La photographie déictique en ligne [7/7]. Détournements ludiques, critiques et politiques

Avertissement : certaines photos violentes apparaissent dans le billet et les liens

Comme tout genre installé, la photo déictique, et tout particulièrement le selfie-visage, fait l’objet de détournements et d’usages ou de mobilisations, ce qui en fait un dispositif photodiscursif, voire même photorhétorique bien éloigné de la seule présentation de soi. Le détournement peut être ludique (on joue avec la figure), critique (on produit un métadiscours sur la figure) ou politique (on utilise la figure comme outil de lutte). Encore souvent considéré comme un sous-genre de la sous-culture du web, dangereux de surcroît (Godart 2016, Storr 2018), ou même inscrit dans une pathologie mentale, le selfie et la photographie déictique en général sont pourtant en train d’entrer dans le répertoire des grands genres de discours du XXIe siècle, qui disent, construisent, et parfois même réparent la vie sociale.

Jeux avec l’art légitime

André Gunthert a largement décrit et analysé la manière dont les internautes se sont saisi.e.s du selfie pour répondre à cette sous-estimation en jouant avec les grandes œuvres patrimoniales. Dans “La consécration du selfie” (Gunthert 2015), il consacre plusieurs paragraphes à ce qu’il appelle la “bataille du selfie”, analysant les réactions des usagers comme une inversion des valeurs :

Pourtant, l’apparent unanimisme de la condamnation médiatique n’a nullement précipité la fin de l’autophotographie. Dans une structure de controverse régulière, cette mise à l’index a produit une réponse typique des comportements de résistance spontanés décrits par Michel de Certeau. À la manière des peintres impressionnistes reprenant à leur compte une qualification négative de la critique, les usagers ont adoubé la désignation totémique du selfie, au point d’en faire une signature impertinente, une revendication moderniste, un signal du renversement des hiérarchies.

Gunthert 2015, en ligne

Je parlerais volontiers pour ma part de resignification d’un genre, ce renversement étant doté des sept critères que j’ai proposés récemment pour définir cette pratique technodiscursive dans “La resignification. Pratiques technodiscursives de répétition subversive sur le web relationnel” : blessure, réponse, origine énonciative, retournement, recontextualisation, acceptabilité, résistance (Paveau 2019). Les exemples donnés par André Gunthert cochent les cases de la resignification, car ils font circuler des réponses (ré)habilitantes :

Sans surprise, la réponse de l’usage a employé les ressources de la diffusion virale sur les réseaux sociaux. Plutôt qu’une réplique argumentée, on a vu se multiplier à partir du dernier trimestre 2013 la rediffusion de travaux d’artistes ou de graphistes détournant les références culturelles les plus célèbres par l’apposition d’un smartphone, imposant le selfie à Christophe Colomb, Marilyn Monroe, Albert Einstein, Che Guevara, Superman ou Dark Vador, ou bien la reprise d’une campagne de publicité pour le quotidien sud-africain Cape Times, sur le même principe.

Gunthert 2015, en ligne

Il mentionne notamment, parmi les exemples de la Fig. 10. Détournements de portraits par ajout de smartphone, 2013, une vague de selfies particulièrement intéressants faits par les visiteur.se.s du Rijksmuseum à Amsterdam, publiés sur les RSN et les forums, en particulier Reddit :

Dans ce dispositif, ce sont les sujets des peintures eux-mêmes qui accomplissent fictivement le selfie, ennoblissant la pratique du fait de la légitimité de la peinture et du lieu. La pratique s’est répandue et étendue aux statues, comme le montre le hashtag #selfiestatue sur Instagram :

Et par une autre extension, certaines photos apparaissent comme des selfies des statues sans l’appareil, mais avec le marqueur corporel de subjectivité (angle de prise de vue ou tension du bras) :

Plus récemment, Google a mis en place une application où le selfie est un outil à la fois ludique et pédagogique (tout en constituant évidemment un efficace dispositif commercial) : l’appli Art selfie compare un selfie avec des tableaux et fournit à l’utilisateur le portrait le plus ressemblant.

Métadiscours critiques

Dans une perspective plus critique, Lucie Beudet élabore en 2015 un projet photographique intitulé “Selfeet”, destiné à souligner une “surenchère du moi” et présenter le selfie comme une monnaie sociale. Le principe de son projet, publié dans la collection Zine des éditions Pierre Bessard, est de prendre des photos où les pieds sont toujours identiques, sur des surfaces variées. Son travail est particulièrement intéressant dans le cadre de cette série sur la photographie déictique car les selfeet sont parfois combinés avec d’autres catégories :

Selfeet et Coffee selfie #Theselfeet/Lucie Beudet
Selfeet et selfie météo #Selfeet/LucieBeudet
Selfeet et ombre portée #Selfeet/LucieBeudet

De manière plus ludique, des internautes publient des photos d’eux à plat-ventre dans différents décors. En mai 2017, l’actrice Stephanie Leigh Rose ouvre le compte instagram Stefdies, qui a pour but de parodier la culture des selfies :

Les photos sont mises en scène :

ou spontanées, et dans ce cas elles font événement comme le montrent les réactions des personnes à proximité :

Ce dispositif décentre le selfie sur les regards environnants, introduisant un troisième regard entre l’internaute preneur du selfie et son récepteur IRL. D’interaction duelle, le selfie passe à une sorte de polylogue iconique.

Ce compte a fait des émules puisqu’en juillet dernier un Instagramer ouvre le compte Instagram cestlaviequejemene, avec le même objectif ludique et critique :

La deixis sur ce type de photo est un peu particulière et presque hors de la deixis puisque le corps apparaît en entier sans qu’il existe vraiment de trace de subjectivité dans la photo. Mais le projet est bien de produire une parodie du selfie, s’inscrivant dans le genre du métadiscours critique.

Mais la critique du selfie aborde aussi la dimension historique et morale d’une manière beaucoup plus robuste, comme le montre le projet Yolocauste de l’artiste israélien Shahak Shapira sur le mémorial de la shoah à Berlin. Après une recherche des selfies jugés indécents et inappropriés sur les RSN (Facebook, Twitter, Instagram, mais aussi Tinder et Grindr), il les recontextualise en modifiant le fond qu’il remplace par des photographies d’époque, le plus souvent de cadavres. Ici encore le projet entre dans la catégorie de la resignification, la réponse à la blessure se faisant par recontextualisation avec inversion sémantique et pragmatique. Et cette resignification a été parfaitement efficace puisque le projet n’existe tout simplement plus : l’article avait permis aux auteur.e.s des selfies d’envoyer un message demandant leur suppression avec des excuses et tou.te.s l’ont fait. Toutes les photos ont donc été dépubliées et la page du projet Yolocaust comporte désormais uniquement du texte et mentionne des messages des preneur.se.s de selfies. Je n’en publie donc pas ici, mais elles sont visibles en ligne, redocumentées par les articles de presse et les hashtags des réseaux sociaux.

Le selfie militant : photobomb, dénonciation et militantisme

Les usagers ont également appris à utiliser les ressources politiques su selfie, et à en faire un outil de dénonciation, l’ajoutant en cela à l’équipement de la lutte militante. Toutes sortes d’usages se rencontrent, notamment le selfie opportuniste, qui saute sur l’occasion, pourrait-on dire, pour formuler un message d’opposition ou de dénonciation : c’est la pratique du photobombing, forme de trolling qui consiste à occuper le plan d’une photo de manière décalée, à des fins ludiques ou militantes. C’est le cas du selfie que prend le danseur Brahim Zaibat avec Jean-Marie Le Pen dormant dans un avion, en décembre 2015, qui ne figure plus sur son compte car il a fait l’objet d’une plainte (mais on le trouvera ici ou ici). C’est aussi le cas de celui pris par deux jeunes femmes italiennes s’embrassant à côté de Matteo Salvini, pour produire une image de lutte contre l’homophobie du Premier ministre italien :

Photobomb sur le compte Instagram de gaiaparr, avril 2019

Autre usage moins ludique : le selfie d’urgence, qu’a utilisé cette jeune femme, frappée et enfermée par son compagnon, pour avertir sur Snapchat une amie du danger qu’elle courait (autre exemple ici du rôle d’alerte du selfie sur Facebook). Plus généralement certaines femmes battues font un usage dénonciateur du selfie, et la page Google images de la recherche “selfie femme battue” est douloureusement édifiante. En 2018 par exemple, les publications de Melissa Gentz font événement : cette étudiante brésilienne publie sur son compte Instagram des photos de ses marques de coups, au milieu de nombreux clichés d’instagrameuse classique :

Et certaines personnes publient des projets plus élaborés comme cette jeune femme qui postait en 2013 sur Dailymotion le journal autophotographique d’une année entière, mettant en lumière l’arrivée des coups et blessures :

Toujours dans le domaine de la lutte contre la violence masculine, on peut mentionner le projet Instagram @dearcatcallers (« chers harceleurs ») de Noa Jansma, Hollandaise de 21 ans, qui dénonce le harcèlement de rue en prenant pendant un mois des selfies avec ses harceleurs en second plan (pour l’analyse de détail voir Paveau 2019) :

S’il semble que le selfie, sans doute parce qu’il concerne le visage, partie du corps la plus signifiante en termes de genre, soit surtout utilisé comme outil de lutte féministe, il apparaît aussi dans d’autres militantismes, comme l’écologie. La page Facebook Un selfie pour l’environnement, créée par Clémentine Froidefond, offre un espace de dénonciation, de militantisme et de partage des actions pour le nettoyage des espaces urbains et ruraux :

Le selfie semble donc entré dans le répertoire générique de la critique et du militantisme. Il est un outil polémique et politique, mobilisé par les individus comme par les collectifs pour dénoncer des oppressions ou plaider des causes.

Pour clore la série

Quelques remarques à l’issue de cette série d’été, qui se termine un jour pluvieux et froid de septembre. D’une manière générale, la photographie déictique doit être intégrée aux éléments composant les technodiscours : écrire en ligne, c’est aussi écrire avec des images, parce que le discours est iconisé, et que l’image est conversationnelle. Les images sont des composants à part entière du discours natif du web, et ne peuvent être réduites à des illustrations ou des décors : elles constituent des technographismes, c’est-à-dire des composites image-texte dont les éléments sont inséparables et nécessaires l’un à l’autre pour la production du sens. Le pictorial turn n’est pas seulement une manière de décrire les écritures natives ; il nomme une véritable modification dans la nature même de la sémiose, désormais dominée par l’image. Le texte n’est évidemment pas mort, mais occupe en ligne une position secondaire dans la production du sens.

Références

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, "La photographie déictique en ligne [7/7]. Détournements ludiques, critiques et politiques," in Technologies discursives, 08/09/2019, https://technodiscours.hypotheses.org/725.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.