[Parution] Textuel, textiel. Repenser la textualité numérique, Corela HS-33

Ingrid Mayeur et Marie-Anne Paveau (coord.), 2020, Textuel, textiel. Repenser la textualité numérique, Corela [En ligne], HS-33.

Ce numéro a été élaboré à partir de plusieurs axes de questionnement en vue d’une exploitation du concept de textiel dans les recherches en sciences du texte et analyse (textuelle) des discours. Cette notion semble avoir été insuffisamment exploitée, y compris par leurs auteur.e.s elleux-mêmes, et elle recèle pourtant des possibles théoriques et méthodologiques importants pour une interrogation de la notion de textualité dans les contextes numériques natifs. La prise en compte de la textialité (impliquant donc une dimension de textualité technicisée, qui ouvre le champ aux possibilités de manipulations) orienterait ainsi l’attention sur les spécificités du faire texte dans l’environnement numérique. Les pistes de réflexion proposées aux auteur.e.s étaient les suivantes :

  • Quel est le devenir du texte, tel qu’il est défini en contexte prénumérique, dans les environnements numériques natifs ?
  • Qu’est-ce qui “fait texte”, dans les environnements numériques natifs ? Quels seraient les “sentiments” du lecteur qui l’amènerait à porter un jugement de textualité ?
  • Qui écrit le texte ? Le scripteur, l’écrilecteur (le scripteur et le lecteur tout en même temps), la machine et ses algorithmes (avec quel degré d’autonomie) ?
  • Qu’est-ce qui fonde la cohérence du texte numérique ? Quels sont les opérateurs de textualisation à l’œuvre en régime numérique ? Comment s’effectuent les liages textuels ?
  • Doit-on continuer à parler de texte pour les productions en ligne ? À quelles conditions ?
  • Comment penser à nouveau frais les grandes questions liées à cette notion en linguistique textuelle, analyse du discours et sciences de l’information et de la communication : l’autonomie, la séquence, la cohérence, la cohésion, la continuité, le rapport écriture-lecture, l’intertextualité, le paratexte, la réception, la segmentation, l’unité textuelle, l’énonciation éditoriale, l’hypertexte, l’architexte, l’éditorialisation (liste ouverte) ?

Les contributions reçues à la suite de ces propositions s’articulent autour de trois axes, selon qu’elles prennent pour objet les matières textielles, les processus d’écriture numérique ou les productions de textualités numériques.

Sommaire

Crédit : Robson, “Gradients”, 2021, compte de l’auteur sur Flickr,CC BY 2.0


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search