[Dictionnaire] Pseudonymat

3960167966_24e4f37d38_z1. Définition

Le pseudonymat, pratique aussi ancienne que le port d’un nom, est le choix par un individu d’un autre nom que le sien, quasiment toujours choisi, pour des raisons variées qui ont toutes en commun de masquer son identité officielle. Sur internet, la pratique du pseudonyme (pseudo, dans les usages courants en ligne) est constitutive d’une culture de l’anonymat contemporaine de la démocratisation des usages au début des années 1990, comme le montre le légendaire cartoon « On the Internet, nobody knows you’re a dog », publié en 1993 dans The New Yorker. L’anonymat (le fait de ne pas signaler de nom) n’existe pas en tant que tel sur internet puisque toute connexion requiert une identification ; le pseudonyme, comme l’adresse IP, ou le nom officiel, constitue par conséquent un identifiant possible. L’anonymat sur internet est donc une notion générale qui correspond à la possibilité de masquer son identité officielle, et non d’utiliser les services sans identification. Le pseudonyme relève de l’identité numérique et assure deux fonctions importantes de la sociabilité en contexte numérique : l’identité et l’identification.

Les analyses qui suivent sont faites à partir de la situation française et francophone.

2. Description technolinguistique

2.1 Traits graphiques et morphologiques

Contraintes techniques

Dès 2001 Jacques Anis mentionne les contraintes techniques pesant sur les choix graphiques des pseudonymes, et au premier chef la contrainte de l’homographie sur une même plateforme ou un même serveur (adjonction de tirets bas (_), de nombres, etc.) : techniquement, deux pseudos ne peuvent être graphiquement identiques. Cela veut dire qu’un pseudo est unique, représentant finalement bien plus spécifiquement son porteur que son état-civil, ce qui réduit paradoxalement l’anonymat : il est plus anonyme de porter un nom très fréquent (Isabelle Dupont ou Pierre Durand) qu’un pseudo qui identifie à coup sûr un seul porteur.

Description morphographique

Le pseudo relève, sur le plan de la catégorisation linguistique, du nom propre, défini généralement par la singularité et la circularité de sa référence (un nom propre désigne l’individu porteur de ce nom). Ses caractéristiques graphomorphologiques l’éloignent cependant des patrons habituels des noms propres, et même des noms tout court, et plus encore des mots eux-mêmes, ce qui en fait un lexème inédit, lieu d’importants métissages graphiques, morphologiques et même syntaxiques, parfois interlinguistiques. Les traits graphomorphologiques des pseudos sont inscrits dans l’histoire de la graphie en ligne, des premiers échanges du web 1.0 au web relationnel qui domine actuellement, et doivent par conséquent aux pratiques graphiques et néographiques sur les réseaux IRC, au langage et à l’art ASCII, au langage SMS (Fairon et al. 2006). On peut en esquisser une typologie construite à partir des modes d’élaboration linguistique. Les exemples qui suivent sont tirés des corpus de forums de discussion de Cislaru 2009 et Martin 2006 et 2012, du corpus Facebook d’Émerit 2014, de relevés dans les comptes Twitter (noms de compte et d’utilisateur) et Facebook de l’auteure, ainsi que de minicorpus produits par générateurs par l’auteure. La distinction n’est pas faite entre pseudos de forums, noms d’utilisateur et noms de compte sur les RSN ou ailleurs, malgré les différences temporelles, l’hypothèse étant que la pratique contemporaine du pseudo quel qu’il soit hérite des pratiques situées des contextes et époques antérieures : la mémoire technodiscursive de la création de pseudos sur internet sédimente des couches temporelles de pratiques, de l’internet des forums au web des réseaux.

Typologie morphographique des pseudonymes numériques

– Déclinaisons du modèle de l’État-civil

  • [prénom] : Raytarra, Gaeeya, Ellar, Glaehild, Tenavia, Maenavia, Laneth, Relen, Gaena, Erinmay (liste générée par http://www.generateur-pseudo.com le 29.07.2015, dans la catégorie « Pseudo de femme »)
  • [nom ou surnom célèbre, tel quel ou modifié] : Peau d’âne, evita, Gavroche, Darth Manu
  • [prénom + nom] avec modification typographiques, ludiques, etc. : Etienne Platon, Lily Hook, Warboy Aaron, Mariemot Translation, silenus oïde, Pipit Farlouz, Clairon Patator, Alexandre Desdéesses, @alex__terieur (nom d’utilisateur du précédent sur Twitter), Fausse sceptique, Ian Nonyme, @mariedarksigny (pour Marie Darsigny)
  • [prénom + nom + surnom], avec éventuellement jeux de mots : Féedérique Delaire, New joRk Labeyrie Du Caisson, Fab le Blanc, Anne-Saucisse Merguez Bibie
  • [prénom + nom + titre de civilité] : Mr Ge Odhinnson, Moizelle Jeanne, Misterstruggle Guillaume, Marion Landais Pinklady
  • [prénom + abréviation du nom], plus rarement [prénom abrégé + nom] : Christophe Mts, Emmanuelle Wdf, Guillaume Frgt, Zoolie Mc Rhd, Eva Cla, Roxana V, Reda Bnd, Arnaud LM, @romain_thmz, Claudia M. W., Etienne Cdl, @GbrlGirard

– Noms communs avec sens lexical (essentiellement noms et adjectifs)

  • mots existants : CaféMoka, douxcharmant, jolie fleur_sz, tigresse, AERIENNE
  • néographies (graphies alternatives pour des mots existants) : canharie, doucefleure, Màrÿem, @modimaginaire, Faraaaat, un Chri dans la nuit, La Faërie des mots, Politeak, Filles Deve, apokrif
  • Mots construits sur le principe de la phonétisation (syllabogrammes) : T.Citron, alaise cCil, K par K, @_omr

– Pseudomots

  • générés automatiquement (dénué de sens lexical enregistré) : géovoquette, celnaret, prétorson, nipercou, asdin, promartier, idéobos, duofrudelle, rongie, pibladur (liste générée par le « motbot » d’Omer Pesquer, http://www.omerpesquer.info/motbot/)
  • issus de constructions du type mot-valise : Oxyhre (dedans Oxy de Oxygène, Hre de heure, Heure d’Oxygène) (Cislaru 2009 : § 31), @Blan_dinde, @fabstrakt, pétrolleuse, arstuce, VulVcania, ⚧ᛉChrysⒶliceᛉ
  • construits avec un signal sémantique : babarlinux, Spread Firefox 2, Cocoubuntu, antix, Niconix (pseudos sur des forums d’informatique, reprenant partiellement le nom d’un logiciel)

– Composites de caractères alphabétiques et non alphabétiques

  • caractères alphabétiques et nombres : kooky64, sol94, maba12323, PetiteFleur12, salssa30, lépidoptère666, Hell Mozer11, Anso Strange12
  • caractères alphabétiques et signes typographiques (en particulier tiret bas et crochets) : malmo[FR], [M-W_2], hotman10_sz, so_free, m_arbogast
  • caractères alphabétiques et caractères ASCII ou symboles : LaéRhatépay¯\_(ツ)_/¯, JΞRΞMIΞ |-|/\L/\iS, ★ mc ★, ⚧ᛉChrysⒶliceᛉ
  • logoïsation (Jacques Anis propose ce terme en 2001 pour décrire les utilisations alphabétiques de caractères non alphabétiques) : p@trik, @mstramgram (le @ remplace le a), ⒶL3X (le 3 remplace le E), x sis (la barre verticale remplace le i), @l3ibi (berre verticle + 3 = lettre B), Yann ʕʘʟ_ʘʔ (solo est écrit en caractères ASCII)
  • initiales et squelettes consonnantiques : stfk, MV, ksz, opbls, @fksc_, ntch, FRD
  • caractères isolés : #, s, G, , ., R,

– Groupes, phrases, segments longs

  • groupes nominaux : questiondechimie, mon mal de vivre (et sous une autre forme : mal 2 vivre), The-heart-of-a-girl-broken, tomatesdelatreille, l’étoile de la délivrance, Attachiante de première, Patriote_De_France, Les Yeux noirs, un Chri dans la nuit
  • phrases : help-me-please99, Hubert boursicote…, muffin 2 sait, Petillons! (nom du compte) @etBuvons (nom d’utilisateur du précédent), AdopteUneJournaliste, un enfant m a dit, Je Cherche

– Composites interlangues : lekingdu16, The_Virtuose, le howaway, ana verissimo Coyote Fluffyiosa muffin 2 sait

Il semble donc que les locuteurs internautes disposent d’une grande liberté dans leurs choix d’auto-nomination pseudonyme, contrairement aux patronymes officiels contraints par l’hérédité et au choix des prénoms contrôlés par l’État-civil. Mais la multiplicité en ligne des guides pour trouver un bon pseudo (notée par Cislaru 2009) et la multitude des générateurs automatiques (celui du linguiste Jean Véronis par exemple repose sur la méthode de l’anagramme) montre aussi qu’il existe des contraintes, des règles et un savoir faire. La majeure partie des guides ou listes de conseils en ligne expliquent que le pseudo doit (les exemples sont tirés de Admin Smoosee 2015) :

– donner des informations (Messi 78 « peut vouloir dire que la personne est fan de football, habite le 78 et est potentiellement un garçon ») ou au contraire ne pas en donner pour préserver la « vie privée », sur les sites de rencontre en particulier ;

– être facilement mémorisable (pas plus de quatre syllabes, pas d’accents, un nom suffisamment connu pour parler à tout le monde) ;

– faciliter la reconnaissance ou la connaissance. « L’intérêt d’un bon pseudo est d’être reconnaissable immédiatement auprès de ceux qui nous connaissent ou alors de donner envie de connaître », peut-on lire sur Smoosee : on comprend que contrairement à une image courante, un pseudo en ligne a plus pour fonction de connaître que de cacher, de permettre l’échange et la rencontre que de dissimuler l’identité.

Le web étant un lieu éminemment ironique, on trouve également de nombreux guides parodiques destinés à produire les pires pseudos possible : dans « Quelques conseils pour se faire un bon pseudonyme bien pourri » sur le site Niou Taiknologie, on trouve une liste intéressante d’anti-pseudos qui pointent en négatif les traits du « bon » pseudo, dont certains traits morphographiques mentionnés plus haut : la banalité (Naruto), l’autocentrage (jekiflecurling), le moindre effort (choisir son prénom), la « technique de la peur » (le_monstre_sous_le_lit), le « pseudo pour filles » (Mon yaourt 0% à la canelle), le l33t (équivalent de la logoïsation d’Anis : “gr0ss3c0ch0nn3”), l’usage des capitales ou des polices de caractère originales, l’ajout du numéro de département ou autre (« legolas_du_63 », “SataniqueAragoua666”), la « fresque » ASCII (« O[pseudo]O° »), le « suffixe de progamer (“LeetRoxorZX”).

L’élaboration du pseudo constitue une véritable pratique technolangagière relevant de la culture numérique.

2.2 Traits énonciatifs et sémantiques

Une autonomination

Tous les travaux qui abordent le pseudonyme insistent sur sa dimension d’autonomination : le pseudo est un nom choisi par son porteur, au contraire des autres noms que les individus portent dans l’existence (nom, prénom, surnom ou sobriquet, diminutif), et en particulier le nom d’état-civil : « C’est le “je” qui se nomme et non l’autre qui nomme le “je” », signale Marcienne Martin (2012 : 57). En fait, il existe quelques exceptions à cette autonomination, certains noms de scène (acteurs, chanteurs), ou certains pseudos liés à des services de sécurité (fausses identités, noms de guerre) étant donnés au porteur et non choisis par lui. Mais cette caractéristique est pertinente en ligne et il y a là un trait sémantico-énonciatif fort, la désignation de soi comme sujet social et sujet parlant étant cruciale dans la communication.

Des origines dans la sphère privée

Les conclusions des travaux de Marcienne Martin (2006, 2012) montrent sans ambiguïté que, sur le plan sémantique, le choix du pseudonyme se fait majoritairement à partir de l’expérience privée des internautes : tout en masquant une identité d’état-civil en œuvre dans la vie sociale hors ligne, le pseudonyme est le lieu d’une riche élaboration sémantique de soi en ligne. L’étude de ses corpus montre en effet que la proportion de pseudos issus de la sphère privée est toujours supérieure à celle des pseudos cryptés (cryptonymes), avec des pourcentages élevés dans les corpus relatifs à la presse en ligne (bloc-note du Monde et commentaires du Point).

Capture 2015-08-06 à 15.05.18

Martin 2012 : 186-187

C’est aussi le constat fait par François Perea dans son étude de la représentation de soi dans l’espace numérique, qui mentionne des discussions en ligne sur l’élucidation des pseudos, se révélant presque toujours liés à la vie privée des internautes : « S’il est vrai qu’ils permettent de masquer l’identité civile sur le net, conclut-il, ils n’en constituent pas moins un lieu d’identification fort » (Perea 2010).

Contrairement à la version pessimiste insistant sur les méfaits de la clandestinité, l’étude du sémantisme des pseudos montre plutôt leur fonction communicationnelle voire socialisante, les sujets déployant leurs identités plus qu’ils ne les dissimulent. L’aspect « faux » ou « fictif » du pseudo est donc à relativiser en ligne, où les binarismes logiques n’ont guère de pertinence ; on peut soutenir que le pseudo est, d’une certaine façon, un nom véritable.

Le pseudo dans le dispositif énonciatif

Mais dans le sens commun, y compris celui des chercheurs en linguistique, le pseudonyme reste encore un « masque » énonciatif qui rend problématique la question de l’origine des paroles. Malika Temmar, à partir de l’étude du blog de Pierre Assouline, mentionne par exemple « l’effacement de la source énonciative, ou pour être plus précis, le masque de cette source par le pseudonyme » et se demande « quel statut accorder à des propos qui sont assumés par des internautes masqués ? » (2012 : 69). Elle semble ainsi signaler un dysfonctionnement dans l’énonciation, et précisément dans l’identification de la source du propos, qualifiant les locuteurs sous pseudos d’« énonciateurs fictifs ». Elle mentionne en effet un problème concernant « l’éthique de l’échange dans les blogs » dû à la formulation de « propos non rattachables à leur énonciation source réelle » (2012 : 79), signale une « déresponsabilisation », et se demande pour finir si « tout est permis » sur les blogs (2012 : 80).

Ce type d’analyse, menée à partir de l’observation d’un blog unique, selon une méthode proche de celle des discours imprimés (on ne trouve pas d’informations relatives à l’écosystème numérique, à la conversationnalité du web social ou à la notion d’identité ou de présence numérique) semble déconnectée de la littéracie numérique, au sein de laquelle le pseudo apparaît plutôt comme une identité énonciative pleine et non problématique. La question de l’identification de la source « réelle » témoigne d’un dualisme digital qui semble plus relever du droit que l’analyse linguistique en contexte numérique, et la qualification du pseudonymat en effacement énonciatif décrit mal les dispositifs technénonciatifs.

Le pseudo possède en effet des traits énonciatifs qui le distinguent clairement de l’absence de nom, qui confirme bien la distinction à faire entre anonymat et pseudonymat et qui montre de surcroît que, sur le plan énonciatif, la communication conserve ses traits structurels, qu’il existe bien un sujet parlant et des interactions authentiques. Le pseudo permet tout à fait la signature énonciative : on peut savoir que différents messages, sur un forum ou un réseau social par exemple, sont d’un même auteur, ce qui n’est pas possible dans le cas de l’anonymat ; il est également possible de dialoguer avec un pseudo, sous toutes les formes possibles proposées par l’écriture numérique, comme le montre bien le genre du commentaire en ligne. Si le pseudo modifie le fonctionnement de l’auctorialité, il ne le supprime pas : en ligne, l’internaute possède une identité numérique feuilletée, ses différents soi pouvant se déployer dans différents écosystèmes. Ces identités multiples ne sont pas de l’ordre de la fiction, mais d’une construction de soi en ligne ; il arrive d’ailleurs que le soi numérique passe dans le hors-ligne et que le pseudo se substitue au prénom et/ou au nom patronymique. C’est ce qu’explique une journaliste dans une interview pour L’Obs :

Pipomantis, journaliste jeux vidéo.

« Mon pseudonyme a maintenant une bonne douzaine d’années. Je l’ai créé pour ma première adresse mail. Ce n’est pas vraiment moi qui l’ai choisi puisque la première partie (Pipo) me vient d’amis qui me trouvaient une ressemblance avec un personnage dans le manga ‘One Piece’. J’ai ajouté le reste en m’inspirant de Psycho Mantis, une figure du jeu vidéo ‘Metal Gear Solid’.

Mon pseudo a commencé dans la vraie vie, du coup, je ne suis pas vraiment gêné que les gens l’utilisent IRL [In Real Life, dans la vraie vie, NDLR], il fait partie de moi, c’est autant un pseudonyme qu’un surnom. De fait, il n’y a personne qui ne le sache pas. De mon patron (qui m’appelle par mon pseudo) à ma mère, tout le monde le connaît. Pas question d’en changer.

J’utilise mon pseudo un peu partout sur le net, autant sur les sites et réseaux sociaux que quand je signe des articles en tant que journaliste spécialisé dans les jeux vidéo » (Schmitt 2013).

En outre, le pseudo possède une certaine pérennité, comme a pu le constater Marcienne Martin : un peu plus de la moitié de ses enquêtés a conservé son pseudo. La modification étant bien sûr possible et même facile en en ligne, on peut en conclure que cette conservation est liée aux traits biographiques du pseudo, porteur d’une identité ressentie comme véritable (Paveau 2015).

On est donc loin, énonciativement, du simple « masque », dont la dénonciation constitue plutôt les fondements d’un discours politique sur l’identité en ligne en particulier et les univers numériques en général. Le pseudonyme et les élaborations discursives, narratives et identitaires qu’il permet sur le web, constituent une augmentation dénominative et énonciative de soi. C’est un nom fluide, qui se coule dans les formes de divers univers et qui se multiplie à loisir. Mon pseudonyme, c’est moi et un autre moi en même temps ; c’est le moi que je dis et vois, tout autant que celui que les autres voient et disent. En ce sens c’est une forme d’autre vrai nom : autrement dit, un hétéronyme. Le pseudonyme entre dans une pratique sociale finalement assez ordinaire d’identités multiples (Pierre 2011).

3. Éthique et politique du discours

3.1 Les deux valeurs du pseudonyme

Comme toute production de discours, le pseudonyme reçoit un certain nombre de connotations, parfois axiologiques. Deux grandes valeurs sont attachées à son usage, une valeur négative liée au mensonge, à la facticité, voire l’artificialité ; une valeur positive liée à la philosophie du partage sur internet, à la facilitation de la libre expression et aux possibilités d’existence du soi numérique.

Nature suspecte du pseudonyme

Il existe un important métadiscours qui dévalorise le pseudonyme, à partir de l’idée d’une transgression des normes sociales légales de l’identité officielle : « Si la nomination du sujet social est corrélée à la reconnaissance et à la légalisation du même par l’autre dans un groupe donné, précise Marcienne Martin, il existe un type de nomination qui déroge à cet usage : il s’agit des classes d’anthroponymes qui réfèrent à une identité oblitérée, à savoir les pseudonymes, les cryptonymes et les hétéronymes, entre autres désignatifs » (2006 : 18). On pourrait donner mille exemples de la critique voire de la condamnation du pseudonyme sur internet, dans les discours profanes, mais il en existe aussi chez les chercheurs. Dans « Note introductive aux identités numériques », article qui figure dans un numéro de la revue Cités intitulé « Internet et la société de contrôle : le piège ? » (2009), Paul Mathias écrit :

Notre existence traverse instantanément des espaces culturels immenses et coexiste en ses différents états en des lieux informationnels implicites, transparents, méconnus de nous et de beaucoup, des autorités elles-mêmes dont nous dépendons. D’où l’importance, dans ces contextes – et en l’occurrence toute notre existence numérique est une existence contextuelle – non seulement de l’identité et du nom, mais de l’identité et de l’anonymat, de l’identité et du pseudonymat. Il faut pouvoir se cacher, il faut pouvoir se dissimuler. De quoi se protéger ? Précisément de ce qu’on ne sait pas de quoi l’on devrait se protéger ! Où le mensonge, où la dissimulation, où la comédie deviennent les instruments les plus efficaces non de l’illicéité ou du crime, mais bien de « la jouissance paisible de l’indépendance privée » (Mathias 2009 : 65-66).

Malgré les précautions oratoires de l’auteur, le lexique moral de la dissimulation et du mensonge signale une conception normative du pseudonymat, considéré comme une pratique transgressive.

Fonctions protectrices et habilitantes du pseudonyme

Une autre manière d’envisager le pseudonymat, plus valorisante, est celle qui en fait un outil de protection des données et des acteurs faibles, et qui inscrit son fonctionnement dans une culture et spécifiquement dans une littéracie numérique.

Le pseudonyme peut participer d’une stratégie de protection de la vie privée en permettant une « division des identités » : le nom d’état-civil est par exemple réservé aux lieux numériques privés et les pseudonymes aux espaces publics et commerciaux (Rallet et Rochelandet 2009). L’efficacité de cette stratégie est étroitement dépendante des contextes et peut s’avérer contre-productive dans d’autres conditions : bloguer sous pseudo constitue plutôt un danger dans des pays à fort contrôle sécuritaire où les restrictions de liberté sont importantes (Jansen & Biddle 2015). Cette conception valorisée du pseudo a amené l’ouverture de serveurs d’anonymat, qui se chargent d’anonymiser, au sens propre du terme (absence d’information sur l’identité) ou par le biais du pseudonymat, les messages envoyés par les locuteurs internautes. Elle justifie aussi une pratique technodiscursive issue des développeurs de certains forums, comme Slashdot ou Techdirt, qui affublent l’internaute ne signant pas ses posts d’un « anonymous coward » destiné à encourager la pratique du pseudonyme.

3.2 Les nymwars

Cette double représentation du pseudonyme en ligne fonde les argumentations qui se déploient à l’occasion de ce que l’on a appelé les nymwars (dont on trouvera une riche chronologie sur le site NYMWARS issu de Télécom ParisTech). Les nymwars, ou guerres du nom, opposent les partisans de la politique du « vrai nom » (real name) aux défenseurs du pseudonymat. Elle se déclenchent en 2011, au moment où le réseau Google+ réclame les « real names » de ses membres et menace de fermer les comptes sous pseudo. Quelques mois auparavant, en juin 2010 en France, le sénateur français Jean-Louis Masson avait déposé un projet de loi pour lever l’anonymat des blogueurs (demande réitérée en 2013). En fait les nymwars sont assez anciennes puisqu’un premier essai de suppression des comptes sous pseudo avait été tenté par le réseau Friensdster en 2003. Après la menace de Google+ finalement écartée en 2011, la nouvelle politique de Facebook commence à s’installer à l’automne 2014, provoquant de nouveaux débats (Facebook avait déjà fait une première tentative en 2007).

3.3 L’argumentation dans les nymwars

Les arguments avancés tant pour contester cette proposition que la position de Google + mêlent étroitement considérations politiques, sociales, technologiques et discursives ou argumentatives.

Arguments pour le pseudonymat

– Le pseudonymat appartient à une culture du nom en ligne. C’est ce qu’explique danah boyd :

La culture de l’utilisation de son « vrai nom » sur Facebook ne s’est pas répandue à cause des conditions d’utilisation. Elle s’est développée parce que les normes ont été fixées par les premiers utilisateurs du service, que les gens l’ont vu et s’y sont adaptés. De même, la culture des pseudonymes s’est développée parce que les gens ont vu que c’est ce que faisaient les autres et ont reproduit cette norme. Lorsque les dynamiques sociales sont autorisées à se développer de façon organique, les normes sociales ont un pouvoir de régulation plus puissant que n’importe quelles règles d’utilisation formalisées (boyd 2011).

– Le pseudonymat est une nécessité démocratique. C’est par exemple la position de Maître Eolas :

Une démocratie digne de ce nom non seulement tolère l’anonymat, mais le protège. Nous pouvons sortir de chez nous sans avoir à justifier de notre identité à qui que ce soit. Les seuls moments où nous avons à le faire est quand un contrat (que nous avons librement contracté) ou la  loi nous l’impose (contrôle d’identité, qui sont encadrés par la loi, art. 78-2 du code de procédure pénale). La plupart de nos interactions se limitent à un “monsieur”, “madame”, ou “maître”, et personne ne songe à s’en plaindre (Maître Eolas 2010).

– Le pseudonymat protège les individus menacés et opprimés, qu’il s’agisse de militants des libertés, de personnes marginalisées pour des raisons d’identité de genre ou de sexualité, ou encore de survivants d’abus (« survivors of abuse »). La journaliste et blogueuse Violet Blue mentionne en particulier les personnes LGBT et survivantes de violences :

Facebook’s ongoing war on pseudonyms became well-documented in 2011 when a blogger risking her life to report on crime in Honduras was suspended by the company, under its rule requiring everyone to use their real name on the social network. The problem re-emerged in September 2014 when Facebook’s policy locked an eye-opening number of LGBT accounts in violation of the « real names » rule. Facebook met with Bay Area LGBT community representatives, offered an apology, then suggested a policy change was in the works. Surprise: It never came. […] NNEDV’s [National Network To End Domestic Violence] own Survivor Privacy Guide instructs survivors of abuse to never use their real names on social media accounts. « Survivors can maximize their privacy by using being careful about what they share, strategic in creating accounts (not using your real name in your email or username) and using privacy settings in social networks. » (Blue 2015).

Dans la même perspective, dana boyd développe en 2011 des arguments politiques : dans un billet célèbre, « Google+, la dictature des vrais noms », traduit en français sur Owni (boyd 2011), elle explique que le pseudonyme constitue une autorisation à la parole pour des locuteurs qui en seraient privés ou empêchés, et en même temps une protection par rapport à cette parole. En termes plus linguistiques, on pourrait dire que le pseudonyme permet une entrée dans la discursivité, et constitue même une condition de possibilité du discours : « Vous ne garantissez pas la sécurité en empêchant les gens d’utiliser des pseudonymes, vous sapez leur sécurité », déclare-t-elle à la fin de son billet.

Arguments contre le pseudonymat

– La politique du vrai nom garantit la sécurité, en particulier en ce qui concerne le harcèlement sous toutes ses formes. C’est la ligne immuable des RSN, et en particulier de Facebook :

Facebook maintains that its « real names » (aka « authentic names ») policy is essential for user safety. It believes its « authentic names » policy protects users from abuse on the social network, « like when an abusive ex-boyfriend impersonates a friend to harass his ex-girlfriend » because « no one can hide behind an anonymous name to bully, taunt or say insensitive or inappropriate things. » But rumblings about Facebook’s real motivations — to prioritize the financial value of its database are the inevitable chorus it receives in the media; Facebook’s stock tanked in 2012 when it revealed 8.7 percent of its accounts to be fake (Violet 2015).

– Le pseudonymat favorise la diffamation, le mensonge, la médisance. C’est un des arguments développés par Jean-Louis Masson dans sa proposition de loi, proposant de « mieux protéger les éventuelles victimes de propos inexacts, mensongers ou diffamations qui sont, hélas, de plus en plus souvent colportés sur la toile » (Exposé des motifs).

– Le pseudonymat empêche ou rend difficiles les poursuites. La levée du pseudonymat (Jean-Louis Masson parle d’anonymat) permettrait l’identification nécessaire aux poursuites pénales et civiles, en appliquant aux blogueurs, à statut d’éditers non professionnels, la même législation qu’aux éditeurs professionnels de contenus.

– Le « vrai nom » est en train de devenir le nouveau pseudonyme. C’est un argument qui s’éloigne du débat des nymwars, mais qui reflète un discours émergent. C’est la position de l’un des enquêtés d’Amandine Schmitt, qui estime que la « division des identités » s’opère également en ligne sous son vrai nom : « Le Sylvain Paley de la vraie vie est plus timide, ne parle pas aussi bien qu’il écrit, ne répond pas avec autant d’impertinence quand il a la personne en face. Mais tout le monde profite de ça, c’est ce qui fait d’internet un endroit formidable ! » (Schmitt 2013).

Références

  • Admin Smosee, 25 mai 2015, « Comment trouver un pseudo facilement ? Nos conseils », Smosee [site], http://www.smoosee.com/fr/articles/psychologie-coaching/comment-trouver-pseudo-generateur-snapchat-skype, consulté le 6 août 2015
  • Anis Jacques, 2001, « Approche sémiolinguistique des représentations de l’ego dans la Communication Médiée par Ordinateur », Langages 144, 20-38.
  • Blue Violet, 25 juin 2015, « Women, LGBT least safe on Facebook, despite ‘real name’ policy », Endgadget [site], www.engadget.com/tag/nnedv/www.engadget.com/2015/06/25/women-lgbt-safety-facebook-policy/, consulté le 6 août 2015
  • boyd danah, 5 août 2011, « Concevoir en respectant les normes sociales, ou comment ne pas créer de foules en colère » trad. de l’anglais par Clochix de Framaland de « Designing for Social Norms (or How Not to Create Angry Mobs) », Apophenia [blog], http://framablog.org/2011/08/17/pseudo-vrai-nom-normes-sociales-google-plus/, consulté le 6 août 2015
  • boyd danah, 8 août 2011, “Google +, la dictature des vrais noms“, OWNI http://owni.fr/2011/08/08/google-plus-dictature-vrais-noms-anonymat-identite/, consulté le 26 août 2012.
  • Cislaru Georgeta, 2009, « Le pseudonyme, nom ou discours ? », Les Carnets du Cediscor 11, http://cediscor.revues.org/746, consulté le 23 août 2012.
  • Émerit Laetitia, 2014, « Vers une typologie des pseudonymes sur Facebook », Actes du Premier Colloque IMPEC : Interactions Multimodales Par ECran Juillet 2014, http://impec.ens-lyon.fr, 93-103.
  • Eolas Maître, 24 mai 2010, « Haut les masques », Journal d’un avocat. Instantanés de la justice et du droit [blog], http://www.maitre-eolas.fr/post/2010/05/24/Haut-les-masques, consulté le 6 août 2015
  • Cédrick Fairon, Jean René Klein et Sébastien Paumier, 2006, Le langage SMS. Louvain-la-Neuve, P.U.Louvain, Cahiers du Cental, 3.1.
  • Jansen Nani & Roberts Biddle Ellery, 24 mai 2015, « Bloguer anonymement ou sous son vrai nom ? Quelle est la meilleure solution? », Trad. de l’anglais par A. Bah, Global Voices [site], http://fr.globalvoicesonline.org/2015/05/24/186227/, consulté le 6 août 2015
  • Martin M., 2005, Les constructions identitaires du sujet a travers la mise en place de pseudonymes et l’émergence d’un nouveau code langagier via l’outil Internet, Thèse de doctorat : Université de Saint-Denis, Île de La Réunion.
  • Martin M., 2006, Le pseudonyme sur Internet, une nomination située au carrefour de l’anonymat et de la sphère privée, Préface d’Alain Coianiz, Paris, Éditions L’Harmattan, coll. Langue et parole.
  • Martin M., 2012, Se nommer pour exister. L’exemple du pseudonyme sur l’internet, paris l’Harmattan, coll. Nomino ergo sum.
  • Masson Jean-Louis, 2010, « Proposition de loi tendant à faciliter l’identification des éditeurs de sites de communication en ligne et en particulier des “blogueurs” professionnels et non professionnels, http://www.senat.fr/leg/ppl09-423.html, consulté le 6 août 2015
  • Mathias Paul, « Note introductive aux identités numériques. », Cités 3/2009 (n° 39), p. 59-66.
  • Paveau M.-A., 26 août 2012, «  Les écritures de Protée : identités pseudonymes », La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=10057, consulté le 6 août 2015
  • Paveau Marie-Anne, 2015 [2014], « Ce qui s’écrit dans les univers numériques », Itinéraires ltc, http://itineraires.revues.org/2313, consulté le 03 août 2015
  • Pierre Julien, 12 août 2011, « The Nymwars », Identités numériques [blog], http://www.identites-numeriques.net/12-08-2011/the-nymwars, consulté le 03 août 2015
  • Perea François, 2010, « L’identité numérique : de la cité à l’écran. Quelques aspects de la représentation de soi dans l’espace numérique », Les Enjeux de l’information et de la communication, p. 144-159.
  • Rallet Alain, Rochelandet Fabrice, 2011, « La régulation des données personnelles face au web relationnel : une voie sans issue ? », Réseaux, 167, 17-47.
  • Schmitt Amandine, 08 août 2013, « Avoir un pseudo sur internet sert-il encore à quelque chose ? », L’Obs [site], http://tempsreel.nouvelobs.com/les-internets/20130726.OBS1203/avoir-un-pseudo-sur-internet-sert-il-encore-a-quelque-chose.html, consulté le 3 août 2015.
  • Temmar Malika 2012, « Qui parle dans les blogs ? », Le discours et la langue 3.2, 69-80.

Crédits : Kevin Harber, « The Letter P », 2009, compte de l’auteur sur Flickr

Pour citer cet article. Paveau M.-A., 6 août 2015, “Pseudonymat“, Technologies discursives, [Carnet de recherche], http://technodiscours.hypotheses.org/?p=245, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20/08/2015

    […] web, en aient accompli une plus importante encore, parmi les pires d’ailleurs : la levée de l’anonymat des internautes, qui est un des principes fondateurs d’internet. Comme si le péché de chair annulait en […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *