La photographie déictique en ligne [5/7]. Des trains, des voitures et des avions

Après les pieds, les verres et les textes, les voyages. Sur les réseaux, les internautes postent des photos de leurs voyages (ou plutôt d’elleux en train de voyager), qu’il s’agisse de grandes traversées ou de petits déplacements. Que la deixis y soit directe ou indirecte, il y a toujours une trace du sujet qui constitue la photo en énoncé, qu’elle soit ou non articulée avec un énoncé textuel. Je voyage, j’ai voyagé, je vais voyager, le repère est toujours ego, hic et nunc, repère présent dans le cliché. Petite exploration de l’iconisation du discours de voyage sur le réseau Instagram (sauf une exception sur Twitter).

“Je suis dans le train”

… et je dis le micro-univers que constitue ma place, c’est-à-dire, techniquement, ma deixis même, mon je, ici et maintenant (que je compose parfois avec un book selfie et une citation) :

… et je dis les paysages que je vois filer à partir de ce point en mouvement, la photo matérialisant des sentiments (ici admiration et mélancolie) :

… mouvement matérialisé par le flou ou le cadrage ou les reflets dans la photographie :

“Je suis en voiture”

… et je dis que je conduis, je matérialise le geste même de conduire via le stéréotype (Instarepeat dixit) de la main sur le volant (avec variantes de genre : main virile et grosse montre vs ongles vernis et minijupe…) :

… et je dis qui est avec moi à la place du.de la passagère ou sur le siège arrière, stéréotype, nous dit Instarepeat :

La photo déictique est parfois une séquence de récit, le chien ci-dessus venant d’être adopté, ou le déploiement photosémantique d’une catégorisation de soi (“awsome cool dad”).

… et, passager.e, je dis qui conduit :

… ou je compose car selfie et selfeet, car selfie et drink selfie, ou même, car selfie, selfeet et book selfie (pour cette dernière photo, variante, car les pieds ne sont pas ceux du sujet photographiant…) :

… ou encore, de manière improbable et sans doute ludique (enfin, on l’espère pour le.a conducteur.trice et la voiture) car selfie, selfie et book selfie, composition qui relève de l’exploit photodéictique, comme le souligne un commentaire (“difficile de mieux faire”) :

et l’on trouve d’autres genres bien installés de photodiscours (selon la proposition de Ghliss 2019), comme le “rétroselfie” par exemple :

“Je suis dans l’avion”

… et, juste avant de partir, je produit une photo de texte en montrant mon billet (à mes risques et périls, comme le dit d’ailleurs un commentateur) ou l’écran de départ de l’aéroport :

… et, au décollage ou en vol ou à l’atterrissage, je prends la fameuse aile d’avion, en faisant parfois une remarque métaphotodiscursive qui souligne le stéréotype avec humour (“la fameuse aile d’avion”), “j’oubliais…”), avec ou sans le cadre-dans-le-cadre du hublot :

Le voyage, c’est un temps socialement libre, un temps où on a le temps… de dire qu’on a le temps, ce qui constitue une nouvelle activité sociale. La photo déictique apparaît alors comme une socialisation du temps libre. En même temps, elle scande le déplacement, qui, même s’il a perdu son exceptionnalité, reste une des grandes étapes de la vie, le déplacement étant toujours un événement, petit ou grand. En tout cas un événement valorisant digne d’être rapporté, converti en énoncé photodiscursif et relevant de l’extimité en ligne. On pourrait se demander pourquoi l’extimité, qui semble plutôt individuelle et personnelle, de formule en photodiscours stéréotypés, déjà vus, qu’on pourrait qualifier de banals. Comme les stéréotypes discursifs langagiers, ils doivent leur succès à leur potentiel de reconnaissance : j’aime et je like ce que je reconnais, ce que je peux faire mien, ce dans quoi je peux me projeter. Comme les stéréotypes langagiers, les photodiscours des RSN sont des cartes du monde, des manières de s’y retrouver, et de s’y plaire. Pour toutes ces raisons, la photo déictique de voyage est peut-être l’une des plus rémunératrices en termes de valorisation sociale sur les RSN.

Référence

Ghliss Yosra, 2019 « Les photo-discours WhatsApp : éléments d’analyse d’une affordance d’une application mobile », Corela [En ligne], HS-28, http://journals.openedition.org/corela/8480

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, "La photographie déictique en ligne [5/7]. Des trains, des voitures et des avions," in Technologies discursives, 26/08/2019, https://technodiscours.hypotheses.org/309.

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.