Coder, écrire, connaître

J’ai lu Les trois écritures. Langue, nombre, code, de Clarisse Herrenschmidt (Paris, Gallimard, 2007), en en attendant des informations sur l’écriture numérique, en particulier dans la troisème partie, intitulée « L’écriture informatique et réticulaire ». J’ai été plutôt déçue : si j’ai appris beaucoup de chose sur le code, et la manière dont l’ordinateur traite nos intentions d’écriture pour produire de l’écrit d’écran, je n’ai pas trouvé d’informations sur l’écriture réticulaire proprement dite : pas d’approche linguistique, pas d’interrogation sur ce que le numérique fait à la langue et au discours. Mes « technologies discursives », « technomots » et « traits technolangagiers » restent donc toujours aussi peu documentés. Je dois donc continuer mes explorations afin de vérifier mes hypothèses.

J’ai cependant pu préciser certains concepts qui seront mobilisés dans l’écriture de mon livre et du même coup rassembler de la matière pour mon prochain séminaire 2012-2013 (les cinq extraits complets du livre de C. Herrenschmidt sont sur mon blog pédagogique « Paroles en cours ») :

– Le code n’est pas une langue naturelle, le code n’est pas réflexif

Ce code est un moyen de chiffrer, propre à la machine qui crypte et décrypte : l’utilisateur d’un ordinateur avec un simple traitement de texte travaille avec un bureau du chiffre – nous sommes tous des héros de John Le Carré. […] Ce code n’est pas une langue naturelle, mais un produit conscient, élaboré dans un but précis, dépourvu d’ambiguïté : il est transformable, comme un chiffre secret. Il n’a bien sûr pas d’autonomie réflexive : nul ne peut expliquer, par définition, ce qu’est un code informatique avec ses seuls signaux, les bits, car ces signaux sont des signalements des signes […] (p. 396) lire l’extrait complet…

– Le simulacre permet la simulation ; la simulation est un mode de connaissance sans expérimentation

Du simulacre naît la simulation : c’est-à-dire l’expérience d’un futur réel au travers de ce qui en est montré – le simulacre – et l’action sur ce simulacre. Si la simulation à but scientifique est plus ancienne que l’informatique et ne lui est pas propre, elle définit un des plus étonnants modes de connaissance sans expérimentation, d’aide à la conception et de formation des l’individu que produit l’informatique (p. 398). lire l’extrait complet…

– Un langage artificiel n’est pas fait pour être parlé

On comprendra ce qu’est un langage informatique : un ensemble, par définition écrit, de caractères, de chiffres, de mots et de règles, qui permettent d’assembler ces éléments pour transcrire un algorithme, écrire des programmes et donner des instructions à un ordinateur. Un langage artificiel, produit consciemment, dans un but précis, qui n’est pas fait pour être parlé (p. 405). lire l’extrait complet…

– L’hypertexte, une mémoire textuelle substantive

L’hypertexte met en œuvre graphique une idée de la mémoire, où les nœuds fonctionnent comme des croisements de routes en étoile, chacune menant à quelque autre champ de connaissance, de jeu, d’information – et ainsi de suite. Une idée de la mémoire dont sont exclus des pans entiers des langues, les mots-outils qui rendent la syntaxe possible. Le clic substantifie la façon émotive, inconsciente, imprévisible et immédiate, que nous avons de nous ressouvenir (p. 416). lire l’extrait complet…

– Écrire, c’est déléguer sa production à la machine mais non sa création

Qu’est-ce qu’écrire, dans pareil environnement ? C’est confier son texte à des penseurs d’activité, producteurs de littérature logicielle. Diane peut travailler avec son micro-ordinateur parce que des spécialistes ont écrit langages et programmes, ont réduit l’activité matérielle d’écrire en opérations minimales. Elle accepte que ces écrivains, absents, interviennent dans son travail par l’intermédiaire de leur production et pourtant se sent auteur du texte qu’elle écrit […] (p. 418). lire l’extrait complet…

Crédit photographique : « 12 bytes core memory », teclasorg, Daniel Sancho, 2008, galerie de l’auteur sur Flickr, CC


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Bonjour,

    Pour répondre à votre question sur les techno-mots : avez-vous regardé du côté du tagging ? Je me permets de vous indiquer un vieil article dans un geste scandaleux d’autopromotion ;)

    http://ic2009.inria.fr/docs/papers/Monnin_IC2009_41.pdf

    Bien cordialement,
    A.M.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de cette référence – je trouve intéressant que votre présentation du tag reste binaire, associant de manière distincte technique et sémantique – ma perspective est plutôt intégrative et je cherche plutôt du côté de l’hétérogénéité ou du métissage des formes langagières – affaire à suivre…

      • Alexandre Monnin dit :

        Bonjour,

        C’est vrai. Il remonte, il faut dire, à 2009. Et l’idée était alors de mettre en avant la dimension technique spécifique du Web, généralement passée sous silence dans les approches linguistiques de l’indexation.

        L’inspiration venait en partie des travaux de Pat Hayes qui avait encore une approche très traditionnelle de la sémantique. Depuis, avec l’idée de « Blogic » (la meilleure présentation jamais réalisée sur le Web de données : http://videolectures.net/iswc09_hayes_blogic/), il est allé beaucoup plus loin. C’est un autre volet : la technicisation du nom propre sur le Web (via les URIs qui en sont la base et le fondement). Là-dessus, j’ai commis un autre papier, beaucoup plus récent : http://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00672301

        Concernant le tagging, nous avons essayé par la suite (http://dl.acm.org/citation.cfm?id=1839746) d’associer technique et sémantique en nous appuyant sur les actes de langages. Par rapport à l’approche d’un pionnier comme Reinach, fortement ontologique, la technique est intégrée au coeur des actions définies, en y associant par exemple des destinataire non-humains (qui pullulent sur le Web) , mais aussi en définissant des actes de langage comme accorder des droits d’accès, etc.

        J’ai parlé à Robert Brandom, dont les travaux en philosophie du langage sont bien connus. Il s’intéresse au Web mais ne se sent pas de développer la démarche intégratrice dont vous parliez car il estime de pas être assez au fait des enjeux de la technique.

        Cela dit, le Web me semble réaliser cette hybridation que vous recherchez.

        Bien cordialement,
        A.M.

        • Marie-Anne Paveau dit :

          en fait, une question intéressante qui parcourt cet échange, c’est aussi la différence d’approche entre la philosophie du langage et la linguistique – je réfléchis à la question depuis assez longtemps, à partir notamment de la question du contextualisme et du travail de recanati, qui ne prend en compte en termes de linguistique que la sémantique formelle (j’appelle ça les « parallèles épistémiques ») ; et puisque tu cites brandom, je dirais aussi qu’il n’est pas au fait des approches véritablement linguistiques du langage, telles en tout cas qu’elle sont développées hors du champ du formalisme : son approche est logique et il ne travaille pas, comme la plupart des philosophes du langage d’ailleurs, sur des corpus empiriques – il y a une amorce de discussion sur cette question des approches disciplinaires et de leur manque de cumulativité dans une courte discussion entre alain lecomte et moi-même sur REALISTA : http://bit.ly/KXyPk3

          • Alexandre Monnin dit :

            Je suis d’accord. Les philosophes du langage ont loupé le coche mais plus largement, c’est toute la philosophie qui a du mal a devenir empirique. Les approches issues de la philo du langage sont intéressantes à mes yeux parce que ces travaux ont servi de bases aux architectes du Web mais ceux-ci ont ensuite produit quelque chose d’original qui, à mon sens, a réellement un intérêt philosophique. Pour le reste, les critiques comme celle de Yorick Wilks (qui est venu cette année dans mon séminaire : http://fr.slideshare.net/PhiloWeb/meaning-and-the-semantic-web) ou de François Rastier (idem), qui ciblent clairement la philosophie du langage, sont tout à fait justifiées à mes yeux. Les approches formelles ont besoin des béquilles de la techniques pour acquérir une efficace. Mais alors cela devient tout autre chose et cela ne s’étudie plus avec les mêmes outils. Or qu’est-ce qui est plus étranger à la philosophie du langage que la question de la technique ?

            Merci pour le lien, je vais regarder ça !

  2. Florian dit :

    Je voulais réagir sur le premier extrait en tant que mathématicien. Nous utilisons beaucoup les mots cryptage, decryptage ou chiffre secret mais dans un autre but. Il ne s’agit pas pour nous de parler avec une machine mais tout simplement de cacher de l’information. Nous cherchons à rendre un texte illisible sauf à ceux avec qui nous avons partagé ce fameux « chiffre secret » qui dans notre cas n’est plus manipulable après l’échange.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de cette remarque, je trouve très intéressant que le codage ait des objectifs différents, et même opposés : lisibilité vs illisibilité – voilà qui me confirme dans l’idée qu’il s’agit d’une question aussi complexe que passionnante !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *