La photographie déictique en ligne [2/7]. Des visages, des pieds et des mains

Les pieds d’Elsa, juillet 2019

On les connaît et reconnaît bien, les selfies ou autophotographies de visages, les selfeet ou autophotographies de pieds, les photographies déictiques de mains et d’ombres (qui n’ont pas reçu de nom particulier à ma connaissance : on va dire selfhands et selfshades). Il s’agit maintenant de véritables genres photodiscursifs bien installés dans les communications en ligne, comme le montre par exemple le compte Instagram Instarepeat.

Photographie déictique ou antiselfie ?

Il y a selfie et selfie. Je veux dire : il y a le fameux selfie avec le visage (sur lequel existe désormais une littérature importante) et une forme de selfie dérivé montrant les pieds, les mains, les ombres mais rarement une autre partie du corps en tout cas en contexte SFW… (il faudrait pour être exhaustive traiter la dick pic, qui porte aussi de la deixis, qui constitue un outil de harcèlement sexuel ou qui, selon certains, constituerait une forme d’art ; mais je vais m’en tenir ici aux visages, pieds, mains et ombres parce que #PayeTonBurnOutMilitant). Toutes en tout cas contiennent une marque corporelle de self explicite. Voici les quatre catégories représentées sur le compte Instagram d’André Gunthert (qui m’autorise science-aimablement à publier ses contenus) :

Selfie. @andregunthert, Instagram, oct. 2018
Selfeet. @andregunthert, Instagram, oct. 2018
Selfhand. @andregunthert, Instagram, nov. 2018
Selfshade. @andregunthert, Instagram, sept. 2018

Alise Tifentale et Lev Manovich proposent de distinguer assez radicalement ces types de photographie déictique, puisqu’ils nomment antiselfie les photographies avec parties du corps autres que le visage. Dans leur travail sur le Selfiecity project (Manovich, Tifentale, 2015), illes définissent d’abord les selfies comme des autoportraits contextualisés :

Ils ne montrent pas une personne isolée de son environnement, comme les autoportraits et portraits l’ont souvent fait historiquement (pensez par exemple à Rembrandt et Van Gogh). Au lieu de cela, ils constituent des enregistrements d’événements, d’activités, d’expériences et de situations qui incluent l’auteur.e de la photographie. L’arrière-plan du selfie typique identifie un lieu, et montre les activités et l’ambiance de ce lieu. De cette manière, le.s individu.s dans le selfie devien.nen.t partie prenante de la situation, plutôt que d’être montré.s isolément

(Manovich, Tifentale, 2018, p. 20 ; ma traduction).

Puis ils décrivent ce qu’illes appellent antiselfie :

Dans l’antiselfie, le visage de la personne n’apparaît pas et la photographie ne montre qu’une partie du corps du photographe : c’est un genre qui « montre une expérience du monde à travers un point de vue en première personne » .

(Manovich, Tifentale, 2018, p. 21 ; ma traduction)

La proposition est intéressante mais illes semblent associer l’ensemble de la personne au visage et réduire les autres parties du corps à un simple point de vue. Je ne partage pas cette conception car il me semble plutôt que la photographie déictique sans le visage constitue aussi une forme de selfie, où le self n’est pas représenté par le visage mais une autre partie du corps. Dans les deux cas, le point de vue en première personne est bien là, et les deux types de selfie, avec ou sans visage, entretiennent un rapport de continuité et non pas d’opposition. Dans “La consécration du selfie. Une histoire culturelle“, André Gunthert semble avoir aussi ce point de vue puisqu’il montre la diversité du genre en présentant cinq selfies personnels, dont un « feet selfie » (Gunthert 2015 ; il mentionne également la photo “d’ombre portée” comme sous-genre du selfie).

Je vais donc conserver le terme photographie déictique, qui exprime à la fois le point de vue subjectif et l’indice déictique de la présence corporelle du.de la photographe, comme terme englobant pour l’ensemble des photographies avec partie du corps, et employer selfie comme terme spécifique pour les autophotographies avec visage.

Comme l’ensemble des photographies déictiques, mais peut-être plus que les autres, le selfie porte la contextualisation immédiate, hic et nunc, de la communication. C’est ce que dit André Gunthert, dans les termes de sa discipline :

La photographie connectée fait du selfie le véhicule d’un type bien particulier de communication : le signalement instantané d’une situation, spécifiquement destiné à un récepteur. L’image devient ici un message visuel, dont l’interprétation dépend étroitement du triangle formé par son émetteur, l’occasion représentée et le destinataire visé, autrement dit présente un fort degré de dépendance au contexte.

(Gunthert 2015 : en ligne)

Un peu plus loin, il parle “d’hypercontextualisation”, de “ressource dialogique” et “d’interaction”. Traduit en termes classiques de linguistique énonciative, cela veut dire que les trois éléments prototypiques de la situation d’énonciation sont présents (locuteur, interlocuteur, et marquage spatio-temporel) et que le selfie constitue une séquence conversationnelle. La deixis prend donc des formes non verbales, qui sont cependant, la plupart du temps, composées avec un message verbal dans la publication en ligne. Une perspective linguistique écologique doit tenir compte de cette forme composite photodiscursive.

Les photos déictiques de pieds, “accessoires discursifs” ?

Pour le journaliste Victor Quattrochi dans un article de Gentside en 2013, les pieds sont des « accessoires discursifs » des posts ou des tweets (Quattrochi 2013). Cette désignation est très intéressante mais, plus que de simples accessoires, je les considère comme des éléments technodiscursifs à part entière, coproduisant le sens avec les éléments verbaux. Les photos de pieds apparaissent en effet en toutes saisons et dans tous les contextes, constituant un sous-genre bien codifié dans son cadrage et son contenu : quasiment toujours par paires, les pieds sont cadrés en plongée, coupés à mi-jambe ou englobant les genoux, reposant au sol (bitume, neige, sable, terre, etc.) ; cadrés en contre-plongée, ils se découpent sur le ciel ou autre fond naturel ou urbain, dans un parc, en bord de mer ou de piscine, au bord d’une falaise, etc. Le hashtag #selfeet sur Twitter ou #lestrottoirsdeparis sur Instagram donnent un corpus important. Et des milliards d’autres selfeet figurent dans des centaines de projets ou de collections numériques natives en ligne, sur les plateformes de partage photographique notamment.

La photo de pieds n’est pas seulement ludique ou narcissique, mais construit de véritables discours extimes sur les réseaux, pièce d’un dispositif de communication, présentation de soi, d’identification et de gratification sociale : les selfeet disent la localisation, la temporalité ou la saison, la situation ou l’humeur du moment, le style (style de vie, style vestimentaire), l’hexis (le style du corps). Quelques exemples :

Selfeet de localisation. La conversation porte sur l’identification du lieu.
Selfeet de temporalité et de situation (vacances d’été), publication sur le groupe Facebook “Les pieds en vacances”
Selfeet de situation (attente à l’aéroport) et de style de vie/vestimentaire : les hashtags mentionnent un nom de marques et les tatouages.

Le selfeet est par ailleurs à la base de plusieurs projets, relevant de l’art et du détournement, comme The Selfeet, un projet photographique de Lucie Beudet qui a pour objectif de détourner le selfie en 2014, ou relevant d’une sorte de documentation du monde, comme le compte Instagram @ihavethisthingwithfloors, qui compte le 28 juillet 2019 1 968 photos de pieds sur des « nice floors » du monde entier.

Les photos déictiques de mains

La photo déictique de mains n’est quasiment pas traitée dans les travaux sur le selfie ou l’autophotographie et pourtant ! Voici les trois premières publications du compte @Instarepeat consacrées aux photos déictiques de mains :

Main qui tient une feuille d’érable, un oiseau, un smartphone. Et il en existe bien d’autres, plus courantes sur nos réseaux comme les photos de mains au livre (voir plus haut), au verre, à la tasse, à la bouteille, dans l’eau, ou dans des configurations plus singulières (voir ci-dessous, les mains dans le cambouis) :

Selfhand. Main au verre (ou drinkselfie). Les hashtags déploient les possibles sémantiques. Instagram, juin 2019.
Selfhand. Main dans l’eau. Instagram, Juillet 2019
Selfhands. Mains dans le cambouis. Instagram, juillet 2019.

La photo de main est selon moi sans doute celle qui est dotée du plus fort coefficient de déicticité, pour plusieurs raisons : d’abord c’est la main qui accomplit l’acte d’énonciation déictique en photographiant son autre, si l’on peut dire ; ensuite ce sont les mains qui sont les principaux organes accessoires de la parole et donc de la formulation du self (on ne parle pas seulement avec la bouche et les mots, mais avec l’ensemble du corps, notamment les mains) ; enfin la main est lourdement chargée de symbolique dans la culture humaine (elle est en particulier symbole du lien à l’autre). La main, c’est donc une partie de soi qui signifie fortement le soi, à l’instar du visage, et sans doute bien plus que les pieds ou les ombres.

L’autophotographie (le [self + partie du corps]), comme photographie déictique, est une marque à mon sens tout à fait explicite et réelle de l’iconisation du discours dans les productions numériques natives. Elle montre bien que les modalités du discours en ligne se sont converties (Doueihi), et que cette conversion numérique va au-delà de l’ajout d’émoticônes ou de l’emploi d’un lexique néologique : c’est la sémiose fondamentale du langage qui se transforme, quittant sa pureté verbale pour se composer avec d’autres sémioses, et particulièrement l’image.

Références

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, "La photographie déictique en ligne [2/7]. Des visages, des pieds et des mains," in Technologies discursives, 28/07/2019, https://technodiscours.hypotheses.org/1110.

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 26/08/2019

    […] que le précédent billet portait sur les parties du corps, et donc sur le rôle du sujet dans la photo déictique ou […]

  2. 28/08/2019

    […] les pieds, les verres et les textes, les voyages. Sur les réseaux, les internautes postent des photos de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.