Guilherme Adorno, Les discours sur le “moi” dans la composition matérielle des vlogs (thèse de doctorat)

Je publie aujourd’hui le projet de thèse de Guilherme Adorno de Oliveira, de l’Universidade Estadual de Campinas au Brésil, qui porte sur un objet tout à fait original en analyse du discours, et très peu fréquenté : les vlogs. Tellement peu fréquenté que le mot ne possède pas encore son entrée Wikipédia (on ne trouve que l’entrée Blog video), les définitions du mot figurant dans l’Urban dictionary, le dictionnaire hétérodoxe, ironique et non-officiel qui raconte notre vraie vie, avant qu’elle ne se retrouve ordonnée par la dictionnarisation…  Guilherme, encadré au Brésil par Suzy Lagazzi et en stage doctoral à Paris 13 avec moi, inscrit le corpus des vlogs dans la tradition de l’analyse du discours dite française très active au Brésil. Cet objet ouvre des perspectives d’analyse dans le cadre de l’analyse du discours numérique, avec une prise en compte de la plurisémioticité d’un média constitué d’image mobile et et de discours : une technoplurisémioticité. Des discussions en perspective !

INTRODUCTION

Les différents médias s’articulent dans la relation entre l’instrumental et  le technologique et circulent comme objets qui demandent interprétation (PÊCHEUX, 2008), c’est-à-dire se constituent comme langage. La plateforme virtuelle YouTube, par exemple, est un espace digital rendu possible à partir de 2005 et ouvert au développement d’outils accessibles  aux utilisateurs de l’Internet pour la production et la visualisation de vidéos. Dans le cas spécifique de YouTube, il y a une appropriation de ces technologies et les paramètres ne sont pas les mêmes que pour une vidéo à la télévision : un langage avec des conditions de production spécifiques, conduisant à la création de formats propres  à cette plateforme.

Avec la possibilité de réunir un grand nombre d’audiovisuels en une seule adresse électronique, en peu de temps Youtube a amplifié l’accès des utilisateurs et a été acheté par la multinationale américaine Google. En 2010, un format de production a acquis de la visibilité au Brésil: le vidéolog (vlog). “Les Vlogs sont généralement des publications fréquentes de vidéos personnelles, comme s’il s’agissait d’un journal”, très semblables aux blogs en termes de thématiques et contenus (YOUTUBE, 2011).

Cette recherche, fondée sur l’Analyse du Discours matérialiste (PÊCHEUX, 2008 ; 2009 ; 2011), délimite les vlogs comme matériel d’étude. Dans cette perspective, où on travaille au croisement de la Linguistique, du Marxisme, et de la Psychanalyse, l’objet théorique discours acquiert sa spécificité analytique dans la confrontation avec la matérialité du digital : cela ouvre à la recherche, en un seul temps, des formes textuelles des vlogs comme technologies de langage (ORLANDI, 2009) et à leurs conséquences pour les discursivités de l’écrit et de l’oralité (GALLO, 2012) dans la composition de différentes matérialités signifiantes (LAGAZZI, 2009).

OBJECTIFS, AVEC DEFINITION ET DELIMITATION DE L’OBJET D’ETUDE

Les vlogs mettent en circulation, dans l’espace digital, les dires de personnes pas toujours connues des utilisateurs de l’Internet. Il y a le geste de rendre public des formulations qui, avant l’envoi de la vidéo à la plateforme, étaient seulement connues dans l’espace/temps de leur première énonciation. Plus qu’une forme linguistique, le vlog énonce des images d’/et un corps, comme représenté dans l’ensemble des frames à suivre, en plus d’autres langages, comme la voix et la musicalité.

Capture d’écran 2013-10-21 à 12.12.56

Le vlogueur (nom qu’on donne au producteur du vlog) énonce des faits quotidiens, des informations, des médias ou des conseils de savoir-faire spécifiques, exprimant très souvent des opinions à partir de ce qu’il considère être des vécus particuliers. Dans l’ensemble des frames, on peut voir des sujets qui énoncent leurs dires avec la caméra effectuant la prise d’image au-dessus de la poitrine, montrant les épaules et, principalement le visage. Le cadrage est le même que celui visible dans les documents d’identité. Le vlog peut être vu, dans ces récurrences, comme l’identification du vlogueur-personne.

Benveniste (2008, p. 288) a étudié la manière avec laquelle linguistiquement le sujet de l’énonciation se marque comme personne dans la figure du “je”, vu que, selon l’auteur, “le fondement de la subjectivité est dans l’exercice de la langue”. Par la relation avec la langue, le sujet, en tant que sujet de langage, se constitue dans les formes offertes par elle : “propriété qui démontre la capacité du locuteur, dans son dire, de se proposer comme sujet”, affirme Orlandi (2009, p. 67) dans son commentaire sur la sémantique de Benveniste. La récurrence dans les vlogs citée précédemmentet les notes sur le processus énonciatif de la personne offrent la possibilité d’explorer analytiquement le matériel et de construirel’objet spécifique d’étude par l’énonciation du « moi », à condition  d’être appropriés discursivement.

En Analyse de Discours, le travail avec le réel de la langue et le réel de l’histoire est indispensable. Le discours est traversé par l’incomplétude et par la contradiction, par un espace linguistique de sens normalisés et aussi par les sens qui en échappent. L’objectif est de “travailler au point où cesse la consistance de la représentation logique inscrite dans l’espace des ‘mondes normaux’” (PÊCHEUX, 2008, p. 51). L’idéologie se matérialise dans le langage, étant donné que celui-ci est aussi le lieu où l’inconscient mobilise le désir refoulé du sujet ; “les traits inconscients du signifiant ne sont jamais « effacés » ou « oubliés », mais ils travaillent, sans se déplacer, dans la pulsation sens/non-sens du sujet divisé”, selon Pêcheux (2009, p. 277). La relation matérielle entre idéologie et inconscient noue le sujet du discours dans la rencontre de sa détermination historique et son possible déplacement dans le langage. “Appréhender jusqu’à son extrême limite l’interpellation idéologique comme rituel suppose de reconnaître qu’il n’y a pas de rituel sans faille ; déficience et brêches, ‘un mot pour un autre’ est la définition pour la métaphore, mais est aussi le point en lequel le rituel éclate en lapsus”, dans les dires de Pêcheux (2009, p. 277). La représentation de la personne par l’énonciation du « moi » dans le discours des vlogs, puisque décentrée indéfiniment en sa division, fait exploser l’unité du sujet.

Le vlogueur occupe un lieu de dire qui ne se referme pas en l’effet d’unité de son propre vlog, bien qu’il se présente à lui comme l’énonciation de soi dans l’assurance du “je” qui parle à un “tu”. Comme animal de langage, le sujet du discours ne s’adapte pas spontanément au réel, sa relation passe par le symbolique et par l’imaginaire, comme l’explicite Henry (1992, p. 168) : “Tout est très différent en l’homme qui non seulement peut être trompé mais aussi peut se tromper lui-même”. Pour l’auteur, la marque d’inadéquation au réel est la séparation barrée entre signifiant et signifié. La représentation d’un « moi » dans l’énonciation met un « tu » comme l’autre, autre objet, autre individu. Néanmoins, “l’Autre, l’inconscient, continue d’être là, même s’il n’est pas visible en tant que tel. Plus il est invisible, plus il se fait présent, en attente d’être réalisé. Il insiste et impose sa loi en toute activité individuelle” (Henry, 1992, p. 177). Le sujet, dans l’énoncé du vlog, est la représentation symbolique et imaginairement supportée du sujet du discours historiquement constitué, traversé par le signifiant en subversions invisibles au « moi » centré, “incorruptible” par le « tu ».

Avec l’objectif général d’analyser le(s) discours sur le “moi” dans des vlogs, je pose la question suivante : quels gestes d’interprétation sur le “moi” sont suscités dans la rencontre entre la formulation signifiante dans l’espace digital de lecture du vlog etle sujet qui publicise ce qui est représenté comme particulier ? Avec un tel questionnement, certains enchaînements sont possibles.

La chaîne signifiante dans l’histoire produit des effets de sens dans l’acte de symboliser, signifiant dans l’instant même de l’évènement de la formulation. En accord avec les contributions de Lagazzi (2009), le premier objectif spécifique de cette recherche est d’étudier les modes signifiants supports des gestes d’interprétation sur le “moi” dans les videologs. Dit d’une autre manière, le but est de comprendre la structuration propre du videolog en conjugant la formulation signifiante et l’espace digital pour que la vidéo puisse être vue par l’utilisateur, imposant des déterminations de lecture. L’imbrication matérielle d’une composition textuelle fonctionne par le moyen des matérialités, dans la contradiction qui permet les interprétations, exposant le sujet aux mots, aux images, aux sons, enfin aux signifiants, s’ouvrant à l’équivocité.

Travailler l’équivocité de la langue est aussi relié à la conception du texte comme un espace d’autorat(GALLO, 2012). De cette façon, le second objectif spécifique tracé dans le projet est de discuter le mouvement entre le “moi ” etl’autorat dans la formulation signifiante desvlogs. Pour la perspective discursive, l’autorat est une des possibilités pour que la confrontation se réalise entre et pour les sujets.Une fois de plus, Lagazzi (2009) nous alerte d’un point important quand on propose le travail comme un objet d’analyse composé de différentes textualités: la matérialité signifiante devient pertinente dans les relations possibles à tracer dans le parcours analytique, en ancrant symboliquement les processus d’identification des sujets aux sens. L’espace d’autorat, est un des lieux pour travailler l’équivoque, la confrontation et la contradiction dans ce lien entre sujet, histoire et signifiant.

D’un autre côté, la pratique de langage exercée dans le digital “transforme effectivementla relation du sujet, de l’auteur avec l’écrit et avec ce qu’est lire, en fonction du changement de la  matérialité de la mémoire (archive), algorithmisée, dans ce cas, et de la relation avec l’extériorité du dire”, autre manière de comprendre le langage, affirme Orlandi (2009, p. 67). Dans ce cadre, Gallo (2012, p. 5) comprend qu’il y a production de matériels inscrits en une production discursive d’intersection de l’écrit et de l’oralité, appelée par lui, écritoralité : “Ce sont des matériels qui ont leurs sens ouverts et fermés ; légitimés pour tout et n’importe quel lecteur, et en même temps, seulement pour quelques-uns ; ils sont publiés de manière définitive, mais en même temps, fugace”. L’auteure cite les espaces propres à internet comme Twitter et Facebook. Le vlog pourrait être un de ces espaces. Avec cette direction, on délimite comme troisième objectif spécifique de comprendre la relation discursive entre autorat et légitimation dans la scripturalité de la composition matérielle des vlogs.

METHODOLOGIE

En Analyse de Discours, théorie et méthode ne se séparent pas. De l’objet théorique il y a le dédoublement matériel, imposant des défis  d’analyse (LAGAZZI, 2009). Malgré le heurt entre description et interprétation, le dispositif analytique “consiste à donner le primat aux gestes de description des matérialités discursives” pour aborder le propre de la langue et du langage, l’ordre du symbolique dans sa structuration par l’équivoque, selon Pêcheux (2008, p. 50).

L’objet de cette recherche, spécifié comme les discours sur le “moi” dans la composition matérielle des vlogs, a une nature hétérogène, c’est-à-dire, différentes matérialités signifiantes imbriquées[1] ; parmi elles le verbal, l’image, le son et le corps. Lagazzi (2009, p. 68) explique que, dans le travail discursif, “nous n’avons pas de matérialités qui se complètent, mais qui se relient par la contradiction, chacune faisant travailler l’incomplétude dans l’autre. Autrement dit, l’imbrication matérielle se fait par l’incomplétude constitutive du langage, en ses différentes formes matérielles”. Les gestes de description doivent, à cet effet, considérer le mode particulier d’inscription matérielle des vlogs dans le digital. Si d’un côté, la description du verbal par le regard discursif part du mouvement entre le morphologique, le syntaxique et le sémantique, les matérialités discursives complexes impliquent dans l’expansion vers les relations historico-symboliques entre l’imagétique, le sonore et le corporel.

Dans la tentative de détecter “les moments d’interprétations en tant qu’actes qui surgissent comme prises de position, reconnues comme telles, c’est-à-dire, comme effets d’identifications assumés et non niés” (PÊCHEUX, 2008, p. 57) des discours sur le « moi », le procédé analytique est fondé sur le recoupement[2] de séquences discursives de matérialités qui composent les vlogs, en concomitanceavec l’analyse des traits socio-historiques décantés dans le langagier. De tels traits sont des effets interdiscursifs extérieurs et antérieurs à la séquence (PÊCHEUX, 2011), soit, la manière comme la mémoire discursive acquiert une formulation.

Dans le mode opératoire par le recoupement, il existe une “construction de corps hétérogènes et stratifiés, en reconfiguration constante, coextensifs à leur lecture”, selon les mots de Pêcheux (2011, p. 146). Le parcours méthodologique cherche, ainsi, le processus déclencheur des formulations. Le corpus ne coïncide pas avec le matériel premier. Dans les renvois d’un texte à un autre, d’un discours à un autre, il sera intéressant de considérer le contrepoint avec les blogs et énoncés de Youtube sur les droits d’auteur, dans la mesure où les gestes de description exigent la compréhension du complexe des traits socio-historiques diffusés en d’autres textualités de l’espace digital. Par ce biais, l’analyse linguistico-discursive ne se sépare pas du montage du corpus.

Références

BENVENISTE, Émile. Da subjetividade na linguagem. In: BENVENISTE, Émile. Problemas de lingüística geral I. 2 ed. Campinas: Editora da Unicamp; Pontes, 1998. p. 284-293.

GALLO, Solange Leda. Novas fronteiras para a autoria. Revista ORGANON. Porto Alegre, v. 28, n. 53, p. 1-8, 2012.

HENRY, Paul. A ferramenta imperfeita: língua, sujeito e discurso. Campinas: Editora da Unicamp, 1992.

LAGAZZI, Suzy. O recorte significante da memória. In: INDURSKY, Freda; FERREIRA, Maria Cristina Leandro; MITTMANN, Solange (orgs.). O discurso na contemporaneidade: materialidades e fronteiras. São Carlos: Claraluz, 2009.

ORLANDI, Eni Puccinelli. O que é lingüística. 2 ed. São Paulo: Brasiliense, 2009.

PÊCHEUX, Michel. Semântica e discurso: uma crítica à afirmação do óbvio.4 ed. Campinas: Editora da Unicamp, 2009.

______. Discurso: estrutura ou acontecimento. 5 ed. Campinas: Pontes, 2008.

______.  Língua e memória: projeto de pesquisa. In: ORLANDI, Eni (Org.). Análise de Discurso: Michel Pêcheux. Campinas: Pontes, 2011. p. 141-150.


[1] Cf. Lagazzi (2009).

[2]“Le geste analytique de recouper vise le fonctionnement discursif, cherchant à comprendre l’établissement de relations significatives entre éléments signifiants”, affirme Lagazzi (2009, p. 65) sur la base des travaux de Eni Orlandi.

Crédit (image à la une) : « Approximation of Doyle Spirals », 2008, fdecomite, galerie de l’auteur sur Flickr, CC


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *