus natifs en ligne. Une écologie postdualiste pour la théorie du discours », Cahiers de praxématique 59, p. 65-90.
  • Plane S., Rondelli F., Vénérin C., 2013, « Variations, fidélité, infidélité: l’écriture et la réécriture de discours rapportés par de jeunes scripteurs », dans Desoutter C., Mellet C. (dir.), Le discours rapporté : approches linguistiques et perspectives didactiques, Berne, Peter Lang, 219-238. 
  • von Münchow P., 2004, « Le discours rapporté dans un forum de discussion sur l’internet », Les Carnets du Cediscor 8 , consulté le 31 décembre 2014, http://cediscor.revues.org/702

* Ce billet est exploratoire et destiné à s’enrichir par des observations futures et les commentaires ; la typologie présentée est donc pour l’instant provisoire et lacunaire.

Crédit : « t », Karyn Christner, 2008, compte de l’auteure sur Flickr, CC

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, "[Dictionnaire] Technodiscours rapporté," in Technologies discursives, 31/12/2014, http://technodiscours.hypotheses.org/606.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *