La photographie déictique en ligne [6/7]. De la pluie, de la neige et du ciel bleu

« Sous les rayures », 18.08.18, compte Instagram de passageres_

Parler de la pluie et du beau temps, c’est une activité sociale comme une autre, ou plutôt, c’est l’activité sociale par excellence car elle ne sert, exclusivement, qu’à faire société.

Small talk

Parler de la pluie et du beau temps, et, on va le voir, de la neige, c’est ce que les anglophones appellent le small talk, pratique inscrite dans le savoir-vivre anglo-saxon et objet de recherche en sociolinguistique. On doit cette notion à Malinovski qui le premier identifie un type de « communication phatique », c’est-à-dire servant à produire et entretenir le contact social (Malinovski 1923). Un collectif, dirigé par Justine Coupland, Small Talk, est entièrement consacré à cette notion (Coupland 2000) et comporte d’ailleurs un article spécifique sur le temps qu’il fait, « Talk about the weather: Small talk, leisure talk and the travel industry » (Coupland & Ylänne-McEwen 2000).

La recherche anglophone sur la question identifie le small talk comme une habileté sociopragmatique (« socio-pragmatic skill » selon Holmes 2005) particulièrement importante pour la réussite sociale, en particulier au travail, habileté le plus souvent sous-estimée. Les thèmes du small talk sont des « non-controversial topics« , dont fait typiquement partie le temps qu’il fait, avec la santé, le sport, les loisirs, la vie chère, etc. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le small talk n’est ni universel (c’est une pratique culturelle qui sera valorisée ou dévalorisée selon les aires géographiques et culturelles) ni définitivement formaté (il dépend du contexte et des données de l’interaction, c’est-à-dire du type de relation entre les interactant.e.s, de leur genre, de leur position sociale, etc.). C’est le plus souvent une manière d’ouvrir ou de fermer la conversation, et il suit certains patterns récurrents (Holmes 2005). Dans leur article, Nikolas Coupland et Virpi Ylänne-McEwen montrent aussi que, au-delà d’un simple remplissage social, le small talk sur le temps signale des « discursive transitions« , ou des moments où « the normative constraints » d’une conversation sont suspendues pour des raisons variées (parce qu’il y a des gestes à faire, des objets à manipuler, etc.). Ils expliquent également, fait très intéressant, que ce type de discours introduit des moments réflexifs d’évaluation des circonstances de la conversation ou constitue une entrée dans une relation plus intime entre les participant.e.s (Coupland & Ylänne-McEwen 2000). Parler de la pluie et du beau temps, c’est donc bien autre chose que parler pour ne rien dire.

Le français ne dispose pas de terme pour désigner cette manière de dire pour dire, ou plutôt de dire pour être avec, si ce n’est ce légèrement méprisant parler de la pluie et du beau temps, à peu près équivalent de parler pour ne rien dire ou conversation creuse. Les linguistes francophones qui étudient la conversation parlent de « conversation » ou « d’échange ordinaire », mais l’objet small talk n’est pas vraiment traité par les Français. Cependant, la « conversation légère » est bien inscrite dans le savoir vivre à la française, sous le nom de conversation tout court, présentée comme une habileté sociale fondamentale ; elle est également devenue un outil de management relationnel comme le montrent par exemple les nombreux posts de blogs de coaching ou de formation qui en montrent les vertus pour la réussite sociale et professionnelle (ici, ici ou ici). Il existe aussi des guides anglophones ou germanophones, dont la traduction française utilise parfois le calque petite conversation. Les ouvrages en français sur la question conservent l’anglais small talk. La question reste controversée, d’autres positions critiquant cette pratique conversationnelle qui ne permettrait pas de nouer de « vraies » relations sociales : on ne peut que remarquer l’analogie avec le débat récurrent sur les RSN et le type d' »amitié » qu’ils permettent, superficielle et inutile pour les un.e.s (voire dépresseurs et décervelants), socialement intéressante pour les autres (utilité des liens faibles). On connaît le débat.

Mais le discours sur la pluie et le beau temps, ça pourrait être, n’en déplaise à ses contempteur.e.s savant.e.s ou ronchon.ne.s, l’essence du social, si le social reste… le social, c’est-à-dire n’est pas confondu avec l’idéal de la relation interpersonnelle, l’accomplissement de soi, le bonheur, l’échange philosophique ou la vérité. D’ailleurs, quand ce discours sans événement, sans pensée et sans effet remplit des pages du Journal de Virginia Woolf (quel ennui !) ou des Lettres au Castor de Sartre (quelle merveille !), personne ne s’en offusque. Alors pourquoi mépriserait-on le « il ne fait pas chaud aujourd’hui, hein » ou le « ah, vous nous apportez le soleil ! » qui nous servent si souvent à vérifier que nous sommes lié.e.s ?

Small pic ?

Dans cette perspective, il n’y a rien d’étonnant à ce que cette activité se déploie sur les réseaux sociaux numériques, comme le montrent par exemple Danica Radovanovic et Massimo Ragnedda dans un article sur ce qu’illes appellent les « phatic posts » (Radovanovic, Ragnedda 2012). Repartant de Malinovski et de la mise en forme de la fonction phatique par Jakobson, les deux auteur.e.s montrent, à partir de quelques exemples logocentrés (c’est-à-dire ne comportant que du texte) que les « microposts » sur les RSN assument plusieurs fonctions, au-delà du simple contact, d’ordre sémantique et social.

Mais il faut aller plus loin et élargir ce type d’investigation à l’ensemble des outils sémiotiques disponibles pour les usagers des RSN, comme les photos déictiques : iconisant le discours et ouvrant donc le logos à l’image, elles disent à l’autre le temps qu’il fait pour moi, et qui partagent ce dire, parce que, si j’étais offline et de visu, c’est ce qui se produirait avec des mots.

Je considère donc les photos déictiques du temps qu’il fait comme une forme de small talk, destiné à incarner iconiquement sur les RSN cette sourdine de la conversation qui sert à maintenir le contact, à dessiner les bords (« boundaries » chez Holmes 2005) de la conversation, et à contribuer à la réussite d’une image sociale et au confort d’une place sociale. Ce small talk en image, je propose de l’appeler small pic (pour small picture), défini comme une image conversationnelle phatique qui iconise le discours.

Il pleut sur Instagram

André Gunthert a très joliment parlé de la neige sur Facebook il y a quelques années dans un billet intitulé « Il neige sur Facebook » (Gunthert 2013), qui fait efficacement le point sur le sens de ce type de photographie. Selon lui, les photos de neige constituent « l’expression des émotions privées » et transmettent « la petite magie qui réveille le regard », les deux étant socialisées par la plateforme de partage :

Il a neigé. Et en enregistrant les traces de ce phénomène, en les envoyant gonfler la conversation commune, nous produisons, comme un chant choral, l’image collective d’un contentement qui ne doit rien à l’injonction médiatique, le reflet d’un plaisir privé métamorphosé en fait social.

Gunthert 2013, en ligne

Cette analyse me semble également valable pour la pluie et le ciel bleu, qui transmettent, pour la pluie en particulier, d’autres émotions privées que le contentement mais, que la photo déictique entraîne quand même vers la satisfaction esthétique. Je vais, pour ma part, insister sur les small pics ancrées dans la deixis. Elles ne diffèrent guère des formes et formats vus dans les billets précédents et c’est donc sans surprise qu’on trouve les fameux selfeet dans la neige :

assortis de selfhands :

La pluie fait elle l’objet de composition plus recherchées, la captation de la poésie visuelle de l’eau servant parfois à exorciser son inconfort et sa grisaille, et à produire de la satisfaction ou de l’humour. Si cet internaute déclare aimer l’hiver…

… et cet autre transformer les éléments naturels en effet photographique spéculaire…

…ce troisième se sert de la small pic déictique pour partager son dépit avec humour :

On trouve également un partage des petits inconforts de la pluie, pour les porteur.e.s de lunette par exemple :

et la figure du car selfie en guise d’avertissement pour les pompiers des Bouches-du-Rhône :

Quant au ciel bleu, qui métaphorise le beau temps de manière lexicalisée, il apparaît parfois à la lettre, si je puis dire, la métaphore ordinaire étant défigée, sur Facebook en particulier. Ça n’est sans doute pas généralisable, mais je remarque que les deux posts de ce type que j’ai glanés comportent des poèmes des internautes (raison pour laquelle je caviarde également les textes des posts), manière peut-être de repoétiser ce ciel bleu dépourvu de son efficace métaphorique :

***

La small pic de beau temps emprunte un certain nombre de patterns récurrents, comme le point de vue sous le parasol :

Parler pour ne rien dire, ça n’existe pas. Même sur les réseaux sociaux. Surtout sur les réseaux sociaux. On pourrait d’ailleurs se demander si ce type de conversation, le small talk, et son iconisation par la small pic, ne décrirait pas l’ensemble de la communication sur les réseaux. Liens faibles, small talk. Une perspective à creuser pour l’analyse du discours numérique.

Références

  • Coupland Justine, 2000 (ed.), Small Talk, London & New York, Routledge.
  • Coupland Nikolas & Ylänne-McEwen Virpi, 2000, « Talk about the weather: Small talk, leisure talk and the travel industry », in Coupland Justine (ed.), Small Talk, London & New York, Routledge, p. 163-182.
  • Gunthert André, 2013, « Il neige sur Facebook », L’atelier des icônes, [blog], https://histoirevisuelle.fr/cv/icones/2606
  • Holmes Janet, 2005, « When small talk is a big deal: Sociolinguistic challenges in the workplace », in Michael H. Long (ed.), Second Language Needs Analysis, Cambridge, Cambridge University Press p. 344-372.
  • Malinowski Bronislaw, 1923, « The problem of meaning in primitive languages », in Ogden, C. & Richards, I., The Meaning of Meaning, Routledge, London.
  • Radovanovic Danica, Ragnedda Massimo, 2012, « Small talk in the Digital Age: Making Sense of Phatic Posts », MSM2012 Workshop proceedings, available online as CEUR Vol-838, at: http://ceur-ws.org/Vol-838
Cite this article as: Marie-Anne Paveau, "La photographie déictique en ligne [6/7]. De la pluie, de la neige et du ciel bleu," in Technologies discursives, 31/08/2019, https://technodiscours.hypotheses.org/706.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search