[Dictionnaire] Intégrité contextuelle

2761812375_1383564fba_z 1. Définition

L’intégrité contextuelle (contextual integrity) est une notion proposée par Helen Nissenbaum (2004, 2010) pour décrire les modalités de la privacité [1] (privacy) en ligne : « contextual integrity is the appropriate benchmark of privacy » (2004 : 102). C’est une réponse à l’insuffisance de l’opposition binaire privé vs public, inadaptée aux activités dans les univers numériques du web et de l’internet en général, car elles se déroulent dans de nombreux contextes qui sont régulés par des normes locales donc spécifiques.

Plutôt que de décrire la privacité par une opposition rigide avec ce qui est « public », ou par les notions de secret ou de contrôle, il faut l’envisager à travers le fonctionnement de deux normes informationnelles : la pertinence (appropriateness) et la distribution des informations personnelles. L’intégrité contextuelle se définit en effet par rapport à une transgression de ces normes : « Contextual integrity is maintained when both types of norms are upheld, and it is violated when either of the norms is violated. […] in any given situation, a complaint that privacy has been violated is sound in the event that one or the other types of the informational norms has been transgressed » (2004 : 120).

L’intégrité contextuelle définit ainsi de manière environnementale les frontières de la privacité, maintenue quand l’intégrité contextuelle est respectée (des informations pertinentes sont diffusées par un canal convenable, par exemple une adresse électronique ou des témoignages personnels dans un groupe fermé), transgressée quand l’intégrité contextuelle est menacée (des informations non pertinentes sont diffusées par des canaux inappropriés, par exemple des numéros de téléphone ou des photos intimes sur un site public).

2. Approfondissement

Perspective intégrée. L’intégrité contextuelle est une notion qui concerne l’ensemble de nos activités, qu’elles soient en ligne ou hors ligne, comme le montre l’exemple des informations médicales données par Helen Nissenbaum dans un article de 2011 :

The key parameters of informational norms are actors (subject, sender, recipient), attributes (types of information), and transmission principles (constraints under which information flows). Generally, when the flow of information adheres to entrenched norms, all is well; violations of these norms, however, often result in protest and complaint. In a health care context, for example, patients expect their physicians to keep personal medical information confidential, yet they accept that it might be shared with specialists as needed. Patients’ expectations would be breached and they would likely be shocked and dismayed if they learned that their physicians had sold the information to a marketing company. In this event, we would say that informational norms for the health care context had been violated (2011 : 33).

La question de la privacité, comme bien d’autres d’ailleurs, requiert une intégration du fonctionnement des activités en ligne dans les fonctionnements sociaux en général, loin du dualisme digital et de la conception d’internet comme un monde à part :

Protecting privacy is a matter of assuring appropriate flows of personal information, whether online or offline, and disruptions in information flow, enabled by information technologies and digital media, can be equally disturbing, whether online or off. Because much of what happens online is thickly integrated with social life writ large (and vice versa), solving the privacy problem online requires a fully integrated approach (2011 : 45).

Pertinence (appropriateness). Helen Nissenbaum donne des précisions sur les normes de pertinence : « Generally, these norms circumscribe the type or nature of information about various individuals that, within a given context, is allowable, expected, or even demanded to be revealed » (2004 : 120). Elle livre également des exemples de diffusion pertinente d’informations privées, relevant du domaine médical, amical, bancaire ou professionnel :

In medical contexts, it is appropriate to share details of our physical condition or, more specifically, the patient shares information about his or her physical condition with the physician but not vice versa; among friends we may pour over romantic entanglements (our own and those of others); to the bank or our creditors, we reveal financial information; with our professors, we discuss our own grades; at work, it is appropriate to discuss work-related goals and the details and quality of performance (2004 : 120-121).

Mais elle insiste surtout sur la transgression de la pertinence, dans la mesure où elle est définitoire de l’intégrité contextuelle : « As important is what is not appropriate: we are not (at least in the United States) expected to share our religious affiliation with employers, financial standing with friends and acquaintances, performance at work with physicians, etc. » (2011 : 121).

3. Mobilisation en ADN

La notion d’intégrité contextuelle permet une approche fine des productions discursives natives du web :

– elle permet à l’analyste du discours de catégoriser les éléments de ses corpus selon des critères contextuels plus fins que privé vs public, en particulier en ce qui concerne l’éthique du discours (Côté 2012, Latzko-Toth et Proulx 2013), l’approche énonciative, les questions posées par le technodiscours rapporté, les critères d’extimité ou la question des genres de discours en ligne (Grodzinsky & Tavani 2010 sur les blogs).

– elle donne également, si ce n’est des critères, du moins un cadre pour évoquer la dimension morale des discours : la notion est en effet proche de celle d’ajustement proposée dans Langage et morale (Paveau 2013) pour caractériser un énoncé correspondant aux normes morales en vigueur dans une société, à travers les métadiscours des locuteurs que déclenche un événement discursif moral. L’intégrité contextuelle ajoute à l’éthique du discours un dispositif d’analyse des énoncés natifs du web, dans l’économie particulières des environnements numériques.

– elle permet aussi au chercheur en analyse du discours (comme dans d’autres disciplines) de résoudre au moins partiellement la question, insoluble dans l’état actuel du droit de la propriété intellectuelle sur internet, de la publication des contenus natifs du web dans ses travaux, souvent destinés à être eux-mêmes mis en ligne (Paveau 2015).

– elle permet enfin une meilleure approche des univers discursifs numériques, fondée sur la prise en compte de l’ensemble de l’écosystème technodiscursif, sur l’intégration de la contextualisation technorelationnelle et sur le choix d’une approche postdualiste refusant à la fois la distinction langue/matière et le dualisme digital.

4. Références

Côté Josée, 2012, « Les enjeux éthiques de l’utilisation d’internet en recherche : principales questions et pistes de solutions », Éthique publique vol. 14, n° 2 | 2012, consulté le 14 novembre 2013, http://ethiquepublique.revues.org/997

Grodzinsky Frances S. & Tavani Herman T., 2010, Applying the “Contextual Integrity” Model of Privacy to Personal Blogs in the Blogosphere, IJIRE. International Journal of Internet Research Ethics 3.

Latzko-Toth Guillaume, Proulx Serge (2013), « Enjeux éthiques de la recherche sur le Web », dans Barats Christine (dir.), Manuel d’analyse du web, Paris, Armand Colin, 32-52.

Nissenbaum Helen, 2004, Privacy as contextual integrity, Washington Law Review, 79(1), 119-157.

Nissenbaum, Helen, 2010, Privacy in Context: Technology, Policy, and the Integrity of Social Life, Stanford La Books : Stanford University Press.

Nissenbaum Helen 2011, A Contextual Approach to Privacy Online. Dædalus, the Journal of the American Academy of Arts & Sciences, Fall 2011, 32-48.

Paveau M.-A. (2015), « L’intégrité des corpus natifs en ligne. Une écologie postdualiste pour la théorie du discours », Cahiers de praxématique 59, 65-90.

[1] On utilise ici le terme proposé par les Québécois, qui traduit privacy et se distingue de vie privée.

Crédit : « Letter I », Nick, 2008, compte de l’auteur sur Flickr, CC BY-NC-ND 2.0

Pour citer cet article. Paveau M.-A., 25 juillet 2015, “Intégrité contextuelle“, Technologies discursives, [Carnet de recherche], http://technodiscours.hypotheses.org/922, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *