Ah. Un « vrai » livre numérique ?

« Le numérique, c’est écrire le labyrinthe, le chiffre »

(Emma Reel interviewée dans L’Humanité)

L’automne dernier, Jérôme Denis (@jrmdns) a signalé la future parution de l’ouvrage d’Emma Reel, Ah., sur Twitter, en le présentant comme un « vrai » livre numérique. Ah., écrit spécifiquement pour tablette, a été publié au Seuil en janvier 2012 et l’on en trouve une présentation vidéo de l’éditeur sur DailyMotion. C’est le premier ouvrage conçu exclusivement pour le « numérique », et c’est cette caractéristique qui a sans doute amené ce petit « vrai » antéposé (dont on a par ailleurs beaucoup parlé entre les deux tours à propos du « vrai travail » promu par Nicolas Sarkozy), qui contient toute une interrogation sur ce que veut dire, dans des contextes particuliers, ce mot de numérique.

Numérisé, numérique, numériqué

Je commence à travailler sur une petite typologie du texte numérique, qui doit encore être approfondie, affinée et exemplifiée, et qui repose sur des critères linguistiques de forme scripturale (pour le moment, je ne tiens pas compte de la dimension de la lecture, qui est capitale, et que j’intègrerai ultérieurement). Elle comprendrait trois catégories :

– un texte numérisé signifierait entré, à partir d’une version imprimée, dans un logiciel à des fins d’analyse en particulier (pour constituer un corpus d’étude), ou scanné (comme c’est le cas pour les fonds anciens de revues sur Persée par exemple) et mis en ligne ou pas ; l’imprimé est dans la « nature » du texte ;

– un texte numérique indiquerait une composition sur fichier, avec toutes les caractéristiques de l’écriture au clavier et les fonctions apportées par le logiciel, mis en ligne (livres numériques, revues mises en ligne) ou pas (fichiers de travail) à des fins de lecture ; il peut y avoir passage à l’imprimé sans que l’imprimé ne soit dans la « nature » du texte numérique (on pourrait dire que l’imprimé peut faire partie de son devenir) ;

– un texte numériqué serait un écrit produit nativement en ligne, sur un site, un blog, un réseau, tout lieu numérique accueillant de la production d’écrits ; l’imprimé n’est pas dans la nature du texte et ne fait pas partie de son devenir.

Les trois catégories sont plus ou moins éloignées/proches du texte imprimé par les traits de navigabilité (commun aux trois, à des degrés et sous des formes diverses) ; de linéarité de l’écriture (les deux premiers présentent une écriture linéaire, c’est-à-dire sans hypertextualité, qui se caractérise par la présence d’une technodiscursivité faite de mots et segments clicables), le troisième produit une écriture non linéaire, mais peut aussi rester linéaire (les blogs littéraires présentent souvent une écriture linéaire et l’on sait que la twittérature met un point d’honneur à éviter toute hypertextualité) ; et enfin de multisémioticité (les deux premiers sont, à l’exception de l’insertion d’images fixes par exemple, monosémiotiques dans la mesure où ils présentent plutôt de l’écrit, le troisième peut être multisémiotique et comprendre de l’image fixe ou mobile, du son, des effets visuels, etc.). Le passage du livre numérique à l’imprimé papier (je pense bien sûr à l’expérience de publie.papier actuellement en cours) ne doit pouvoir se faire, me semble-t-il, que si le texte est numérisé ou numérique, le numériqué n’étant pas transposable à l’imprimé, sauf perte sémiotique importante.

Le livre numériqué d’Emma Reel

Ah. est à l’évidence un texte numériqué et c’est sans doute ce que voulait dire le « vrai » de Jérôme Denis.

L’ouvrage, recueil de nouvelles à la première personne, parfois adressées à un « vous » ou un « tu », parfois narratives, parfois épistolaires, se présente matériellement comme une suite de cinq pages : la page 1, première de couverture, est fixe et ressemble à une couverture de livre imprimé, comme la 2 et la 3 qui mentionnent le titre, l’auteure, l’éditeur, les autres ouvrages de l’auteure, la date, les crédits images, etc. Le texte numériqué commence à la page 4, qui est animée de titres mobiles, sur lesquels on clique pour accéder aux nouvelles, qui elles ne sont pas paginées. Deux boutons à gauche permettent de revenir à la page précédente ou à la page 4, et deux boutons à droite permettent d’agrandir ou de réduire le texte. Voici trois versions de la page 4, à différents moments de l’animation, et qui présentent donc différentes possibilités de choix :

La page 5 est une page presque blanche où l’on trouve un onglet « partager » et une autre « donner votre avis ».

Dans les différents chapitres-nouvelles, on trouve plusieurs phénomènes numériques d’ordre multisémiotique : une sorte de chapeau (?) au-dessus du chapitre s’écrit sous nos yeux (la technique du pad), certains mots sont clicables, permettant d’accéder aux autres chapitres, une ronde d’images apparaît (des « pages impromptues », dit l’auteure), et un autre incipit du texte épistolaire (« Et partir à Venise ») peut-être écouté dans un fichier audio. La présentation vidéo du Seuil constitue aussi, sur le plan du péritexte de l’ouvrage, un produit numérique. Voici par exemple trois états du chapitre « Fiat lux » :

Un « vrai » livre ?

Donc, en fait, le livre ne comporte qu’une seule page matérielle. Cette caractéristique est tout à fait singulière et a entraîné d’ailleurs certaines incompréhensions de lecteurs qui donnent de bonnes informations sur le décalage, voire le conflit encore important entre l’image traditionnelle du livre-codex avec ses centaines de pages « tournables » et le livre numériqué, surface où le simulacre de page apparaît par contact tactile, et fait elle-même apparaître d’autres pages ou textes ou images, mobiles de surcroît. « Impossible de dépasser la page 5!! faute technique ou arnaque?? », se plaint par exemple un acheteur sur Itunes.

Ce livre numériqué ne m’a pas posé de problème de navigation, et j’ai plutôt bien aimé ce qui m’apparaît comme un texte fluide, voire liquide, mais je trouve que, pour le moment, lire numérique/numériqué, en tout cas aussi numériqué que cela, c’est parfois compliqué : j’ai acheté Ah. à partir de mon Ipad dans Itunes donc dans un format pour Ipad, qui est son format « natif », je le sais bien, mais du coup je ne peux pas le lire sur mon ordinateur (il aurait fallu que j’achète le format mixte « liseuse-ePub » ailleurs mais je n’en savais rien). En ce moment, j’ai des livres numériques  sur ces deux supports, trois en fait puisque j’ai deux ordinateurs, un fixe et un portable, sur lesquels j’ai chargé un peu selon le besoin du moment des logiciels différents et j’ai du mal à m’y retrouver : j’ai une bibliothèque Ibooks sur mon Ipad, une autre dans « Adobe Digital Editions » sur mes ordinateurs. À cela s’ajoutent les livres que je lis en ligne en html (j’aime bien ce mode de lecture), et que je ne sais pas trop comment rassembler. Il faut donc que je rationalise la chose et que je « construise » une bibliothèque numérique un peu ordonnée sur le support le plus mobile et le plus complet, c’est-à-dire mon ordinateur portable, et que je consacre un « bag » ou une liste diigo à mes livres numériques html.

Alors « vrai » livre numérique ? Il n’y a évidemment pas de vérité de la création ni de la technique, mais Ah. est entièrement numériqué, dans mon vocabulaire, et cela constitue une « vraie » nouveauté qui amène de nouvelles sensations de lecture : lire Ah. c’est effectivement, comme le dit joliment l’auteure, lire le « labyrinthe, le chiffre », et cette lecture est moins tranquille que celle à laquelle nous avons tous été habitués et enseignés. C’est une lecture un peu dansante, et je pense qu’elle ne serait guère tenable avec un plus gros volume de textes. Le livre est assez court, certains lecteurs critiques en font d’ailleurs un défaut, mais c’est ce exactement ce qui correspond à cette nouvelle lecture au doigt et à l’œil.

Emma Reel, 2012, Ah., Paris, Éditions du Seuil, (revue de presse).


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 28/07/2012

    […] "Le numérique, c’est écrire le labyrinthe, le chiffre" (Emma Reel interviewée dans L'Humanité) L'aut…  […]

  2. 31/07/2012

    […] "Le numérique, c’est écrire le labyrinthe, le chiffre" (Emma Reel interviewée dans L'Humanité) L'aut…  […]

  3. 10/09/2012

    […] peut citer par exemple l’expérience pionnière et singulière du livre d’Emma Reel, Ah. Il s’agit là d’une “vraie” littérature augmentée, par de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *