Technologie discursive [Dictionnaire]

1. Définition

La technologie discursive est l’ensemble des processus de mise en discours de la langue dans un environnement technologique. C’est un dispositif au sein duquel la production langagière et discursive est intrinsèquement liée à des outils technologiques en ligne ou hors ligne (ordinateurs, téléphones, tablettes, logiciels, applications, sites, blogs, réseaux, plateformes…). La technologie discursive implique une nature composite des productions langagières.

2. Genèse de la notion

Dans un premier temps la technologie discursive (Paveau 2006, 4.2.2. « Les outils de la technologie discursive », Paveau 2012a) est proposée à la suite de celle de technologie cognitive pour rendre compte, dans la perspective d’une cognition externe, de la contribution d’instruments matériels à l’élaboration des prédiscours (cadres préalables à la construction des discours) :

[…] je parlerai d’outils de la technologie discursive (en abrégé : outils discursifs) pour désigner des instruments, matériels ou non, qui permettent de « travailler » et de « fabriquer » les prédiscours en vue de l’élaboration des discours. Il peut s’agir d’outils linguistiques (grammaires, dictionnaires, mémentos, listes, guides de conversation, essais puristes, etc.), d’écrits et inscriptions de toutes sortes (des étiquettes de bureau aux inscriptions des monuments aux morts, en passant par les emballages alimentaires, les cartons d’invitation et les graffitis), et de nombreux autres artefacts comme les blocs-notes, les listes, les carnets d’adresse, les agendas, les calendriers, etc. Il peut s’agir aussi, comme le signale B. Conein, de « données publiques, méthodes instrumentées, comme tous les artefacts permettant d’acquérir, de stocker, de visualiser une quantité d’informations qu’un seul individu ne peut traiter » (2005 : 176). – (Paveau 2006 : 132)

La notion rencontre également la technologie intellectuelle sous la forme des « techniques matérielles et intellectuelles du travail intellectuel » chez Bourdieu et Passeron, dans une note du chapitre 2 de La reproduction, intitulé « Tradition lettrée et conservation sociale », dans la section « Langage et rapport au langage » :

Rien d’étonnant si les étudiants que leur origine sociale prédispose à la désinvolture distinguée trahissent dans tant de leurs conduites le mépris aristocratique des besognes subalternes (reflet de l’opposition universitaire entre l’acte intellectuel parfaitement accompli et les démarches laborieuses du travail pédagogique), puisque l’institution scolaire relègue objectivement au dernier rang de sa hiérarchie l’inculcation méthodique des techniques matérielles et intellectuelles du travail intellectuel et du rapport technique à ces techniques (Bourdieu, Passeron 1970 : 153, note 21).

Ensuite, la notion est proposée dans le cadre de la linguistique symétrique (Paveau 2009, 2012b, 2013) et se situe par rapport à la notion de technologie intellectuelle mise en place dans les années 1970 dans un contexte différent de celui de Bourdieu & Passeron : apparu dans Bell 1973, le terme de technologie intellectuelle est diffusé le plus largement à partir de Goody 1977 et connaît une fortune importante en sciences de l’information et de la communication, et en particulier chez les chercheurs qui s’occupent de l’internet et des dispositifs numériques. On trouve également technologie relationnelle (à partir de la fin des années 2000 chez Stiegler et l’ensemble des chercheurs autour du groupe Ars industrialis), technologie du langage chez Véronis, technologie du sexe ou technosexe chez Preciado.

3. Références

  • Bell D., 1976 [1973], La société post-industrielle, trad. P. Andler, Paris, Robert Laffont.
  • Bourdieu P. et J.-C. Passeron, 1970, La reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Les Éditions de Minuit.
  • Conein B., 2005, Les sens sociaux. Trois essais de sociologie cognitive, Paris, Economica.
  • Goody J., 1979 [1977], La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, trad. J. Bazin, Paris, Minuit.
  • Paveau M.-A., 2006, Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.
  • Paveau M.-A. 2009 : « Mais où est donc le sens ? Pour une linguistique symétrique », conférence invitée au deuxième colloque international Res per nomen, Reims, 30-31 mai, in Actes prépubliés, 21-31.
  • Paveau M.-A. 2012a : « Ce que disent les objets. Sens, affordance, cognition », dans Quelle place pour les objets dans les sciences du langage et sciences de la communication ? , dossier dans Synergies Pays Riverains de la Baltique 9, 53-65.
  • Paveau M.-A. 2012 : « Réalité et discursivité. D’autres dimensions pour la théorie du discours », Semen 34, 95-115.
  • Paveau M.-A. 2013 (à par.) : « Genre de discours et technologie discursive. Tweet, twittécriture et twittérature », Pratiques, dossier « Modèles et théories du genre en confrontation ».
  • Preciado B., 2000, Manifeste contra-sexuel, trad. M.-H. Bourcier, Paris, Balland.
  • Véronis J., Technologies du langage [blog], http://blog.veronis.fr/, consulté le 21 janvier 2012.

Voir Technodiscours, Technomot, Technolangage, Technolangagier, Technomorphème

NB : les mots en gras seront définis dans le dictionnaire

Crédit : « From Typophile T Battle 27, Joe Pemberton2008, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 21 janvier 2013, “Technologie discursive“, Technologies discursives [Carnet de recherche], http://technodiscours.hypotheses.org/?p=277, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. SoBookOnline dit :

    Merci Marie-Anne pour le travail des concepts ! C’est très précieux et rassurant pour un doctorant.

    La « technologie discursive », telle que je la comprends donc, c’est la langue travaillée par l’espace technique dans lequel elle s’exerce. Elle est, d’une certaine façon, ajustée, déplacée, découpée selon ses propres normes. Mais elle est aussi irriguée par une énergie (le « composite » : alliages, greffes, synthèses) qui la transforme en « technologie » (au sens grec : ruse, machination, efforts par lesquels un homme se tire de sa simple condition d’homme). Langue sécrétée autant qu’elle sécrète, d’une certaine façon.

    Juste une question : est-ce que la « technologie discursive » comprend aussi l’ensemble des discours produits par les concepteurs de ces « outils » ? Je veux dire : quel est le périmètre d’action (spatial et temporel) de ce beau concept ? S’agit-il de voir quelles formes la langue prend, une fois qu’un ensemble de « personnes » s’emparent des « outils » cités (pardon pour les guillemets de précaution, mais je crains parfois de mal utiliser tous ces termes) ou de mesurer aussi la manière dont certains discours (ceux des concepteurs) accompagnent l’utilisation et les processus de transformation de la langue ?

    Marc

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de ton commentaire marc
      alors non, la TD ce n’est pas « la langue travaillée… », mais le dispositif au sein duquel la langue est travaillée… etc. Et je ne dirais pas qu’elle est irriguée par le composite, elle EST composite. En fait, dans ton commentaire, d’après ce que je comprends, tu pars de la langue au sens dominant actuellement, le sens saussurien, c’est-à-dire la langue faite avec du langage seulement. J’ai abandonné cette conception en commençant à travailler sur les discours natifs en ligne car elle bloque les analyses – si les formes de langage ont changé, alors à mon avis il faut modifier les théories, même les plus fondatrices et les plus respectées : la langue pour moi est « naturellement » composite en ligne, elle est « naturellement » constituée d’elle-même et d’autre chose qu’elle-même.
      Et ta 2e question : la technologie discursive est donc le dispositif, et les produits de ce dispositifs, je les appelle des technodiscours ou technomots, ou technomorphèmes selon les éléments considérés.

  1. 24/01/2013

    […] La technologie discursive est l’ensemble des processus de mise en discours de la langue dans un environnement technologique. C’est un dispositif au sein duquel la production langagière et discursive est intrinsèquement liée à des outils technologiques en ligne ou hors ligne (ordinateurs, téléphones, tablettes, logiciels, applications, sites, blogs, réseaux, plateformes…). La technologie discursive implique une nature composite des productions langagières.  […]

  2. 05/02/2013

    […] écriture numérique fdecomite, Perfect Coloring of K^2ConversationsMarie-Anne Paveau dans Technologie discursiveTechnologie discursive | Technologies discursives | L'ANALYSE DES LOGIQUES SUBJECTIVES (A.L.S.) | […]

  3. 06/05/2013

    […] du discours », Semen 34, 95-115 (en ligne sur HAL). – 2013a : 21 janvier 2013, entrée “Technologie discursive“, Dictionnaire d’analyse du discours numérique, Technologies discursives [Carnet de […]

  4. 01/09/2016

    […] 2016. « Technologie discursive [Dictionnaire] ». Billet. http://technodiscours.hypotheses.org/277. Publié le 22 janvier 2013, mis à jour le 13 juillet 2015. Consulté le 29 août […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *