[Dictionnaire] Extimité

3959393681_32636a907b_z1. Définition

L’extimité consiste sur internet, et tout particulièrement sur les réseaux sociaux numériques (RSN) du web 2.0, en l’extériorisation de l’intimité des internautes à des fins de validation de l’image de soi. Serge Tisseron la définit comme « le processus par lequel des fragments du soi intime sont proposés au regard d’autrui avant d’être validés » (Tisseron 2011 : 84). L’extimité, contrairement à ce que la morphologie du mot peut laisser penser (pseudopréfixe ex– vs in-), n’est pas le contraire de l’intimité mais en est une forme, possédant une fonction sociale précise : le processus d’extimité vise à obtenir une validation de la part d’autrui, en sollicitant sa reconnaissance (Granjon 2012). Ainsi l’extimité apparaît comme une pratique d’exposition et de dévoilement de soi destinée à consolider et à s’approprier son image, ainsi qu’à augmenter son capital social (Casilli 2013).

2. Histoire

2.1 Extimité et psychanalyse

Les occurrences des formes extime et extimité ne sont pas toutes liées au sens d’exposition de soi à des fins de validation sociale. La page Wikipédia du mot indique un emploi dès 1923 chez Albert Thibaudet dans un article de La Nouvelle Revue Française, et une utilisation chez Jean Échenoz en 1979. Michel Tournier publie en 2002 un Journal extime, qui constitue une sorte de chronique d’événements extérieurs à l’écrivain. Chez ces trois auteurs, le mot désigne ce qui concerne l’extérieur, hors de la sphère du privé, et il s’agit donc d’un antonyme simple d’intime. C’est chez Lacan que le mot apparaît avec le sens plus complexe et apparemment paradoxal d’intimité exposée, ce qui en fait plutôt un synonyme d’intime. Dans le séminaire 7, L’éthique de la psychanalyse (1959-1960) le mot n’apparaît qu’une fois et ne fait pas l’objet d’une exploitation théorique ni clinique. Il réapparaît dans le séminaire 16 de 1968-1969, tout aussi fugitivement (sous la forme adjective extime, à deux reprises pour désigner la jouissance, puis l’objet a). Le fil du texte du Séminaire 7 montre qu’il s’agit d’un mot valise, forgé sur extériorité et intimité (Lacan parle des décorations de la caverne d’Altamira) :

En fin de compte, si nous partons de ce que nous décrivons comme ce lieu central, cette extériorité intime, cette extimité qui est la Chose, peut-être ceci éclairera-t-il pour nous ce qui reste encore une question, voire un mystère pour ceux qui s’intéressent à cet art préhistorique (Lacan, 1959-1960, transcription Staferla, p. 285).

En 1985, Jacques-Alain Miller consacre son séminaire annuel au séminaire 7 de Lacan, et l’intitule « Extimité ». Il y développe la notion dans son cours du 13 novembre :

Ce vocable n’est pas au dictionnaire. C’est une invention de Lacan. Peut-être que si je répète d’abondance ce mot cette année, et que vous vous y mettiez aussi, nous arriverons à le faire passer dans la langue. Le mot de forclusion, au sens de Lacan, avait déjà une petite propension à glisser et à s’inscrire dans le dictionnaire. Ce vocable d’extimité, il m’est déjà arrivé de le pointer, de le valoriser, parce qu’il se rencontre une fois dans L’éthique de la psychanalyse. Lacan l’a encore mentionné dix ans après, mais comme en passant. Il n’y est pas revenu. […]

L’extime, c’est ce qui est le plus proche, le plus intérieur, tout en étant extérieur. Nous avons là une formulation paradoxale. Ces paradoxes, nous essayons, dans la veine de Lacan, de les structurer, de les construire, et même, à certains égards, de les normaliser, cela au moins dans le discours analytique où ils ont leur place.

Ce terme d’extimité est construit sur celui d’intimité. Ce n’est pas le contraire car l’extime c’est bien l’intime. C’est même le plus intime. Intimus, c’est déjà, en latin, un superlatif . C’est le plus intime, mais ce que dit ce mot, c’est que le plus intime est à l’extérieur. Il est du type, du modèle corps étranger. […]

Qu’est-ce qui est extime ? Je l’ai dit : c’est l’inconscient. C’est même ça qui a paru impensable aux philosophes de la lignée cartésienne, à savoir cette opacité d’objet qu’à leurs yeux constituait l’inconscient. […]

Mais revenons à l’extime. Extime d’abord au sujet, puisque ma langue même, celle où je dis mon intimité, est celle de l’Autre. Mais aussi extime à l’Autre, extime comme objet – l’objet qui fait le thème du dernier chapitre du Séminaire XI qui a pour titre, « En toi plus que moi ». C’est une reprise de Saint Augustin. Il faut s’en apercevoir.

Ces précisions de Jacques-Alain Miller contribuent donc à stabiliser le sens d’extime : est extime ce qui, de mon intimité, est consubstantiellement extérieur à moi car articulé à l’autre considéré comme nécessaire à l’élaboration et au maintien de mon moi.

2.2 Extimité et exposition de soi sur les RSN

C’est à partir de ce sens complexe que Serge Tisseron développe et diffuse la notion d’extimité, dans plusieurs publications à partir de 2001, en minorant voire effaçant la dimension psychanalytique (l’extime comme le lieu de l’inconscient). La célèbre définition extraite de L’intimité surexposée, reprise sur Wikipédia, insiste sur le mouvement d’extériorisation, dans le but de distinguer l’extimité de l’exhibitionnisme (l’ouvrage est un essai sur l’émission Loft story) :

Je propose d’appeler « extimité » le mouvement qui pousse chacun à mettre en avant une partie de sa vie intime, autant physique que psychique. […] Si les gens veulent extérioriser certains éléments de leur vie, c’est pour mieux se les approprier en les intériorisant sur un autre mode grâce aux échanges qu’ils suscitent avec leurs proches. L’expression du soi intime – que nous avons désigné sous le nom « d’extimité » – entre ainsi au service de la création d’une intimité plus riche (Tisseron 2001 : 52).

Serge Tisseron a affiné sa définition dans des publications ultérieures en particulier dans un article de synthèse de 2011. Il y signale une intéressante antériorité de l’extimité sur l’intimité chez le jeune enfant :

Le désir de se montrer est fondamental chez l’être humain et il est antérieur à celui d’avoir une intimité. Il contribue en effet au sentiment d’exister dès les premiers mois de la vie. Cette particularité trouve son origine dans le fait que l’enfant se découvre dans le visage de sa mère. La présentation de soi est toute la vie une façon de guetter dans le regard d’autrui – et, au sens large, dans ses réactions – une confirmation de soi (Tisseron 2011 : 84).

Serge Tisseron met également en jeu dans l’extimité la notion d’estime de soi, fournissant au processus son dynamisme psychique : l’extimité est une véritable démarche de construction de soi destinée à obtenir un bénéfice social. Enfin, il insiste sur la validation attendue du processus, validation supposant une adresse vers des récepteurs susceptibles de l’accomplir : l’internaute expose en effet son intimité vers d’autres internautes « valideurs », même si ceux-ci ne sont pas toujours précisément identifiés.

La notion, ainsi définie, est aisément réappropriable hors du champ psychanalytique et se trouve en effet reprise et installée dans la recherche par plusieurs auteurs qui travaillent sur la présentation de soi, en convoquant différents outils et théories en particulier en sciences de l’information et de la communication (par exemple Rouquette 2008, Klein 2011 ou Denouël 2011).

Pour récapituler, on peut dire que la notion d’extimité repose sur les trois éléments suivants :

  • une extériorisation de fragments d’intimité par exposition, sur les RSN en particulier ;
  • une demande de validation par autrui, fondant un désir de reconnaissance ;
  • un bénéfice à la fois personnel et social : appropriation et renforcement de son soi, augmentation de son capital social.

3. Méthode

L’analyse du discours numérique se saisit du discours de l’extime sur les RSN comme de tout discours natif du web. Elle propose une grille méthodologique permettant d’analyser le discours de l’extime sur le plan linguistique (marqueurs langagiers), technolinguistique (marques composites mêlant technique et langagier) et technogénérique (genres de discours natifs du web). La recherche des formes langagières et discursives peut se faire à partir des trois éléments posés plus haut : formes d’extériorisation, de validation, de bénéfice.

3.1 Problèmes de définition de l’intime

La principale difficulté est l’identification des contenus intimes, qui dépend étroitement des normes et des stéréotypes définissant l’intimité à une époque donnée dans une société donnée. Il semble donc difficile de produire une description efficace et une catégorisation convaincante de l’intimité, tant les conceptions et les évaluations diffèrent sur ce type de données. On évitera de faire appel à des concepts comme pudeur vs impudeur, qui reposent sur un jugement social, ou d’utiliser des termes évaluatifs qui exprimeraient une transgression d’une norme comme exhibition (que cible à juste titre Serge Tisseron). On fera plutôt appel aux notations méta(techno)discursives, à commencer par les évaluations des internautes eux-mêmes, pour qualifier un contenu d’intime : la contextualisation des contenus étant une nécessité fondamentale de leur compréhension, on peut mobiliser la notion d’intégrité contextuelle d’Helen Nissenbaum, qui, en ce qui concerne la privacy, préconise de recueillir les perceptions des producteurs de contenus en ligne (Nissenbaum 2009). 

3.2 Conception de la privacy / vie privée

L’internet et en particulier le web 2.0 a modifié notre conception de la vie privée et il ne semble plus guère raisonnable de conserver l’opposition vie privée vs vie publique ou espace privé vs espace public pour comprendre et analyser les discours natifs du web. Si dana boyd propose depuis 2007 de parler des RSN en tant qu’espaces publics à infrastructure médiatique (boyd 2007), on suivra plutôt Josée Côté qui considère que les RSN sont des espaces mixtes :

6. La question apparaît plus difficile lorsqu’il s’agit des réseaux sociaux, qui se présentent comme des sites hybrides, parfois publics, parfois privés (Bloche et Verchère, 2011). En effet, à l’ère du Web participatif, il est fréquent de retrouver un amalgame de fonctionnalités interac tives sur un même site : il sert à la fois de site d’information, de forum, de site de clavardage, de site collaboratif pour créer des applications, publier du contenu ou échanger des fichiers textes ou audio, des vidéos ou des photos.

7. Les définitions rigides entre public et privé sont contraires à la nature des interactions en ligne puisque la majorité des communications se produit simultanément dans un lieu privé et public (Côté 2012, § 6 et 7)

Pour « l’homme-fenêtre » en effet, selon l’expression de Georges Teyssot, retraçant les évolutions du « privé » depuis la Renaissance à partir des notions de cadre et d’écran, les interactions sur les RSN amènent autant une érotisation de l’image de soi qu’une « densification de la vie quotidienne » par le biais des « émotions partagées » (Teyssot 2009). Plutôt que se demander si les RSN constituent un espace privé ou public, ce qui maintiendrait l’analyse de l’extime dans un dualisme peu approprié aux univers discursifs numériques, on préfèrera donc saisir la manière dont les internautes reconfigurent les notions de privacité et de publicité. En suivant Casilli 2014, on considérera la vie privée, non plus comme un droit autorisant une « protection » contre les « risques » du dévoilement de soi, mais comme l’objet d’une négociation dans le cadre de la « construction d’un capital social en ligne », défini comme un ensemble de ressources matérielles, informationnelles ou émotionnelles » (2014, § 18).

4. Analyse technolinguistique

4.1 Marques langagières relationnelles

De manière simple, le discours de l’extimité mobilise le système personnel de la deixis (personnels, possessifs, désinences verbales de première et deuxième personnes), non natif du web, qui assure l’extériorisation des contenus. Celle-ci peut cependant n’être assurée que par l’usage de l’outil : le seul fait de poster un statut par exemple implique un adressage vers l’autre, tout implicite ou indistinct soit-il (l’audience), dans la mesure où cet adressage est construit comme tel par le regard d’autrui, quel qu’il soit. On a donc affaire à une deixis intégrée dans l’outil technique, ce qui lui donne une dimension technolangagière. 

Par ailleurs, toute forme interactionnelle explicite (dialogue, adresse) ou implicite (dialogisme) peut être prise en compte dans l’analyse du discours extime, à condition que l’on puisse y repérer des formes d’appel et de réponse à la validation et à la reconnaissance, explicites ou implicites, ainsi que des formulations, directes ou indirectes, d’un bénéfice de l’exposition de soi. Sur les RSN et le web relationnel en général, les commentaires sont des espaces privilégiés de construction du discours de l’extimité car ils offrent des espaces préétablis de validation possible.

4.2 Formes technolangagières / technodiscursives

Le choix du nom sous lequel l’internaute souhaite apparaître sur les différents RSN constitue un processus d’extériorisation de soi, même, et surtout pourrait-on dire, à travers un masquage. Les formes sont multiples et disponibles aux inventions : nom officiel intégral ou modifié (dans les exemples ci-dessous, Valérie CrêpeGeorgette est constitué d’un prénom et du nom d’un blog ; Laurence Bnz semble contenir un patronyme réduit à ses consonnes) ; pseudonyme plus ou moins parlant et ludique (Sophia Valparaiso (Duchesse) et Zora Xulembourg se construisent sur le format [Prénom + Nom] le premier associant un pseudo ; M.y.Lit code un énoncé élucidable pour les initiés ; Anne Anachronisme est un jeu de mots). En effet, si le nom patronymique semble apparemment ne rien révéler du soi intime de l’internaute, le fait même de sa publication constitue cependant une modalité d’exposition de soi. Les noms de personnes, prénoms et patronymes, modifiés, constituent également des indicateurs. Les pseudonymes, parce qu’ils sont le lieu de la rencontre entre intentions subjectives du porteur et interprétation subjective et contextualisée du récepteur, constituent également des marqueurs d’extimité intéressants, d’autant plus s’ils sont pluriels (pratique de l’hétéronymat).

Capture d’écran 2015-01-24 à 07.10.09

Capture d’écran 2015-01-24 à 07.15.46

Capture d’écran 2015-01-24 à 07.17.19

Capture d’écran 2015-01-24 à 07.28.43

Capture d’écran 2015-01-24 à 07.29.40

Capture d’écran 2015-01-24 à 07.30.42

Le choix de l’avatar, au sens large de représentation iconique fixe ou mobile (gif) de soi, constitue également un marqueur d’extimité pour les mêmes raisons que précédemment. Comme le pseudonyme, l’avatar extériorise une représentation de soi, qui n’est pas forcément consciente, et qui est liée autant à la manière dont le socionaute souhaite se présenter qu’à celle dont il intériorise les images de soi qui lui renvoyées par ses relations. Simultanément, il convoque les univers d’interprétation des récepteurs dans un complexe ballet interprétatif. Dans tous les cas, ce sont les imaginaires qui s’expriment explicitement.

Le taguage ou hashtaguage dans les campagnes politiques ou militantes, ou dans d’autres contextes, constitue une autre modalité d’extériorisation. Doter ses énoncés d’un hashtag militant ou engageant, essentiellement sur Twitter mais sur d’autres réseaux sociaux désormais, et hors réseaux également (voir l’entrée Hashtag), c’est extérioriser ses positions subjectives. Dans l’exemple qui suit, extrait d’un tweetdoc (document pdf généré par une application moissonnant des tweets, désormais disparue) constitué lors de la campagne #jenaipasportéplainte en 2012, des femmes ont choisi de révéler un viol, sous leur nom ou anonymement (c’est le cas de l’exemple, dans lequel le compte de l’organisateurs de la campgane proposait de retweeter les tweets en les anonymant).

Capture d’écran 2015-01-24 à 09.03.53

Validation et bénéfice

Les dispositifs sociotechniques des réseaux sociaux proposent plusieurs modes technodiscursifs de validation, en particulier via les technosignes comme les likes (sous la forme prototypique du like Facebook, ou des variantes comme les cœurs de Pinterest ou le +1 de Google +) ou les favoris de Twitter. Les technosignes sont en effet autant d’indices permettant au socionaute d’identifier une réponse de ses destinataires ou de son audience, réponse qui valide ses contenus. 

L’ensemble de ces modes de validation est quantifié, le nombre de gestes et de discours de validation étant systématiquement compté et publié : l’extimité est alors indissociable de la quantification de soi (par soi et par autrui dont les algorithmes), permettant de mesurer objectivement ce qui ne l’est pas hors ligne, l’attention d’autrui, même si le contenu de cette attention n’est évidemment pas toujours descriptible en termes d’intérêt et de validation réels. Comme le précise Dominique cardon dans la présentation d’un dossier de la revue Réseaux consacré à la politique des algorithmes, « le web rend perceptibles, mobiles et dénombrables des états du monde jusqu’alors inaperçus » (2013 : 13), et c’est le cas de certaine s modalités de l’attention à l’autre. Le statut de ces formes de quantification est en particulier langagier puisque les technosignes et les nombres constituent des formes à dimension langagière ; la quantification constitue donc unes formes de technodiscours.

4.3 Technogenres

Blogs

Si l’extimité trouve ses formes d’expression dans des technoformes, elle s’inscrit également dans des technogenres. Le blog constitue évidemment le genre natif du web privilégié pour l’extériorisation de soi, en particulier « le blog en première personne« , qui, selon Sébastien Rouquette, constitue une forme en ligne du journal intime, dotée d’une interactivité et d’une publicité qui en fait un dispositif d’extimité (Rouquette 2008).

Les formes de technodiscours rapporté et de reblogging font également partie de ce dispositif : partage d’un billet ou d’un statut Facebook, retweets, reblogging d’un billet complet, autant de gestes techniques de validation qui constituent aussi un bénéfice social et psychologique pour le socionaute. Il faut en dire autant de toutes les formes de réponses discursives recevables par l’internaute : commentaires d’un billet de blog, dans la fenêtre dédiée ou par l’intermédiaire d’un billet sur un autre blog, réponses aux statuts et aux tweets : le partage des fragments intimes de soi réassurent alors ce soi, en le validant et en le valorisant.

« Web-intimité ». Vlogs, webcams, pancartes

Nicolas Thély a proposé dès 2002 la notion de web-intimité, qui déplace celle d’extimité vers la prise en compte de l’environnement, pour décrire un ensemble de pratiques autoscopiques sur internet (blogs, webcams, photographies) qui modifient notre rapport au monde sensible : « En effet, étant enregistrée, l’expérience vécue est potentiellement diffusable et sujette à d’autres regards, d’autres jugements et interprétations », explique-t-il à partir de l’étude du cas de Corrie Gerritsma qui, dès 1998, crée un site internet dédié à la diffusion d’images filmées par une webcam à domicile (2012, en ligne). Pour Nicolas Thély, la web-intimité modifie à la fois le régime de l’intimité, du sensible, mais également le régime de l’art : pour lui, le modèle des productions artistiques à partir de la web intimité n’est plus esthétique.

Parmi les pratiques qui relèvent de la web-intimité, la plupart sont dotées de dimensions langagières et/ou technolangagières. Variante vidéographique du blog, le vlog ou blog vidéo constitue ainsi un technogenre particulièrement dédié aux pratiques extimes, composant de manière non séparable discours, image et son.

Capture d’écran 2015-01-24 à 17.58.45

 

Chaîne de vlogs  de « Je ne suis pas bavarde » sur Youtube

Les dispositifs de webcam ressortissent du même type d’extériorisation de soi : le sujet qui se filme s’inscrit dans la relation à l’autre permise par l’internet, dans une multiplicité d’échanges parmi lesquels des échanges verbaux ; la web intimité est alors susceptible de participer de la technodiscursivité. La webcam comme outil technologique a généré un véritable technogenre natif du web, désormais passé de mode, comme le montre l’existence de nombreuses plateformes dédiées dans les années 2000 : sur http://camarades.com par exemple, « vous pouvez diffuser votre video live dans le monde entier, vous pouvez dialoguer avec les visiteurs du site, autant que regarder les autres diffuser leur video ».

Autre composite assemblant image et discours : la pancarte, dispositif photographique natif du web qui se constitue de la photographie d’un sujet tenant une pancarte généralement manuscrite. Une forme particulière de la pancarte, la dedipix, est spécifiquement dédiée à la pratique de l’extimité adolescente, et une pratique désormais bien installée sur le web, diffusée hors des univers adolescents consiste à écrire directement sur le corps photographié, dans le cadre de projets de guérison comme le Project Unbreakable notamment (Paveau 2014).

Capture d’écran 2015-01-24 à 18.27.16

Capture d’écran au 24.01.2015 de la première page de la recherche Google images pour le mot clé dedipix.

Capture d’écran 2015-01-24 à 18.31.48

Capture d’écran au 24.01.2015 du fil photos de la page Facebook de la campagne « Non au report ».

Capture d’écran 2015-01-24 à 18.37.22

Capture d’écran au 24.01.2015 du fil photos de Facebook du « Project Unbreakable« .

5. Références

  • Aubert Nicole, Haroche Claudine (dir.), 2011, Les Tyrannies de la visibilité. Etre visible pour exister ? Paris, Erès.
  • boyd danah, 2007, « Social Networks Sites: Public, Private, or What? », Knowledge Tree, may, 13.
  • Cardon Dominique, 2013, « Présentation », Réseaux 1/177, p. 9-21, https://www.cairn.info/revue-reseaux-2013-1-page-9.htm 
  • Casilli Antonio, 2013, « Contre l’hypothèse de la « fin de la vie privée » », Revue française des sciences de l’information et de la communication 3,  consulté le 04 décembre 2014, http://rfsic.revues.org/630
  • Côté Jean-François, 2011, « Des origines artistiques de l’extimité à une esthétique généralisée des démocraties de masse chez Andy Warhol », Le Texte étranger  8, http://www.univ-paris8.fr/dela/etranger/pages/8/cote.html
  • Côté Josée, 2012, « Les enjeux éthiques de l’utilisation d’internet en recherche : principales questions et pistes de solutions », Éthique publique vol. 14, n° 2 | 2012, consulté le 14 novembre 2013, http://ethiquepublique.revues.org/997
  • Denouël Julie, « Identité », Communications, 2011/1 n° 88, 75-82.
  • Granjon Fabien, 2012,  Reconnaissance et usages d’internet. Une sociologie critique des pratiques de l’informatique connectée, Paris, Presses des Mines.
  • Klein Annabelle, 2010, « Entre médiation et médiatisation, dynamiques identitaires en jeu dans les dispositifs d’autopublication sur Internet », ESSACHESS – Journal for Communication Studies, Vol 3, No 2(6), 147-161.
  • Lacan Jacques, 1986 [1959-1960], Séminaire 7, L’éthique de la psychanalyse, Paris, Éditions du Seuil (version consultée : nouvelle transcription Staferla, sur le site de Patrick Valas, http://www.valas.fr/Jacques-Lacan-L-Ethique-de-la-psychanalyse-1959-1960,272).
  • Miller Jacques-Alain, 1985-1986, Extimité, séminaire sur le séminaire 7 de Lacan, L’éthique de la psychanalyse », Université Paris 8.
  • Nissenbaum Helen, 2009, Privacy in Context. Technology, Policy, and the Integrity of Social Life, Stanford, Stanford University Press.
  • Paveau Marie-Anne, 2014, « Quand les corps s’écrivent. Discours de femmes à l’ère du numérique », dans Bidaud É. (dir.), Recherches de visages. Une approche psychanalytique, Paris, Hermann, p. 207-241.
  • Rouquette Sébastien, 2008, « Les blogs « extimes » : analyse sociologique de l’interactivité des blogs », tic&société, Vol. 2, n° 1, Consulté le 12 octobre 2012, http://ticetsociete.revues.org/412
  • Thély Nicolas, 2002, Vu à la webcam (essai sur la web-intimité), Dijon, Les Presses du réel.
  • Thély Nicolas, 2012, « La web-intimité », Raison publique [site], http://www.raison-publique.fr/article542.html
  • Teyssot Georges, 2010, « Fenêtres et écrans : entre intimité et extimité », Appareil, consulté le 13 décembre 2014 http://appareil.revues.org/1005 
  • Tisseron Serge, 2002 [2001], L’intimité surexposée, Paris, Hachette Littératures.
  • Tisseron Serge, « Intimité et extimité », Communications, 2011/1 n° 88, p. 83-91.

Crédit : Kevin Harber, « The letter E », 2009, compte de l’auteur sur Flickr, CC


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *