1 Mo = 15 g de CO2. L’impact écologique du courrier électronique

A New Ecology

Il y a quelques années, j’avais eu le projet d’une série intitulée #DélivrezNousDuMail, né d’un hashtag que j’avais lancé sur Twitter un jour d’épuisement devant la quantité de messages reçus quotidiennement, qui nous maintiennent dans une tension permanente vers un objectif impossible (il en reste des traces sur ce fil) : y répondre et vider notre boîte de messages en attente comme s’il s’agissait finalement d’une tâche centrale dans notre travail d’enseignant.e-chercheur.e. J’avais été frappée par un message Twitter de Marin Dacos, de mémoire il disait avoir expliqué son travail à son fils : “écrire des mails” ; ironie qu’on retrouvera dans ce très intéressant fil. Et je me souviens aussi d’un post Facebook d’une collègue au début de l’été dernier : une photo de sa boîte mail vide assortie d’un commentaire de satisfaction avant de partir en vacances, ça m’avait un peu glacée. Je m’étais dit : “Mais on en est là ?”. Et je m’étais répondu : “Oui, j’en suis là”. Mon challenge est de rester sous la barre des 100 messages non traités dans ma boîte de réception (et ça ne date pas d’hier), mais en ce moment il y en 148, et ça me déprime. J’imagine que je ne suis pas la seule à vivre avec cette épuisante petite comptabilité, qui est l’un des ingrédients du burn out (voir par exemple les travaux de Christophe Dejours sur cette question, qui explique que ce sont les personnes les plus consciencieuses, donc qui tentent le plus de venir à bout de leur travail, qui sont victimes d’épuisement professionnel).

Je ne ferai pas cette série #DélivrezNousDuMail parce que j’ai d’autre projets, mais je voudrais décrire dans ce billet comment cette inflation de messages contribue à l’épuisement des ressources et au réchauffement de la planète, et donc à sa future inhabitabilité. Une grande proportion des messages reçus contiennent des fichiers attachés, souvent des pdf, qui impliquent une consommation énergétique apparemment ignorée de nombre d’usagers du courrier électronique, surtout à l’université où l’usage de l’écrit est sursaturé (recherche et enseignement bien sûr, mais aussi, de plus en plus, administration de tout, toujours et partout). Mais il y a des méthodes simples pour un usage écologique du courrier électronique et l’économie des fichiers attachés, qui limitent la consommation d’énergie (et notre surcharge cognitive).

Le fichier attaché, c’est de l’électricité, du CO2 et du pétrole

Le public commence en effet tout juste à prendre la mesure du rapport entre la communication électronique et l’urgence climatique. Alors que nous pensons tou.te.s plus ou moins qu’écrire un mail ou envoyer des fichiers sont des opérations non physiques donc sans coût écologique, nous contribuons pourtant largement à une consommation d’énergie exorbitante. Les messageries sont en effet gérées par des data centers qui tournent 24 heures sur 24 pour assurer la transmission des messages ; constitués de centaines de serveurs et de milliers de km de câbles, ce sont eux qui consomment l’énergie nécessaire à nos échanges.

Des chiffres

– Nombre d’e-mails produits hors spam (chiffres 2019)

  • Monde : 293 milliards
  • France : 1,4 milliard
  • Un internaute français reçoit en moyenne 39 e-mails par jour (source arobase.org)

– L’impact énergétique

L’étude de référence est celle de l’ADEME de 2011, “Analyse comparée des impacts environnementaux de la communication par voie électronique“, fondée sur le choix d’1 Mo comme unité de mesure (c’est-à-dire un message équivalent à 1 Mo transmis).

  • envoyer 1 Mo à 1 personne = 25 Wh = 25 min d’utilisation d’une ampoule de 60 W
  • envoyer 1 Mo à 1 personne = 6 g de pétrole + 20 g de CO2.
  • Exemple individu : 20 mails par jour = 1000 km parcourus en voiture/personne/an
  • Exemple collectivité : entreprise de 100 personnes = 13,6 tonnes d’équivalent CO2/an = 14 allers-retours Paris-New York
Reduce emissions

Nous avons tous des exemples de surconsommation de ce type, l’un des pires cas de figure étant la liste de destinataires multiples régulièrement abreuvée de pdf. Un exemple modeste : une équipe de recherche comprenant 150 destinataires auxquels sont envoyés par la direction chaque année 150 fichiers attachés équivalent à 120 Mo = 360 kg CO2/an. S’y ajoutent les communications à l’intérieur des différents axes de recherche du groupe (quatre par exemple) qu’on peut évaluer à 50 fichiers attachés/40Mo/personne/an = 32 kg CO2/an. Cette équipe aurait alors, en ce qui concerne les fichiers attachés, un impact de près de 400 kg CO2/an (je pense que je suis en-dessous du coût véritable mais il faudrait consacrer du temps à faire l’inventaire exact sur une année, et j’ai des mails à écrire…). Il faudrait y ajouter les messages électroniques simples et ceux dotés de signatures institutionnelles qui sont des fichiers attachés (des images png d’environ 60 Ko dans mon université).

À l’échelle d’une université, on imagine l’impact écologique : les équipes de recherche, les UFR, les écoles doctorales, les départements, les services centraux, les conseils… Toutes ces structures envoient en abondance de très nombreux messages souvent dotés de lourds fichiers, soit en messages collectifs à destinataires multiples, soit en listes de diffusion. Tout récemment, une responsable administrative préparant un conseil expliquait qu’elle n’avait pas envoyé les informations nécessaires car les fichiers trop lourds “ne passaient pas” ; elle les a donc tronçonnés en autant de messages qui ont occupé nos boîtes. On pourrait être étonné et même énervé par cette méconnaissance des usages numériques mais un bref coup d’œil aux formations des personnels au numérique, quand elles existent, donne assez vite l’explication : dans mon université, une formation au courrier électronique à destination des personnels a traité uniquement du contenu (en-tête, corps du message, informativité, ton, signature, etc.). Les aspects écologiques et techniques n’ont pas été abordés.

Des usages écologiques du courrier électronique

Alors, que faire ? Des choses très simples.

Réduire le nombre de messages

– Essayer de ne pas utiliser sa messagerie électronique comme un support conversationnel (dizaines de messages brefs sur le modèle de l’échange oral).

– Essayer d’éviter les réponses spontanées et prendre le temps de préparer ses messages. Pour cela, essayer aussi de résister à l’injonction du message “urgent” : l’urgence est la plupart du temps le sentiment du destinateur et rarement le reflet de la réalité.

– Élaborer des messages thématiques rassemblant plusieurs points liés à la même question.

– Re-titrer ses messages, quand on passe d’un thème à l’autre sur un même fil, de manière à éviter les malentendus ou les pertes d’informations qui génèrent des messages d’élucidation.

Réduire son stockage en ligne

– Utiliser un logiciel de courrier hors ligne sur son ordinateur, stocker ses infos en local (ordinateur ou disque dur externe)

– Effacer ses messages sur son serveur en ligne (corbeille, spam, messages obsolètes, etc.). Un e-mail stocké pendant un an génère 10 g de CO2.

– Une fois l’info stockée en ligne diffusée, supprimer le fichier.

Éviter d’envoyer des fichiers

– Éviter d’envoyer des fichiers à des destinataires multiples : listes importantes ou, pires, listes de diffusion professionnelle par exemple, qui comptent parfois des milliers d’abonnés. 1 Mo envoyé à une liste de 2.500 personnes = 1.200 Mo.

– Placer les fichiers, en particulier ceux qui sont alourdis par des images, sur un site de partage (il en existe des dizaines) et envoyer seulement des liens hypertextes. Les universités proposent des espaces auxquels on ne pense pas forcément : par exemple, au lieu d’envoyer le programme de sa journée d’étude par mail à son équipe, la faire mettre sur le site du labo et envoyer un lien. Lien qui pourra circuler partout, sur les listes professionnelles, sur Twitter, Facebook, etc.

– Utiliser les blogs. Les blogs, qui sont des espaces très faciles à utiliser, sont de bons endroits pour diffuser et conserver des informations. Inventons une petite loi écologique : un fichier = un billet !

– Utiliser les réseaux sociaux. La messagerie privée Facebook permet d’envoyer des fichiers et l’ouverture d’un groupe permet d’en partager dans la timeline.

– La méthode des fichiers mis en ligne présente beaucoup d’avantages :

  • pas de problème de versions de fichiers quand il s’agit d’un travail évolutif (comme les projets, les bilans, les maquettes, les comptes rendus, les travaux des étudiant.e.s et doctorant.e.s, les textes nécessitant des mises à jour, etc.) ; combien de fois n’avons-nous pas reçu deux messages consécutifs avec deux versions différentes du même document ;
  • facilité de la diffusion à un grand nombre destinataires et sur les réseaux sociaux par la communication du seul lien ;
  • pas de problème de fichiers trop lourds bloqués par certaines messageries ;

– Si l’envoi des fichiers est inévitable, les compresser.

Je n’ai pas parlé de l’impression des mails, à éviter bien sûr. Et si d’autres points manquent ou si les lecteur.trice.s de ce billet ont d’autres idées, n’hésitez pas à utiliser la fonction commentaire (mais ne m’envoyez pas d’e-mail !).

Documents pour aller plus loin

Le rapport de l’ADEME de 2011

Guide pour le bilan des émissions de gaz à effet de serre des organisations du secteur des TNIC (ADEME & CIGREF), 2012

Le droit à la déconnexion dans le code du travail

Crédits : “A New Ecology”, Nick Briz, 2009, compte de l’auteur sur Flickr, CC ; “Reduce emissions”, Matt Brown, 2016, compte de l’auteur sur Flickr, CC

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, "1 Mo = 15 g de CO2. L’impact écologique du courrier électronique," in Technologies discursives, 15/06/2019, https://technodiscours.hypotheses.org/1103.

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.