La photographie déictique en ligne [1/7]

Publication du compte Instagram du Havana Rovinj Rum&Cocktail bar, 7 juillet #CocktailSelfie

C’est le début des vacances, on voit apparaître sur nos timelines les désormais traditionnels visages joyeux aux lunettes de soleil, les pieds en éventail chaussés (ou pas) de tongs et sandalettes, et les détails de mains tenant des cocktails frais et colorés. C’est donc le moment de commencer une petite série estivale sur les photos déictiques en ligne. Mais avant cela, quelques repères sur les notions que je propose : le technographisme, la photographie déictique et l’iconisation du discours, et sur deux concepts d’appui : le pictorial turn et l’image conversationnelle. Ces notions sont travaillées dans L’analyse du discours numérique (Paveau 2017, entrée « Technographisme ») et seront développées dans deux textes à paraître à la rentrée, sur l’utilisation de l’image dans l’écriture numérique native (Paveau 2019a et 2019b).

Le technographisme

Le technographisme est la notion-cadre qui englobe la photographie déictique, avec d’autres formes nativement numériques comme le même, la pancarte, le ticker, le bingo, etc. Je reproduis ici la définition donnée dans L’analyse du discours numérique :

On appellera technographisme une production sémiotique associant texte et image dans un composite natif d’internet. L’élément –graphisme, conformément à son étymologie (le verbe grec graphein, signifiant « tracer » et « écrire ») signifie ici à la fois le geste de tracer, renvoyant au dessin ou à l’image et celui d’écrire, renvoyant au texte. On sait que les frontières entre les codes s’estompent ou se reconfigurent dans les écosystèmes connectés et que les dispositifs techniques permettent des formes composites : internet est le lieu du multimédia. Nicolas Auray, examinant les avatars dans les jeux en ligne, insiste par exemple sur « l’intégration des écritures et des images » et parle d’une « nouvelle économie des signes sur l’espace de l’écran, […] caractérisée par l’intégration de systèmes expressifs appartenant à plusieurs formats, image, texte et son, dans le même media » (2004 : 97). Le technographisme, composite d’image fixe ou animée et de texte, est en effet une production nativement numérique multimédiatique : certaines formes d’avatar ou de bannière, l’image macro, les boutons de partage, les pancartes numériques sont des technographismes. Le détail « dans le même media » précisé par Nicolas Auray est important et signifie que les deux ordres sémiotiques du texte et de l’image n’en font plus qu’un, étant simultanés, indistinctibles et indissociables. Dans un mème par exemple, constitué d’une photographie incrustée de texte, séparer l’ordre iconique et l’ordre textuel reviendrait à détruire l’ensemble : le sens n’est produit que dans le composite relevant d’un ordre verbo-iconique unique (le technographisme), et non dans l’articulation de deux ordres qui dialoguerait à partir de leurs autonomie respectives (comme c’est le cas pour la photographie et sa légende, ou la peintre et son titre).

Cette caractéristique fonde la différence entre les productions plurisémiotiques ou multimédiatiques prénumériques, associant plusieurs médias, et celles qui sont élaborées en ligne, intégrant plusieurs médias. Une autre différence réside dans le mode de fabrication des technographismes : généralement de nature artisanale et artistique hors ligne, mais toujours issu d’outils numériques dans les univers connectés. Le technographisme fait désormais partie de l’expression numérique ordinaire et figure dans bon nombre de publications d’internautes sur les espaces d’écriture du web 2.0. Si la plurisémioticité est une forme de transgression remarquable de l’autonomie des codes dans les espaces hors ligne, souvent de nature artistique, elle est une norme sémiotique en ligne, devenue ordinaire, comme le montreront les exemples choisis ici à titre de brève typologie indicative (Paveau 2017, entrée « Technographisme »).

La photographie déictique

Ce que j’appelle photographie déictique, c’est une photo contenant une marque de subjectivité correspondant à l’un des trois critères classiques de la deixis : je, ici, maintenant. On pense tout de suite au selfie bien sûr, mais ce n’est pas le seul cas de photo déictique. En linguistique, la deixis (« action de montrer » en grec) est une propriété linguistique d’un élément capable de désigner directement la réalité de cellui qui parle sans passer par la représentation. Quand je dis je, par exemple, j’emploie un déictique qui désigne directement ma personne réelle ; pareil pour ici ou maintenant. Le cadrage d’une photo, toujours déictique par définition puisque provenant d’une subjectivité corporelle, ne suffit cependant pas à la caractériser comme déictique car il n’en existe pas forcément de trace visible dans la photo ; je réserve donc cette appellation à des images comprenant des éléments, corporels ou non, qui signalent la présence physique du.de la photographe.

Le phénomène est travaillé sous d’autres noms dans d’autres disciplines. Dans le cas du selfie, André Gunthert mentionne, en termes visuels, « la visibilité dans l’image de son caractère autoproduit » dans un billet intitulé « Géométrie du selfie » (Gunthert 2017, en ligne ; ital. de l’auteur), autrement dit la trace de la tension du bras dans le cliché. En anthropologie et info-com, on parle parfois d’indexicalité (index => « montrer »). Cette publication de Patti Smith sur Instagram est un exemple de photo déictique, car elle porte des marques de deixis, la main du corps qui photographie et l’angle de la prise de vue (la chanteuse est coutumière du fait et l’on trouve de nombreuses photos de ce type sur son compte) :

La « photo de café » constitue avec d’autres, on le verra (pieds, ailes d’avion, assiettes, météo…) dans les billets suivants, un prototype de la photographie déictique désormais bien installée sur les réseaux sociaux en particulier, notamment Facebook et Instagram.

L’iconisation du discours

J’appelle iconisation du discours le processus par lequel l’image entre dans la matérialité du discours, comme l’un de ses composants à part entière, à l’instar des composants langagiers ; mais l’image y est le composant principal et pilote le sens. L’iconisation du discours est une notion qui rend compte des modifications sémiotiques contemporaines de l’écriture en ligne, où les images sont de plus en plus intégrées aux productions discursives. Un tweet, un post, un sms ou un message électronique comportent de plus en plus souvent une image, un gif fixe ou animé, en clair ou par le biais d’un lien hypertexte (j’ai détaillé l’écriture avec gif animé dans une communication au dernier colloque Impec (Paveau 2018), qui donnera lieu à un article et à un billet) :

En ligne, on transmet aussi des textes en photographiant des livres ou des écrans (screenshot), l’écrilecture typique de la textualité numérique devenant une photolecture, comme le montre ce tweet d’@infusoir et la publication Instagram qui la suit, comprenant un élément déictique explicite et un surlignage :

Et l’on pourrait citer bien d’autres exemples d’iconisation du texte, comme le snap qui est en voie de stabilisation dans les modes de communication des 20-30 ans, les stories qui se sont généralisées dans plusieurs réseaux sociaux (Instagram, Facebook), les réseaux sociaux fondés sur l’image (Pinterest), etc. Bref, le texte n’est plus textuel mais composite, métissé, hétérogène, avec du code, des images, du son, etc. Parmi ces ingrédients, l’image semble posséder le plus fort coefficient de sens.

La notion d’iconisation du discours s’inscrit dans la lignée de propositions antérieures relatives aux rapports entre image et texte. Elle est liée par exemple à la notion de phototexte, qui, dans un champ majoritairement littéraire, rend compte d’une articulation structurelle entre image et texte, les deux éléments étant indissociables pour la production-construction du sens. Sur cette notion, outre l’ouvrage de référence d’Andy Stafford (Stafford 2010), on se reportera au colloque sur la question organisé en mai 2018 à la MSH Paris Nord, et aux actes qui sont sur le point de paraître, dirigés par Magali Nachtergael et Charlotte Foucher-Zarmanian). La notion d’iconisation du discours rencontre également, par d’autres circuits de pensée, ce que Laurence Allard, qui a depuis longtemps mis l’accent sur les mobiles dans la recherche en sciences de l’information et de la communication, appelle « une révolution sociale de l’écrivance », constituant notamment une « révolution du “Comment écrire ?”, se manifestant par « le métissage des signes (scripturaux, sonores, iconiques et datas) ainsi que par la créolisation des écritures alphabétiques, idéographiques et des langages informatiques » (Allard 2017, p. 29). Mais elle doit aussi beaucoup au pictorial turn de W.J.T. Mitchell.

Le pictorial turn

Mitchell appelle pictorial turn le tournant visuel du texte (1994) : selon lui, l’image organise notre perception sémiotique, voire domine le langage articulé. Cette notion repose sur ce qu’il appelle un « dé-disciplinage des divisions entre culture visuelle et culture verbale » (1994, p. 100), les deux étant selon lui non seulement inséparables mais sémiotiquement imbriquées. Mitchell estime en effet que « la manière dont la pensée moderne s’est ré-orientée autour du paradigme visuel semble menacer et dépasser toute possibilité de maîtrise discursive » (1994, p. 9 ; ma traduction). Il envisage en effet une pensée de l’image imbriquée dans la théorie du langage, ce qui correspond bien à ce que l’on peut observer en ligne :

L’image contemporaine possède un statut intermédiaire entre ce que Thomas Kuhn appelait un « paradigme » et une « anomalie », émergeant comme un thème central de discussion en sciences humaines de la même manière que le langage l’avait fait : c’est-à-dire comme une sorte de modèle ou de figure pour représenter d’autres choses (incluant la figuration elle-même) […] (Mitchell 1994, p. 13).

L’image conversationnelle

J’ai proposé la notion d’iconisation du discours également à la suite, et en symétrie, de celle de conversationnalisation de l’image d’André Gunthert (2014). Pour le spécialiste des études visuelles, l’« image conversationnelle » est une photographie « devenue un composant parmi d’autres de l’univers de la communication », car elle est « embarquée dans chaque objet connecté » (2014, p. 20). Le web 2.0 a créé selon lui « l’image conversationnelle, produit inattendu de la rencontre de la numérisation des contenus visuels et de l’interaction documentée » (2014, § 4).

C’est équipée de ces notions que je propose cette série d’été, en commençant, dans le prochain billet, par les plus déictiques des photos en ligne : les selfies, les selfeets et les selfhands… À la prochaine !

via GIPHY

Références

  • Allard Laurence, 2017, « Partages créatifs : stylisation de soi et appsperimentation artistique », Communication & langages 194, p. 29-39.
  • Auray Nicolas, 2004, « Sosies et avatars dans les jeux : entre écriture et image », L’image Socie. L’original et son double, 1er colloque international ICONE-IMAGE, Sens, Musées de Sens, p. 95-108.
  • Gunthert André 2014, « L’image conversationnelle », Études photographiques 31, http://etudesphotographiques.revues.org/3387
  • Gunthert André, 2017, « Géométrie du selfie », L’image sociale [carnet de recherche], https://imagesociale.fr/4758
  • Mitchell William J. Thomas, 1994, Picture Theory : Essays on Verbal and Visual Representation, Chicago, The University of Chicago Press.
  • Paveau Marie-Anne, 2017, L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann.
  • Paveau Marie-Anne, 2018, « L’image du corps comme énonciation. Le cas des gifs corporels sur les réseaux sociaux », communication dans le cadre du panel « L’énonciation iconique du corps » au Colloque IMPEC 2018, Lyon, ICAR, ENS.
  • Paveau Marie-Anne, 2019a (à par.), « L’iconisation du discours dans les urbanitécrans. Applications mobiles et photographies déictiques », dans Liénard Fabien, Zlitni Sami (dir.), Communication et traces numériques, Rouen, Presses Universitaires de Rouen Le Havre (PURH).
  • Paveau Marie-Anne, 2019b (à par.), « Technographismes en ligne. Énonciation matérielle visuelle et iconisation du texte », dans Yosra Ghliss, François Perea et Catherine Ruchon (dir.), dossier « Les affordances langagières : textualité numérique, matérialité discursive », Corela HS 28, https://journals.openedition.org/corela/
  • Stafford Andy, 2010, Photo-texts: Contemporary French Writing of the Photographic Image, Liverpool, Liverpool University Press.
Cite this article as: Marie-Anne Paveau, "La photographie déictique en ligne [1/7]," in Technologies discursives, 23/07/2019, https://technodiscours.hypotheses.org/1136.

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search