La photographie déictique en ligne [4/7]. Des textes, des textes et des textes

Il suffit de suivre sa timeline sur Twitter, son journal sur Facebook, son fil Instagram : nos ami.e.s et correspondant.e.s publient des photos de textes, toutes sortes de textes. Sur les réseaux sociaux en particulier se développe de plus en plus une pratique de screenshot de texte ou de photographie de texte : dans un tweet ou un statut Facebook, l’internaute intègre une capture d’écran ou une photographie d’un extrait de texte, parfois doté de surlignages, pour dire l’activité ou l’esprit du moment, partager une lecture, illustrer ou appuyer son discours, transmettre une information. Précaution méthodologique, comme toujours : les pratiques sont situées ici dans mes environnements numériques intello-universitaires également situés et une autre situation ne les validerait peut-être pas, j’y reviens à la fin de ce billet.

Une iconisation déictique du texte

Il y a des photos de textes IRL : des livres fermés ou ouverts, qu’on vient de recevoir, qu’on a écrits, qu’on lit, des portions de pages de livres, des unes de journaux ou magazines, des articles de presse, des lettres, des cahiers, des affiches, des pancartes, des imprimés de toute nature.

Ill. 1

  1. Instagram, deixis directe (main), livre

2. Twitter, deixis directe (pouce et texte du tweet), lettre

3. Facebook, deixis indirecte (angle et pliure), journal papier

4. Twitter, deixis directe (texte du tweet) et indirecte (angle, découpage), page de livre

5. Twitter, deixis indirecte (zoom et soulignements), page de livre

6. Twitter, deixis indirecte, pages de livre

Dans ces productions, il y a souvent un indice de déicticité, relevant de la deixis directe (le plus souvent une main ou partie de main ill. 1, 2), ou indirecte (une ombre, une pliure de papier  ill. 2, 3, et/ou un angle de vue marqué ill. 4 et 5) qui signale la présence physique de l’internaute-lecteur.trice ; dans l’ill. 5, les soulignements manuels sont des marqueurs quasi corporels et l’on est presque dans la deixis directe ; l’ill. 6 en revanche présente des soulignements logiciels (vs manuels) effectués sur des photographies. Le composite image-texte est aussi un contributeur à la deixis : « this threanening letter » dans l’ill. 2 et « le dernier paragraphe » dans l’ill. 4 constituent des énoncés déictiques puisqu’ils ne peuvent se comprendre qu’en présence du référent, la photo de la page.

On trouve également mais beaucoup plus rarement, des photos de tablettes (la lecture est bien encore, même sur les RSN et en ligne en général, une affaire de papier) :

7. et 8. Tablettes, deixis directe (mains)

Mais on trouve aussi des photos de textes online, saisis par captures d’écran : des articles de presse, des courriels, des publications de RSN, des conversations par messageries privées sur ordinateur ou smartphone (SMS, WhatsApp, Twitter…). Des logiciels et des applications spécifiquement dédiés à la capture d’écran facilitent cette opération comme l’explique par exemple ce descriptif de l’outil Screenshot Captor : « Il prend en charge l’affichage sur plusieurs écrans, il permet de renommer facilement les images, il dispose de plusieurs modes de capture (multi-moniteur, bureau, fenêtre active, objet, etc.) qui peuvent tous être appelés rapidement grâce à des raccourcis, etc. » Les outils dédiés proposent également des systèmes de surlignement et d’annotation spécifiquement adaptés à une utilisation communicationnelle et informative de la capture d’écran : la deixis indirecte prend alors une forme technologique, la présence subjective de l’émetteur résidant dans les surlignements/annotations, c’est-à-dire les modifications apportées au texte de départ (ill. 9 et 10).

9. Twitter, deixis indirecte, surlignements logiciels sur screenshots

10. Twitter, deixis indirecte, surlignements logiciels sur screenshots

Qu’est-ce que l’iconisation fait au texte ?

Laurence Allard souligne avec raison que cette production reste ignorée des spécialistes du numérique alors qu’elle constitue un véritable « écrit d’écran » au sens où Emmanuël Souchier entend cette notion (Allard 2015a). Sur le plan linguistique, la pratique du screenshot ou de la photo de texte correspond à plusieurs gestes textuels, qui dépassent le cadre de la déicticité traitée ici et qui interrogent la notion de texte en environnement numérique.

Un technodiscours rapporté

Poster une photographie de texte, c’est rapporter un discours au mode direct dans un geste où les marqueurs énonciatifs prénumériques du discours rapporté (guillemets, verbe de parole, deux points) disparaissent et sont remplacés par des indices technologiques : nom du compte destinateur pour identifier le discours citant, contours de la photographie pour identifier le discours cité, dispositif de la photo/capture pour identifier la modalité directe.

Une pratique de la citation

Le screenshot ou la photographie de texte constitue également une nouvelle pratique de la citation, l’extraction et l’insertion dans un autre contexte étant toutes deux assurées par les procédures technologiques. La forme prénumérique de la citation, qui présente une homogénéité du code entre le texte-source et l’extrait (le texte-source, comme la citation extraite, sont dans l’ordre scriptural), est modifiée par le composite : la citation n’appartient plus au même ordre sémiotique que le texte-source mais relève de l’image photographique.

11. Instagram, citation par zoom et surlignement & soulignement

12. Instagram, citation par deixis corporelle

Si l’ill. 11 montre une sorte de stéréotype de la citation par iconisation (page en gros plan et parfois surlignement, ici accompagné de soulignements qui extraient doublement le segment de texte), l’ill. 12, au dispositif plus rare, témoigne d’une iconisation maximale, les outils citationnels étant concentrés dans les doigts déictiques, tels des manicules en chair et en ongles.

Un embarquement du contexte

La capture d’écran ou la photographie de livre intègre la matérialité du support. C’est particulièrement le cas pour les livres photographiés, qui peuvent être assortis d’éléments de contexte (une un coin de table, un objet, un décor). C’est donc le contexte à la fois spatial et temporel qui est embarqué dans l’image de texte. On trouve de nombreuses photos de livres ouverts sur fond de paysage, de vacances souvent, qui constituent la lecture comme activité de loisir :

13. Photos de livre avec embarquement du contexte, Instagram

La photo de livre est souvent mixée avec le selfdrink, présent en abondance dans le fil #bookstagram du réseau Instagram (plus de 34 millions de clichés) :

14. Composition photos de livres et selfdrink, Instagram et Twitter

Il faudrait prendre le temps d’une typologie, mais dans le genre « photo de livre » se dessinent des motifs récurrents : outre [livre + paysage], [livre + verre ou tasse], on trouve par exemple [livre + lunettes], [livre + selfeet] et des composés comme [livre + verre + paysage] ou [livre + verre + selfeet] comme la photo d’illustration de ce billet. La liste est ouverte.

Une numérisation native profane

L’image photographique de texte brouille les frontières entre prénumérique et numérique, papier et écran, et l’expression numérisation native semble à première vue incohérente. Mais avec la photographie de texte, l’imprimé est numérisé directement en ligne, sans passer par les étapes logicielles habituelles et souvent professionnelles de la numérisation de documents. Il se produit donc une numérisation native profane de l’internet, par des amateurs qui court-circuitent les distinctions entre l’imprimé et le numérique natif. Avec la photographie de texte, on est dans quelque chose qui ressemble au hack de texte.

À quoi sert l’iconisation du texte en ligne ?

L’iconisation du texte assure par ailleurs plusieurs fonctions, non exclusives les unes des autres.

Contourner les limitations de format

Sur Twitter notamment, la capture d’écran permet de faire figurer des textes longs dans un tweet. Cette pratique constitue alors ce que Laurence Allard nomme un « hack d’usage » dans le cadre de son travail sur le mobtexte (Allard 2015b).

Contourner la contrainte de l’abonnement et de la privacité

D’une manière analogue, cette pratique permet de partager des contenus d’un réseau à un autre en contournant la restriction de l’abonnement, Twitter étant public et accessible aux non-inscrits alors que Facebook, par exemple, n’est pas accessible sans ouverture de compte. Le screenshot permet aussi de diffuser des contenus privés, notamment des conversations par messagerie, comme l’a montré par exemple le nombre de captures lié au récent phénomène #VoisinDeNuméro :

15. Publications de screenshots dans le cadre du #VoisinDeNuméro, Twitter

Des captures d’écran d’articles de journaux payants permettent également de mettre à disposition du plus grand nombre des contenus protégés, ce qui constitue un hacking non seulement d’usage mais également juridique.

Transmettre des informations à distance

L’iconisation du texte permet aussi d’obtenir rapidement des informations impossibles à recevoir hors ligne parce qu’elles ne seraient pas disponibles ou trop longues à recevoir. La transmission de références de recherche est courante sur les réseaux sociaux parmi les collectifs de chercheurs : la page d’une citation, la date de publication d’un ouvrage, la version d’un extrait dans une autre langue, autant d’éléments qui transitent par les photographies de textes, délivrées des contraintes des recherches en bibliothèques et des recopiages fastidieux.

Pour conclure : une pratique située

Je reviens en guise de conclusion sur l’aspect situé de mon travail : je vis dans un univers saturé de textes, lus, écrits, transmis, et il est donc naturel que mon travail lui-même situé dans mes environnements numériques reflète cette situation. Mais si j’étais un.e ado de moins de 20 ans, ma timeline serait évidemment très différente, et je pourrais twitter ce type de contenu :

La pratique du screenshot (ou screen), non réduite aux écrits, est en effet sociologiquement et générationnellemnt bien plus large que celle des photos de livre ou de textes « cultivés ». Il existe par exemple des comptes dédiés, qui constituent des anthologies de screens, comme Top Des Screens, qui fonctionne sur appel (les twittos envoient leurs screenshots de tweets par DM). Actuellement c’est cette image qui est épinglée sur le compte, énoncé métalinguistique profane, ludique et rafraîchissant, bien loin de nos pratiques lettrées parfois ennuyeuses. À chacun.e ses diplômes !

Références

[Ce billet s’appuie sur les pages 309 à 313 de l’article « Technographisme » de mon ouvrage L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques paru en 2017].

Références

  • ALLARD Laurence, 01.06.2015a, « L’art de la capture d’écran, de Richard Prince à l’auto-screen », MOBACTU [blog], http://www.mobactu.fr/
  • ALLARD Laurence, 2015b, « De l’hypertexte au “mobtexte” : les signes métissés de la culture mobile. Ecrire quand on agit », in C. Angé (dir.), Les objets hypertextuels. Pratiques et usages hypermédiatiques, Paris, Iste Editions, p. 167-186.
  • PAVEAU Marie-Anne, 2017, L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann.
Cite this article as: Marie-Anne Paveau, "La photographie déictique en ligne [4/7]. Des textes, des textes et des textes," in Technologies discursives, 23/08/2019, https://technodiscours.hypotheses.org/720.

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search