Un Dictionnaire d’Analyse du Discours Numérique (DADN)

Je reprends l’élaboration de ce livre après plusieurs mois d’interruption pendant lesquels, cependant, l’ouvrage a avancé : j’ai terminé il y a quinze jours la deuxième année de mon séminaire d’analyse du discours numérique, « Les formes du discours : matières technolangagières et technodiscursives » et plusieurs notions théoriques et points de méthodologie se sont mis en place ou approfondis. L’année dernière, en 2011-2012, j’avais commencé à réfléchir à une analyse du discours numérique qui soit capable de rendre compte des énoncés natifs en ligne, c’est-à-dire produits directement dans les environnements du web : « Les formes du discours. Du syntagme à l’hypertexte ». En France en effet, pour des raisons qui m’échappent encore un peu, mais que je commence à apercevoir, ces discours ne sont pas analysés ou, quand ils le sont, c’est d’une manière traditionnelle, c’est-à-dire logocentrée : on extrait les énoncés des écrans, et on les présente dépouillés de leur matérialité technologique, comme ici par exemple. Autrement dit, on enlève le techno– de ces technodiscours, ce qui me semble à la fois être de mauvaise méthode et témoigner de ce recul, ou crainte ou phobie ou (car ?) méconnaissance devant les univers discursifs numériques que j’ai décrits dans ce billet sur les crocodiles numériques.

Cette année, le séminaire a été intensément collaboratif (encore merci à tou.te.s les participant.e.s) et nous avons tou.te.s produit des connaissances ensemble même si, posture enseignante oblige, j’ai « fait cours ». Le semestre a été enrichi par les deux conférences de Laura Goudet et Aboubekeur Zineddine, par une augmentation du nombre des comptes Twitter qui nous relient aussi studieusement que joyeusement, y compris pendant les séances (voir la liste sur la page d’accueil du carnet Discours & Doctorat) et par la mise en place du hashtag #doctp13 qui permet de rassembler les infos qui concernent l’analyse du discours numérique (ce hashtag est archivé sur le carnet d’Aboubekeur Zineddine et également sur Discours & Doctorat, il est disponible pour qui s’intéresse à l’analyse du discours, numérique ou autre, et aux disciplines contributives des linguistiques TDI, i.e. texte, Discours, Interaction).

J’ai terminé le cours par une séance de synthèse qui nous a permis de revenir sur les discussions du semestre, en particulier sur le triptyque numérique, numérisé et numériqué, qui était encore un peu rustique, sur les formes inédites de technodiscours rapporté par les boutons de partage en particulier, sur la notion d’identité numérique à partir de l’utilisation des pseudos. On y a commencé à dresser la liste d’un dictionnaire que je me propose de rédiger ici, comme trame terminologique et théorique du livre dont je n’ai pas encore déterminé la forme. Un dictionnaire, ou un essai et un dictionnaire, ou autre chose, je ne sais pas, c’est sans doute le travail lui-même qui me le dira. Pour le moment le livre, c’est ce carnet. En tout cas je sais qu’il sera numérique, fluide, disponible et partageable. Les articles seront publiés ici dans des billets commentables et augmentables. Les billets constituant selon nous, ici, sur Hypothèses, et ailleurs, comme l’a très tôt avancé Olivier Ertzscheid par exemple, des publications scientifiques, ils sont tous citables sous la forme normée que l’on trouve à la fin de celui-ci et sur cette page de la Boise State University. Mes contenus sont publiés sous la licence Creative Commons BY-NC-ND : donc ils peuvent être repris et bien sûr cités, mais sans oublier d’en mentionner la provenance et l’auteure s’il vous plaît, d’autant plus qu’il y a ici aussi le travail d’un groupe.

Pour le moment, je donne une première liste d’entrées ; vos suggestions de modification ou d’ajout sont les bienvenues. Les entrées sont de nature technodiscursive, c’est-à-dire qu’elles proposent la description et la définition de réalités langagières ou d’outils linguistiques rendant compte d’un composite entre langage et technologie : l’approche technodiscursive, que je développe dans le cadre de ma linguistique symétrique, ne considère pas le web ou l’internet comme un simple support des énoncés mais comme un environnement natif qui les configure profondément ; les mots et les discours n’y sont pas utilisés et produits abstraitement pour être ensuite « déposés » en ligne, mais y sont structurellement métissés de technologie, jusqu’à former parfois des technomots ou des technomorphèmes ; comme tous les discours, mais peut-être plus qu’ailleurs, les discours sont contextualisés et ne produisent du sens que dans leur environnement.

ANALYSE DU DISCOURS NUMÉRIQUE (ADN)

ANONYMAT (voir PSEUDONYMAT, HÉTÉRONYMAT)

AVATAR

APPLICATION, APP

ASSEMBLAGE

BIG DATA

BLOG (BLOGUE)

BLOGUER

BLOGUEUR, BLOGUEUSE

BOARD

BOOKMARKLET

BOUTON (DE PARTAGE)

CARNET (DE RECHERCHE)

CARNETIER, CARNETIÈRE

CLIQUER, CLICABLE

CODE, CODER

COMMENTAIRE

COMPOSITE

COMPTE

CONTEXTE

CULTURE NUMÉRIQUE

CULTURONOMICS

DÉLINÉARISATION

DATA, DONNÉES

DEMANDE D’AMITIÉ

DISCOURS NUMÉRIQUE

DOCUMENT

EBOOK

ÉCOSYSTÈME

ÉCRITURE NUMÉRIQUE

ENVIRONNEMENT

FACEBOOK

FLUIDE, FLUIDITÉ

HASHTAG (BALISE, MOT-CLIC)

HÉTÉROGÉNÉITÉ TECHNODISCURSIVE

HÉTÉRONYMAT

HYPERLIEN, LIEN

HYPERTEXTE

IDENTITÉ NUMÉRIQUE

IRL (IN REAL LIFE)

JOURNAL

JOURNALISME DE DONNÉES, DATA JOURNALISM

LIBRE

LIGNE (EN LIGNE, HORS LIGNE)

LINGUISTIQUE SYMÉTRIQUE

LIQUIDE (COLLOQUE LIQUIDE, LIQUID BOOK)

LISEUSE

MÉTADONNÉES

MILOGUE

NAVIGUER, NAVIGABLE

NATIF (DISCOURS, ÉCRITURE)

OPEN ACCESS, DATA

OUVERT (OPEN)

PAD

PARTAGE

PINTEREST

PROFIL

PSEUDO

PSEUDONYMAT

QUORA

READ WRITE BOOK

REBLOGUER

REDDIT

REDOCUMENTATION (REDOCUMENTARISATION)

RÉSEAU SOCIAL, RÉSEAU SOCIO-NUMÉRIQUE

RETWEET, RETWEETER

STATUT

STORIFY, STORIFYING

STORYTELLING

SYMÉTRIQUE (LINGUISTIQUE)

TABLETTE

TAG, TAGUER

TECHNÉCRITURE

TECHNODISCOURS, TECHNODISCURSIF

TECHNODISCOURS RAPPORTÉ

TECHNOGENRE (DE DISCOURS)

TECHNOLANGAGE, TECHNOLANGAGIER

TECHNOLOGIE DISCURSIVE

TECHNOMORPHÈME

TECHNOMOT

TECHNOTEXTE

TIMELINE

TRACE (NUMÉRIQUE)

TWEET, TWEETER

TWITTER

TWITTÉCRITURE

TWITTÉRATURE

TWITTOS, TWITTA, TWITTEUR, TWITTEUSE

UBIQUITÉ

VIE NUMÉRIQUE

VIRTUEL

VISUALISATION DE DONNÉES

WEB, WEB 1.0, WEB 2.0, WEB 3.0

WEB DE DONNÉES

WIDGET

***

Crédit : « Red Vector Graphics », Jens Schlau, 2008, galerie de l’auteur sur flickr, CC

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 27 décembre 2012, « Un Dictionnaire d’Analyse du Discours Numérique (DADN)« , Technologies discursives, [Carnet de recherche], http://technodiscours.hypotheses.org/?p=245, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 31/12/2012

    […] Et puis, ces derniers jours, Marc Jajah (@sobookonline) s’est mis à collectionner des milogues ; j’avais interprété milogue comme l’abrégé de mini-dialogue et finalement il m’explique qu’il s’agit de la traduction de halfalogue, qui avait fait l’objet en 2010 déjà d’un billet sur l’un de mes blogs de linguistes américains préférés. Alors c’est vrai que Marc Jajah a un peu modifié le sens de milogue, puisque pour lui cela désigne des bouts de paroles attrapées au vol en situation. Pour rendre compte du contexte, il invente un dispositif verbo-iconique, et ainsi naît, l’air de rien, un nouveau technogenre discursif. Va donc pour le milogue, que j’ai aussitôt intégré dans mon futur dictionnaire d’analyse du discours numérique. […]

  2. 11/02/2013

    […] j’essaie de le montrer dans le Dictionnaire d’analyse du discours numérique, les théories et analyses énonciatives disponibles dans le champ des linguistiques TDI doivent […]

  3. 13/05/2015

    […] d’Analyse du Discours Numérique (DADN)”, Technologies discursives, [Carnet de recherche], en ligne. PLANTIN Christian, 2011, « Analogie et métaphore argumentatives », A contrario 2/2011 (n° 16), […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *