La photographie déictique en ligne [3/7]. Des verres, des tasses et des assiettes

Instarepeat, 17.11.2018

Alors que le précédent billet portait sur les parties du corps, et donc sur le rôle du sujet dans la photo déictique ou autophotographie, celui-ci se concentre sur les objets photographiés, rassemblés thématiquement dans la catégorie “boire et manger” (pour aller vite) : les verres, les tasses, les bouteilles, les mugs, les assiettes, les coupes, les couverts, etc.

Dans ce billet je voudrais introduire une distinction simple dans les formes de deixis dont témoignent les autophotographies : il y a une deixis directe, quand une partie du corps est présente, et une deixis indirecte, quand elle est absente mais que des traces du geste autophotographique sont repérables ou interprétables sur la photo, et que l’on peut donc supposer une continuité entre le corps du sujet et l’image qu’il produit (ce qu’André Gunthert appelle la “visibilité dans l’image de son caractère autoproduit”, comme je le précise dans le premier billet de cette série). Ce qui m’intéresse, ce ne sont donc pas tant les contenus des images que leur dimension énonciative, participant de l’iconisation du discours, et du langage en général.

Note méthodologico-éthique : la couleur de la deixis

Après avoir publié le billet précédent sur les parties du corps, je me suis rendu compte que tous les sujets représentés y étaient blancs. Symptôme de mon énonciation située, méthodologiquement volontaire et assumée (j’ai pioché dans mes comptes, avec leurs caractéristiques raciales, culturelles, générationnelles, etc.), ce qui n’empêche pas les angles morts, la preuve, puisque je ne l’ai ni vu ni dit ; mes recherches dans les moteurs des réseaux (Instagram en particulier) n’ont également donné que des sujets majoritairement blancs, le biais de couleur étant donc aussi propre au réseau comme le montre bien le compte Instarepeat (il faut en fait chercher #blackhands par exemple pour obtenir un certain nombre de selfhands de personnes noires). La deixis photographique a donc une couleur (l’approfondissement de cette question est au po-programme des mois qui viennent).

Ici, je vais présenter des éléments liés à la nourriture et aux boissons, et je vais le faire à partir de mon environnement, qui est occidental(isé) et opulent (on va dire ça comme ça), et non représentatif des RSN à l’échelle de la planète. Donc je le précise : je ne prétends à aucune généralisation, mon travail est toujours situé, empirique, sur des petits corpus, au ras de ma linguistique écologique (et, en ce moment, estivale). De toute façon, le nombre de données est tellement immense (il y a des centaines de millions de photographies déictiques en ligne, notamment dans la catégorie boisson et nourriture) que la prétention à la généralisation serait bien dérisoire.

Deixis directe

Les photos déictiques directes comportant toujours au moins une main partielle ou totale, puisqu’il s’agit évidemment de l’outil de préhension.

Le coffeeselfie

Ce type de photo est désormais stéréotypé et l’on trouve par exemple sur Instagram les catégories #coffeeselfie, la notion de selfie, on l’a vu dans le premier billet, pouvant être générique et étendue à la photographie déictique dans son ensemble (et le café ayant à peu près le même succès que les chats sur internet, les “coffee lovers” y étant légion). Sous ce hashtag, on trouve d’ailleurs des coffee selfies au sens strict, c’est-à-dire avec le visage :

comme des coffee selfhands (je continue ma déclinaison terminologique) :

ou des coffee selfeet, la combinaison entre les différentes catégories étant ouverte :

La combinaison se fait également, j’y reviendrai dans un billet ultérieur, avec les photos de livre.

Le drinkselfie

On a la même chose avec les verres, les hashtag #drinkselfie, sur Instagram toujours, ou #drinks ou #drink (plus de 65 millions de photos au 12.08.2019) donnant des selfies-visages, parfois élaborés :

des selfhands avec verre, bouteille ou cannette :

ou même des “drink selfshades”, par combinaison entre photo de boisson et d’ombre portée :

Des pointeurs topographiques

Ce qui est intéressant, ce sont les utilisations topographiques des coffee ou drink selfies, le stéréotype photo étant utilisé pour marquer la deixis spatiale, ce qui correspond à l’une des fonctions premières du réseau social numérique : indiquer, non seulement ce que je fais (je suis en train de boire un café, un cocktail…), mais également où je suis en disant “je suis ici”. La tasse ou le verre ou la bouteille sont donc parfois des indicateurs déictiques purs, c’est-à-dire des sortes de morphèmes qui ne sont plus vraiment des signifiants du boire, mais servent de pointeurs géographiques. Ce sont les lieux qui sont alors l’objet de la photographie, comme dans ces quatre exemples :

Dans le premier, l’image seule contient le pointage géographique, ce qui fait d’elle une image conversationnelle pure, pourrait-on dire, alors que dans le second, elle est le référent d’un segment textuel dans le post (#tinos island), ou assume une fonction grammaticale de l’ordre de la prédication (la photo est apposée au segment #tinos island, les deux éléments possédant le même référent). Dans le troisième, qui a été recueilli sur Twitter et non sur Instagram, la localisation est explicitée dans la partie discursive du post, mais elle est plus complexe dans la quatrième, portée par le lien référentiel entre les objets photographiés et l’adjectif locaux : le tweet ici hors contexte fait partie du “récit de voyage” en Gaspésie de Claire Placial, ce que ses abonné.e.s savent contextuellement (merci à Claire, qui aime tant la bière, de m’avoir autorisée à republier ses tweets !).

Deixis indirecte

La deixis directe est la plupart du temps assumée par les coffee et drink selfies, les photos d’assiettes (plate selfies ?) étant, pour des raisons matérielles de préhension sans doute, le plus souvent cadrées sur des tables. C’est la raison pour laquelle elles sont bien plus souvent indirectes que les précédentes.

Dans la deixis indirecte, le lien avec le corps du sujet producteur du discours iconisé n’est pas explicitement une partie du corps. Il s’exprime essentiellement par le cadrage, choisi pour porter la subjectivité et par la présence d’un autre corps, déictique également puisqu’il s’agit alors d’un corps-interlocuteur.

Cadrages subjectifs

On trouve de manière récurrente plusieurs formes de cadrage subjectifs, que je vais présenter sans doute très naïvement car ce n’est pas ma partie ; par cadrage subjectif, je signifie simplement la différence entre ces deux posts, figurant sur la même page Instagram :

Dans le premier, le cadrage est invisibilisé ; dans le second, le cadrage se montre, via l’angle de prise de vue mais également le décor.

Les cadrages subjectifs les plus fréquents sont la plongée, qui est d’autant plus verticale que l’objet est unique et donc facilement cadrable, prélevé en tant que tel hors du contexte :

Avec des variantes moins plongeantes dans des cadrages plus larges quand les objets sont plus nombreux, l’espace déictique corporel est élargi à l’espace du sujet attablé (la place du corps), dans un contexte de repas :

Second type de cadrage le plus fréquent, le gros plan au niveau de l’objet, avec parfois une légère contre-plongée, en particulier du verre qui permet de produire des effets de transparence ou de perspective :

C’est donc la subjectivité des cadrages qui est déictique, car elle tient lieu de partie du corps, implicitée sur l’image.

Intégration de l’interaction

Certaines photos déictiques intègrent d’autres corps, qui sont en relation avec le corps du photographe. Il y a donc présence d’une interaction dans l’image, présence d’un ou de plusieurs “tu” interlocuteur.s ou relationnel.s, dont la nature, énonciativement parlant, est déictique :

On pourrait citer d’autres stéréotypes verres-assiettes, comme les verres aux lunettes par exemple, dans la version soleil :

ou la version travail :

La stéréotypisation sur les réseaux sociaux est extrêmement dynamique et rapide, favorisée par le nombre de photos existantes et possibles, leur viralité, et leur forte signification sociale. La photographie déictique de boisson ou de plat n’est pas… qu’une photo de boisson ou de plat, mais elle est chargée d’un riche sens communicationnel et discursif. Elle formule un sujet signifiant, qui produit ses messages à partir d’une énonciation iconique explicite ou implicite, dans le double mouvement de la conversationnalisation de l’image et de l’iconisation du discours caractérisant la sociabilité sur les réseaux sociaux numériques.

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, "La photographie déictique en ligne [3/7]. Des verres, des tasses et des assiettes," in Technologies discursives, 13/08/2019, https://technodiscours.hypotheses.org/715.

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Gunthert dit :

    Très intéressant, merci! Ne serait-il pas utile de mobiliser ici une notion comme celle de proxémie, pour prolonger l’analyse de l’interaction entre l’espace montré et le corps de l’opérateur (donnée nécessaire de toute photographie)?

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci andré de cette suggestion, oui, bien sûr, ça enrichirait bien mon petit bricolage… !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.