[Dictionnaire] Produsage

2481756487_052b1f9c9e_o1. Définition

Produsage est un mot-valise anglais proposé par Axel Bruns à partir des mots production et usage (Bruns 2008). Le produsage décrit le fait que dans une communauté collaborative en ligne, la frontière entre producteur et usager de contenus s’efface : l’internaute cumule les deux fonctions et devient un agent hybride, un « produser ». Le produsage permet l’invention de nouveaux usages en même temps qu’une amélioration continuelle des contenus existants, à partir des affordances techniques du web :

In collaborative communities the creation of shared content takes place in a networked, participatory environment which breaks down the boundaries between producers and consumers and instead enables all participants to be users as well as producers of information and knowledge – frequently in a hybrid role of produser where usage is necessarily also productive.

Produsers engage not in a traditional form of content production, but are instead involved in produsage – the collaborative and continuous building and extending of existing content in pursuit of further improvement […].

The produsage process itself is fundamentally built on the affordances of the technosocial framework of the networked environment, then, and here especially on the harnessing of user communities that is made possible by their networking through many-to-many communications media (Bruns 2007, en ligne).

Dans les univers discursifs numériques, les locuteurs élaborent des formes discursives et en prolongent d’autres à partir des possibilités techniques des espaces d’écriture en ligne (sites, blogs, plateformes de RSN). Ils sont alors à la fois utilisateurs de formats techniques prescrits par les programmes informatiques et créateurs de formes discursives à partir de ces mêmes formats, intégrés à leurs gestes d’écriture en ligne.

2. Contexte épistémologique

La notion de produsage implique de penser le rapport entre discours et environnement de manière non dualiste. En effet, dans le produsage, la distinction entre locuteur et lieu d’écriture et celle entre locuteur et outils d’écriture disparaît pour faire place à un continuum : les affordances techniques (Paveau 2012) des univers discursifs numériques constituent des prolongements des compétences langagières et scripturales des locuteurs, et ne leur sont pas extérieurs. Il y a véritablement couplage (au sens de Simondon 1989) entre le langage et la technique, entre le locuteur et son environnement, ce qui signifie que la distinction binaire linguistique vs extralinguistique n’est plus opératoire et que les écrits natifs de l’internet doivent être pensés au sein d’une linguistique symétrique (Paveau 2009).

La notion de produsage possède des points de convergence avec le courant du Social Shaping of Technology (Williams, Edge 1996) et la théorie de l’acteur-réseau (Latour 2006). La technologie n’est pas pensée comme un support, mais comme une donnée négociable et flexible que les usagers peuvent s’approprier, investie d’un sens social. Il existe une relation mutuelle entre la technologie et ses usagers, ce qui rend les évolutions de la technologie codépendantes et même constitutives de la vie sociale, au contraire d’une conception qui verrait l’évolution technologique de manière linéaire et surtout autonome.

3. Énoncés relevant du produsage

La notion de produsage est particulièrement féconde pour analyser les discours natifs de l’intenet, en particulier les discours produits sur les réseaux socionumériques.

Le hashtag. L’exemple le plus représentatif du produsage est le hashtag, proposé par un usager de la plateforme de microblogging Twitter, Chris Messina, en 2007, adopté par les usagers et finalement intégré aux possibilités technodiscursives du réseau par ses développeurs.

Le point initial. Un autre exemple intéressant sur Twitter est le point initial du tweet :  un tweet d’un compte A en réponse à un compte B ne pouvant être lu que par l’abonné B et les abonnés communs de A et B (il commence par le pseudo du destinataire B), certain.e.s twitteur.se.s ont pris l’habitude de commencer le tweet de réponse par un point, signe non cliquable. Cette pratique, devenue courante, annule la sélection des destinataires et rend le tweet aussi public qu’un tweet ordinaire :

Capture d’écran 2015-08-26 à 10.52.34

Figure 1. Le point initial (26.08.2015, timeline @mapav8)

Le discours de micro-célébrité. Les pratiques de présentation de soi sur les RSN, et tout particulièrement sur Facebook, le plus populaire, fournit d’autres manifestations de produsage. Le discours de micro-célébrité, élaboré par certain.e.s usager.e.s du réseau, exploite par exemple le dispositif de la photo de profil modifiable à volonté et commentable : se construit alors un discours sur soi au long cours, qui peut prendre les allures d’une mythologie individuelle, Facebook faisant partie des « dispositifs contemporains de médiatisation personnelle » disponibles et facilement accessibles à tou.te.s sur internet (Nachtergael 2015 [2014]).

Anniversaire et RIP. De même, la forme chronologique du journal et le système de notifications permettent des stratégies relationnelles en permettant le rappel d’événements récurrents : la pratique de l’anniversaire est très prégnante sur Facebook (à la différence d’autres réseaux), pratique qui concerne à la fois la naissance et la mort (le « RIP » y est une forme de discours très populaire), concernant des figures connues et, plus rarement, des proches.

Le jeu participatif. Régulièrement apparaissent sur Facebook ce qu’on peut appeler des jeux participatifs, reposant sur une mise en chaîne des comptes et des discours. Tel abonné publie un jeu sur le compte d’un.e ami.e censé.e à son tour proposer le jeu à un autre compte, etc. L’affordance exploitée ici concerne la possibilité de publication sur les comptes amis ainsi que les possibles plurisémiotiques des publications (image fixe et animée, son), les jeux reposant souvent sur le partage de contenus graphiques, picturaux, musicaux, etc.

Pour ces trois derniers exemples, les possibilités technodiscursives permettent des formes de technogenres de discours.

3. Références

  • Bruns Axel, 31.12.2007, « Produsage: A Working Definition », Produsage.org. From Production to Produsage: Research into User-Led Content Creation [site], http://produsage.org/produsage, consulté le 26.08.2015.
  • Bruns Axel, 2008, Blogs, Wikipedia, Second Life, and Beyond. From Production to Produsage, Bern, Peter Lang.
  • Latour Bruno, 2006, Changer de société. Refaire de la sociologie, trad. N. Guilhot, Paris, La Découverte.
  • Nachtergael Magali, 2015 [2014], « Mythologies individuelles, mythologies numériques ? », Itinéraires [En ligne], http://itineraires.revues.org/2354, consulté le 26 août 2015.
  • Paveau Marie-Anne, 2009, « Mais où est donc le sens ? Pour une linguistique symétrique », Actes du colloque international Res per nomen, Reims, 30-31 mai, 21-31.
  • Paveau Marie-Anne, 2012, « Ce que disent les objets. Sens, affordance, cognition », dans Quelle place pour les objets dans les sciences du langage et sciences de la communication ? Synergies Pays Riverains de la Baltique 9, 53-65, http://ressources-cla.univ-fcomte.fr/gerflint/Baltique9/baltique9.html
  • Simondon Gilbert, 1989, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier.
  • Williams Robin & Edge David, 1996,  « The Social Shaping of Technology », Research Policy 25,  865-899.

N.B. : Les abonnés Twitter dont les tweets sont reproduits ici peuvent me contacter s’ils ne souhaitent pas apparaître dans cet article.

Crédits Karyn Christner, p-sf3, 2008, compte de l’auteure sur Flickr, CC BY 2.0

Pour citer cet article. Paveau M.-A., 26 août 2015, “Produsage“, Technologies discursives, [Carnet de recherche], http://technodiscours.hypotheses.org/682, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *